Wilbur «Buck» CLAYTON

(Trompettiste-Arrangeur)


                                                                        (photo Noëlle Ribière)

Né à Parsons (Kansas) le 12 novembre 1911

Décédé à New York City le 8 décembre 1991

Son père jouait du tuba et de la trompette. Il commence à apprendre le piano à l’âge de six ans et se met à la trompette au début de son adolescence, prenant des leçons avec son père. A 19 ans, il se rend en Californie où, pendant quatre mois, il exerce plusieurs petits jobs non musicaux. Revenu au Kansas, il complète ses études avant de retourner sur la West Coast. Là, il travaille à Los Angeles pour plusieurs chefs d’orchestres dont les Irving Brothers, Duke Ellighew, Lavern Floyd, Charlie Echols et Earl Dancer. Il reçoit des conseils de Mutt Carey, mais ne prend jamais de leçons avec lui. En 1934, il est nommé leader du «Earl Dancer’s Band», orchestre de quatorze musiciens. Le groupe ayant été entendu par le pianiste Teddy Weatherford fut retenu pour jouer au «Canidrome Ballroom» de Shanghai. Teddy Weatherford joua quelque fois avec l’orchestre, mais n’en faisait pas partie. Un peu plus tard , toujours à Shanghai, Buck se retrouve à la tête d’un orchestre plus petit au «Casanova Club».

De retour à Los Angeles en 1936, il y dirige à nouveau son propre orchestre, «The 14 Gentlemen from Harlem» et travaille aussi avec plusieurs autres orchestres, dont Charlie Echols. Il se produit ensuite avec son orchestre au «Sebastian’s Cotton Club» de Culver City. Durant cet engagement, Lionel Hampton se produisit en invité avec l’orchestre. A l’automne 1936, se rendant à New York pour rejoindre l’orchestre de Willie Bryant, il s’arrête à Kansas City où Count Basie le persuade de remplacer Lips Page qui venait de quitter l’orchestre. Il reste avec le Count jusqu’à son départ à l’Armée en novembre 1943, à l’exception d’une courte absence pour l’ablation des amygdales en 1942. Démobilisé au début de 1946, il écrit des arrangements pour Count Basie, Benny Goodman, Harry James et d’autres. En octobre 1946 il participe à la première tournée du J.A.T.P. et joue dans plusieurs tournées pour Norman Granz. En 1947 il dirige son propre sextette au «Cafe Society» de New York. Le 24 septembre 1949, il s’embarque pour sa première tournée en Europe et dirige son propre orchestre en France. De retour aux U.S.A. en juin 1950, il joue dans le quartette de Joe Bushkin, puis avec Tony Parenti et dirige un orchestre en tournée avec Jimmy Rushing.

En 1953, il revient en Europe avec Mezz Mezzrow. Durant les années cinquante, il obtient un succès considérable en dirigeant de nombreux enregistrements avec divers groupes. On peut le voir dans le film «The Benny Goodman Story», et il joue aussi avec Benny Goodman en 1957. Au cours de l’été 1958, il se rend à Bruxelles pour jouer avec Sidney Bechet dans le cadre de l’Exposition Universelle. Début 1959, il tourne en Europe et fin 1959 joue dans la formation d’Eddie Condon. En 1961 il est à nouveau en Europe avec une petite formation et le chanteur Jimmy Witherspoon. En 1962 il tourne avec Jimmy Rushing. Tout au long des années soixante, on le voit souvent en Europe. Au cours des années soixante-dix, il subit une opération des lèvres et ne peut pratiquement plus jouer. Sa dernière apparition comme trompettiste a lieu au Festival de Nice en 1978.

À partir de cette époque, Buck se consacre à l’écriture de nombreux arrangements et refait une tournée en 1983, dirigeant un big band formé d’anciens musiciens de Count Basie «The Count’s Men». Enfin il forme un nouveau big band pour jouer ses propres arrangements, orchestre avec lequel il vient une dernière fois en Europe avant de décéder le 8 décembre 1991. Il nous a laissé un livre de souvenirs : «Buck Clayton’s Jazz World».

Buck Clayton était Co-Président d'Honneur du Hot-Club de Limoges, avec Bill Coleman, et une rue de cette ville porte son nom.