Benoît RIBIÈRE

(Organiste – Pianiste – Accordéoniste – Harmoniciste – Chanteur)

Benoît RIBIÈRE

(Source internet)

Né à Limoges (France) le 27 janvier 1977

Né dans une famille qui pratiquait la musique en amateur depuis plusieurs générations.

Un de ses arrière grand-père paternel jouait du violon, son grand-père paternel, lui aussi amateur jouait du violon au sein du « Cercle Symphonique de Limoges » qui se produisait au Théâtre et à la radio locale dans les années trente.

Sa grand’mère paternelle jouait de la mandoline dans une formation amateur de guitares et mandolines « L’Estudiantina Limousine ».

Sa grand’mère maternelle jouait du piano et ses père et mère avaient fait des études de piano classique.

Vers l’âge de six ans il commence l’étude du piano, mais vite rebuté par le solfège, il abandonne.

Cependant vers l’âge de dix ans il s’intéresse de nouveau à l’instrument et commence à travailler seul et assidûment sur le piano familial.

Doué d’une excellente oreille, les progrès sont assez rapides.

Ses parents s’occupant de l’organisation des concerts du Hot Club de Limoges, il assistait dès l’âge de quatre ans à tous ces concerts.

Il a donc baigné dès son plus jeune âge dans le jazz le plus authentique, ayant vu en direct de nombreux musiciens américains et français sur scène et à la maison lors de réceptions « after hours ».

Très attiré par le Blues dans un premier temps, il travaille surtout ce style au piano et à l’harmonica, écoutant beaucoup d’enregistrements de la discothèque familiale.

À seize ans, il rencontre le groupe local « Toasted Blues » et le suit régulièrement jusqu’en décembre 1993, date à laquelle il intègre cette formation comme pianiste.

Ayant vu l’organiste Wild Bill DAVIS en concert, il est très impressionné par l’orgue.

Le local de répétition de sa formation possédant un petit modèle Hammond, il commence naturellement à travailler sur cet instrument.

Le groupe de blues est très demandé et joue beaucoup dans la région et au-delà.

Un jour la formation a l’occasion d’accompagner le chanteur de blues américain Chicago BEAU (Lincoln T. Beauchamp), et celui-ci leur demande de le suivre quelques temps.

C’est ainsi qu’avec son groupe il se produit aux festivals de « San Remo » et « Bordighera » (Italie), « Balve » (Allemagne), « Cerhexe » (Belgique) et « Lucerne » (Suisse).

Il accompagne également le guitariste Bill THOMAS en Allemagne.

En 1995 il assure la première partie du chanteur et guitariste Luther ALLISON au « Festival de St Gilles Croix-de-Vie ».

Il joue aussi au « Festival d’Angoulême », à Colmar (1994) et à Bordeaux.

Il assure de nombreuses premières parties : le chanteur ARNO, l’harmoniciste Jean-Jacques MILTEAU, le chanteur-guitariste et organiste Lucky PETERSON, la chanteuse Zora YOUNG, le guitariste Vence KELLY (festival de Périgueux), les bluesmen John PRIMER, Maceo PARKER et Eddie CLEARWATER.

Parallèlement il accompagne au piano les chanteuses Véronique LAFONT et PIERO.

Il se produit également avec le « Bourbon Street Blues Band » avec lequel il enregistre.

Par la suite, un accordéon lui étant tombé dans les mains par hasard, il apprend seul à en jouer et, en 2000, il découvre le Zydeco et la musique Cajun.

À partir d’éléments de « Toasted Blues », il crée « Red Benoît and The Bayou Stomp » avec lequel il se produit dans de nombreux concerts dont une prestation à « Eurodisneyénbsp» et au « Festival International de Craponne ».

Il enregistre avec cette formation et en 2000 joue à Cognac, Cahors, Castelsarrasin, Nantes…

En 2004 il rencontre le chanteur auteur-compositeur DENI et devient un de ses accompagnateurs.

