Billie HOLIDAY

(Chanteuse)

Billie HOLIDAY

Née à Philadelphie (Pennsylvanie) le 7 avril 1915

Décédée à New York le 17 juillet 1959

Fille du guitariste Clarence HOLIDAY.

Elle est connue sous plusieurs noms.

Le document de sa naissance à l’hôpital indique Eleanor HARRIS, puis plus tard Eleanora FAGAN (nom du mari de sa mère).

Durant son enfance, on la surnomme Billie.

En 1925 lorsqu’elle est placée dans une maison pour filles délinquantes, elle est enregistrée sous le nom d’Eleonore GOUGH et baptisée Elenore GOUGH, mais connue sous le prénom de Madge.

À l’adolescence, elle reprend son surnom de Billie, et au début de sa carrière adopte le nom de son père HOLIDAY avec au début une variante : HALLIDAY pour la distinguer de lui.

C’est le saxophoniste Lester YOUNG qui lui donnera le surnom de « Lady Day ».

Par la suite elle portera les noms de MONROE et MOKAY par ses mariages.

Son père avait abandonné la famille et refusé de la reconnaître jusqu’à ses premiers succès.

Peu après 1930 elle commence à chanter dans un petit club de Brooklyn et, un peu lus tard, chante chez « Pod’s and oJerry’s » à Harlem bien connu des amateurs de jazz.

En 1933 elle travaille dans un autre club de Harlem « Monette’s » où elle est découverte par le producteur John HAMMOND.

Celui-ci lui organise immédiatement trois séances d’enregistrement avec le clarinettiste Benny GOODMAN et lui trouve des engagements dans les clubs new-yorkais.

En novembre 1934 elle fait sa première apparition avec succès à l’ « Apollo ».

En 1935 elle commence à enregistrer régulièrement, souvent sous la direction du pianiste Teddy WILSON avec des orchestres de studio comprenant les meilleurs musiciens du moment.

Ces enregistrements effectués entre 1935 et 1942 et parus sous son nom ou celui de Teddy WILSON constituent une des meilleures parts du jazz de l’époque.

Plusieurs incluent le saxophoniste Lester YOUNG pour lequel Billie avait une particulière empathie.

La popularité avec une large audience vient plus lentement.

Elle rejoint l’orchestre de Count BASIE en 1937, puis celui du clarinettiste Artie SHAW en 1938, devenant une des premières chanteuses afro-américaine à se produire en vedette avec un orchestre blanc.

En 1930 elle commence un engagement au « Cafe Society Downtown » et dans le même temps enregistre pour le label Commodore un chant sur le thème du lynchage des afro-américains : « Strange fruit » admiré par les intellectuels et qui devient rapidement populaire.

Elle commence à avoir du succès avec des thèmes lents et mélancoliques.

En 1946 elle participe au film « New Orleans » avec Louis ARMSTRONG et le tromboniste Kid ORY.

Dans le même temps sa vie privée se détériore.

Elle commence à utiliser des drogues dures et est emprisonnée en 1947.

Elle commence également à boire et sa voix s’altère.

Cependant elle continue à chanter, enregistrer et tourner jusqu’au milieu des années 1950.

Elle apparaît dans un petit film avec Count BASIE (1950) et dans le show télévisé « The Sound of Jazz » (1957).

Elle est décédée le 7 juillet 1959