Mae BARNES

(Chanteuse - Danseuse)

Mae BARNES

Née à New York le 23 janvier 1907 (l’année est incertaine)

Décédée à New York le 13 décembre 1996

Vers 1919 elle quitte l’école et se rend à Cleveland (Ohio) où elle commence à travailler comme chorus girl.

Développant ses qualités de chanteuse et de tap dancer, elle travaille dans les vaudevilles et tourne dans le Sud avec quelques shows tels que « Bon Bon Buddy » et « Dinah » en 1924.

Elle fait ses débuts à Broadway dans « Runnin’ Wild », revue dans laquelle elle introduit la nouvelle danse « The Charleston » et devient connue comme « The bronze Ann Pennington » en référence à une chanteuse et danseuse blanche vedette de Broadway dans les années 1910.

Lors de sa deuxième tournée dans « Shuffle Along » en 1927, le grand danseur Bill ROBINSON l’appelle « La plus grande danseuse de tap dance ».

Elle se produit également avec Charlie RUGGLES dans le show de Broadway « Rainbow » et danse une version comique du Black Bottom.

Par la suite elle continue à danser et à chanter à Broadway dans des shows tels que « Ziegfeld Follies » et « Hot Rhythm » puis tourne dans le « Keith Vaudeville Circuit » durant les années 1930.

En 1938 elle a le bassin fracturé dans un accident d’automobile mettant fin à sa carrière de danseuse.

Elle consacre alors toute son énergie à chanter.

Elle chante alors dans les night clubs à Hollywood, Honolulu et New York dont une résidence de sept ans à « The Boite » dans Greenwich Village et les clubs de « Park Avenue ».

En 1950 elle tourne en Europe et s’installe à Londres pour jouer dans la  Jack Hilton’s Revue « Knight of Madness ».

Revenue à New York en 1951, elle devient la principale attraction du « Bonsoir Club » de la 8ème Rue accompagnée par un groupe vocal « The Three Flames ».

Elle attire l’attention des producteurs du label Atlantic où elle enregistre son premier EP puis un LP « Fun with Mae Barnes » accompagnée par le pianiste Garland WILSON et « The Three Flames ».

Au milieu des années 1950 elle apparaît souvent dans des « Variety Shows » à la télévision et en première ligne à l’ « Apollo » de Harlem.

Elle enregistre ensuite en 1958 un nouvel album « Mae Barnes » accompagnée par une formation dirigée par le trompettiste Buck CLAYTON pour le label Vanguard.

En 1960 on enregistre sa prestation au « Playboy Club » pour un autre album qui ne sera jamais réalisé.

Elle continue ensuite à se produire dans les clubs dans les années 1970 et 1980, figurant en 1987 dans le documentaire « Wild Women Don’t Have The Blues ».

Elle est décédée d’un cancer à l’hôpital à New York le 13 décembre 1996