Benjamin Sherman «Scat Man» CROTHERS

(Batteur, guitariste, chanteur et acteur)


Né à Terre Haute (Indiana) avant 1915

Décédé à? le?


À quatorze ans il apprend à jouer de la guitare et de la batterie et commence à chanter «scat» (style de chant très populaire à l’époque). Avec son frère il part pour Indianapolis et rejoint les «Montague’s Kentucky Serenaders» avec lesquels il tourne dans le Sud. Il quitte cette formation en 1931, et en 1933 et 1934 est avec «Eddie Brown and his Tennesseans». Cette formation fait de nombreuses tournées dans le pays, et lors d’un concert à Canton dans l’Ohio en 1936 il rencontre sa future épouse Helen SULLIVAN. Durant les années 1940 il joue régulièrement dans les clubs de Chicago comme chanteur et batteur. Il dirige son propre groupe qui comprend Oliver MICHAUX au piano, Jimmy HARRIS au saxophone alto et Leroy NABORS à la trompette. Le répertoire est surtout de style «Be Bop» popularisé par Dizzy Gillespie et Charlie Parker. En 1945 il quitte le groupe et part sur la côte ouest où il s’installe avec son épouse à Hollywood. Là, il passe dans les clubs de Los Angeles et de San Francisco, soit en solo, soit dans de petits groupements. En 1946 il est pendant une courte période le batteur du trio du guitariste, pianiste et chanteur Slim GAILLARD avec le contrebassiste Bam BROWN. Une video nous permet d’apprécier les performances délirantes de ce trio. En 1948 il devient la vedette régulière du «Radio Show» de Jack Benny avec son ami Phil HARRIS originaire comme lui de l’Indiana. Ils enregistrent la chanson «Chattanooga Shoeshine Boy» qui devient l’indicatif du programme radio de Phil Morris: le «Alice Faye Show». Il fait deux «tubes» avec «On the sunny side of the street» et «Dead man’s Blues». Par la suite il participe régulièrement au TV Show «Dixie Showboat», devenant le premier homme de couleur américain des programmes de télévision de Los Angeles. Après quatre ans dans ce show, il part vers un autre programme: le «Colgate Comedy» avec le comédien Donald O’CONNOR. Parallèlement à sa carrière télévisuelle, durant les années 50, 60 et 70, il participe au «Ed Sullivan Show» et au «Steve Allen Show».


On peut le voir comme acteur dans divers films tels Que «Hello Dolly» (1969), «Lady sings The Blues» (1972), «One few over the Cuckoo’s nest» (1975), «Bronco Billy» (1980), «The Shinning» (1980) et «Twilight Zone, the Move» (1983).


On ignore la suite de sa carrière et la date de son décès.