Darnell Lorenzo HOWARD

(Clarinettiste, violoniste et saxophoniste)

Né à Chicago (Illinois) le 25 juillet 1895 (?)

Décédé à San Francisco (Californie) le 2 septembre 1966

L’année de sa naissance n’est pas absolument certaine. Elle varie selon les sources entre 1895, 1901, 1902 et 1905. À sa mort il est dit être âgé de 74 ans, ce qui le ferait naître en 1892. Cependant Howard déclarait à l’organisme de Sécurité Sociale être né en 1901. 1895 semble l’année la plus vraisemblable, si l’on tient compte de son inscription à l’Union des Musiciens en 1912.

Son père, Sam HOWARD, jouait du violon, du cornet et du piano. Sa mère jouait également du piano.

Le jeune Darnell commence par apprendre le violon à l’âge de sept ans, prenant des leçons avec le saxo-clarinettiste Charlie ELGAR, et fait ses études à la «John Farren’s School» de Chicago. Inscrit à l’Union des Musiciens en 1912, il joue pendant six semaines avec le pianiste Clarence JONES au «Panorama Theatre» de Chicago tout en terminant ses études à l’Université.

Il obtient son premier travail professionnel avec le «John H. Wickcliffe’s Ginger orchestra» à Milwaukee (Wisconsin) en 1913, Minneapolis 1914 et de nouveau Milwaukee en 1915.

En 1916 il joue au «Lamb’s Cafe» à Chicago. En 1917 il se rend à New York avec l’orchestre de W.C. HANDY pour y faire ses premiers enregistrements (au violon) en septembre. De retour à Chicago il dirige son propre orchestre à l’«Elite Cafe» et à l’«Arcadia Ballroom». Entre temps il se met à jouer de la clarinette et des saxophones alto et soprano. Il tourne ensuite dans le «middle west» en 1921 avec Charlie ELGAR puis, avec plusieurs membres de cette formation, il rejoint l’orchestre des «Plantation Days» dirigé par le pianiste James P. JOHNSON pour un bref voyage à Londres de mars à mai 1923.

Il rentre aux U.S.A. et repart en Europe en 1924 avec un groupe de cinq musiciens : les «Singing Syncopators».

De retour à Chicago il entre dans la formation de Carroll DICKERSON, puis joue avec le pianiste Dave PEYTON avant de rejoindre les «Dixie Syncopators» du trompettiste «King» OLIVER. Avec Oliver il joue de l’alto, du soprano, de la clarinette et du violon à la «Plantation» pendant sept mois. Son jeu de violon était fortement influencé par Eddie SOUTH. À la clarinette, sous l’influence de Jimmie NOONE, il développe une sonorité chaude qui le rend célèbre.

Il quitte ensuite les U.S.A. avec les «New York Singing Syncopators» dirigés par le pianiste William HEGAMIN, époux de la chanteuse Lucille Hegamin, née Nelson, (1897-1970). L’orchestre est basé à Shanghaï, mais tourne aux Philippines et au Japon d’octobre 1925 à juin 1926.

Il rentre aux U.S.A. et rejoint l’orchestre de «King» OLIVER en juillet 1926. Parallèlement, il a un double travail dans l’orchestre d’Erskine TATE au «Vendome Theatre» de 1926 à octobre 1927.

En 1927 il joue au «Sunset Cafe» avec Carroll DICKERSON. Il joue aussi brièvement avec les «Jimmy Wade’s Dixielanders», puis à partir de l’été dirige son propre quartette au «Club Ambassador» de Chicago, doublant avec l’orchestre de Charlie ELGAR au «Savoy» de cette ville.

En 1929 et 1930 il travaille souvent avec Dave PEYTON au «Royal Theatre» et dirige aussi son «Jungle Band» au «Ritz Cafe».

Début 1931 il tourne avec le «Jerome Carrington’s Orchestra», puis entre dans le grand orchestre du pianiste Earl HINES avec lequel il joue jusqu’en 1937 du saxophone alto et de la clarinette et parfois aussi du violon. On peut l’entendre sur ce dernier instrument dans certains enregistrements de cet orchestre.

À l’automne 1937 il est dans l’orchestre du pianiste Horace HENDERSON, puis dans celui de son frère aîné le pianiste et arrangeur Fletcher HENDERSON de l’automne 1938 à juin 1939. Il joue ensuite avec le pianiste Eddie COLE (frère de Nat «King») au «5100 Club» et plus tard dirige son propre groupe dans divers clubs de Chicago tels le «5100 Club» et le «Off-Beat Club» en 1939, puis le «308 Club» en 1940. Il rejoue alors brièvement avec Fletcher HENDERSON et au printemps de 1941 il est dans le grand orchestre de Coleman HAWKINS qui a une courte existence.

Par la suite il délaisse un temps la musique, travaillant dans un laboratoire industriel, tenant un studio de photographie ou réparant des postes de radio dans son propre magasin.

De 1943 à 1945 il dirige à nouveau ses propres groupes à Chicago, «Tropical Isle», «Pershing Lounge», etc… tout en continuant à réparer des postes de radio.

D’août à octobre 1945 il joue en Californie dans l’orchestre du tromboniste Edward «Kid» ORY. Il revient ensuite diriger un groupe à Chicago et joue sous la direction de divers leaders tels que Doc EVANS et Mel GRANT.

Il revient en Californie à la fin de 1948 pour rejoindre le trompettiste «Muggsy» SPANIER avec lequel il joue jusqu’au printemps 1953, date à laquelle il passe dans l’orchestre du trompettiste Bob SCOBEY. Début 1954 il joue dans l’orchestre du tromboniste James ARCHEY, puis de 1955 à 1962 travaille au sein de la petite formation d’Earl HINES.

Remis d’une sérieuse maladie en 1962, il dirige à nouveau divers petits groupements et effectue des engagements de courte durée avec le banjoïste Elmer SNOWDEN et le pianiste Burt BALES.

En 1966 il tourne en Europe avec les «New Orleans All Stars» puis rentre aux U.S.A. pour être hospitalisé. Il quitte ensuite l’hôpital, mais en juin il est frappé par une attaque qui met fin à sa carrière.

Il décède à San Francisco (Californie) le 2 septembre 1966 d’une tumeur au cerveau.

Darnell Howard nous a laissé de nombreux enregistrements avec Earl Hines et «Muggsy» Spanier, ainsi qu’une belle série avec le pianiste Don EWELL en quartette le mettant particulièrement en valeur.