Peter BOCAGE

(Trompettiste, violoniste, tromboniste, banjoïste et xylophoniste)


(au sein du Armand Piron's New Orleans Orchestra. Le sax ténor assis à côté du tp Peter Bocage est Lorenzo Tio Jr)


Né à Algiers (Louisiane) le 31 juillet 1887

Décédé à La Nouvelle-Orléans le 3 décembre 1967

Plusieurs de ses parents étaient musiciens. Son frère Harry jouait de la basse, un autre de ses frères, Leonard, jouait du banjo et de la guitare.

Il débute comme violoniste vers 1906 dans l’orchestre de Tom Albert, puis commence à travailler régulièrement avec le «Billy Marrero’s Superior Orchestra» et le «Bab Frank’s Peerless Orchestra», commençant à doubler au cornet et au baritone horn (instrument à vent en cuivre, à embouchure et à pistons utilisé surtout dans les fanfares). Vers1911 il joue avec le «Onward Brass Band» et avec le trompettiste Oscar «Papa» Celestin au «Tuxedo Dance Hall» de 1910 à 1913. Par la suite il joue brièvement du cornet dans l’orchestre du pianiste Fate Marable sur le S.S. «Capitol» en 1918, puis travaille avec le violoniste compositeur Armand J. Piron de 1919 à 1928 incluant deux séjours à New York.

En 1928, avec plusieurs membres de l’orchestre Piron, il rejoint les «Louis Warneke’s Creole Serenaders», orchestre avec lequel il joue durant les années trente, participant à des émissions de radio. Il abandonne la musique pendant un temps en 1939 pour devenir agent d’assurance, mais continue à jouer régulièrement de temps en temps.

En avril 1945 il joue brièvement dans la formation de Sidney Bechet à Boston (Massachusetts), puis retourne à La Nouvelle-Orléans où durant toutes les années cinquante il joue régulièrement pour de petits engagements, notamment avec l’«Eureka Band». Au cours des années soixante, il continue à jouer et participe à des séances d’enregistrement. Il est décédé à la Nouvelle-Orléans le 3 décembre 1967.

Il a collaboré avec Armand Piron sur plusieurs compositions, notamment : «Mama’s Gone Goodbye».