Il crée avec lui l’album « L’homme sandwich ».

Ce groupe effectue une tournée de dix concerts au Canada.

Il effectue également de nombreuses prestations en première partie de ANAÏS, Alexis HK, les « Wiggles », Jacques HIGELIN, CLARICA et ZAZIE.

Il accompagne en scène la chanteuse PIERO et participe à quelques spectacles « Hommages à la chanson française ».

Cependant il se spécialise de plus en plus dans le jazz, intégrant plusieurs formations parmi lesquelles « Uncle Boom » dirigé par le batteur Ivan CAPELLE (hommage à « Fats  » WALLER), « Washboard Gang » (Trio comprenant washboard, piano stride et guitare), « Captain Grisou » (Trio comprenant orgue Hammond B3, guitare et batterie).

Par la suite il rencontre le guitariste et chanteur de blues Rick MEAD avec lequel il crée un trio avec le batteur Éric JACCARD (frère du pianiste Franck JACCARD).

En 2008 il accompagne au piano la chanteuse Véronique LAFONT dans la création du spectacle « Le P’tit bal perdu » avec Henri CHÉRON à la guitare, Serge OUSTIAKINE à la contrebasse et Ivan CAPELLE à la batterie.

Entre 2009 et 2011 il est interprète avec Véronique LAFONT du spectacle hommage à Lucie AUBRAC « Y manquait plus qu’ça ou l’art de résister ».

Dans ce spectacle il chante, joue du piano et de l’accordéon.

Il accompagne ensuite le chanteur compositeur et guitariste Steve SOMMERS, puis participe à la création du spectacle « Le cabaret de la vie » mis en scène par Michel BRUZAT au « Théâtre de La Passerelle » de Limoges.

Dans ce spectacle il accompagne au piano et à l’accordéon la comédienne Marie THOMAS.

Ce spectacle est présenté ensuite au « Festival d’Avignon » au Théâtre du balcon.

Malgré toute cette activité hors jazz, il continue à perfectionner son jeu au Hammond B3 au sein de diverses formations de blues et de jazz, ayant l’opportunité de jouer avec divers jazzmen tels que les saxophonistes Daniel HUCK et Marc LAFFERIÈRE, le trompettiste Éric LUTER, le « French Blues Band » du batteur Simon « Shuffle » BOYER (jouant en duo avec Julien BRUNETAUD) et d’autres.

Il participe à l’enregistrement de l’album « The French Connection » de la chanteuse de blues Zora YOUNG (Delmark) ainsi qu’à l’album « The Book » du chanteur, guitariste et pianiste Bobby DIRNINGER.

En 2012-13 il participe à l’album « Miss Understood » hommage à Alan JACK avec la chanteuse PIERO.

Il est présenté sur scène avec Patrick VERBEKE, Benoît BLUE BOY et Little BOB en invités.

Il participe également à un projet hommage à Horace SILVER avec le saxophoniste Carl SCHLOSSER, puis rejoint la formation « T. Bo and The B. Boppers » (Rock n’roll, blues et swing des années 1950).

Il enregistre en live avec cette formation au « Jazz Club » du Méridien Étoile à Paris.

Il joue également plusieurs fois au « Caveau de La Huchette » de Paris invité par le vibraphoniste Dany DORIZ.

En 2014 il retrouve un vieil ami, l’ancien batteur de ses débuts avec « Toasted Blues » Francis « Speedy » GONZALEZ qui est devenu un excellent swingman inspiré de son idole Jo JONES depuis qu’il l’avait découvert dans le film de Louis PANASSIÉ « L’Aventure du Jazz ».

Avec Francis GONZALEZ il crée un duo « Just Swing » (Hammond B3, chant et batterie).

Ce duo au cours de divers concerts accompagne d’autres jazzmen.

Il joue également souvent avec le batteur Rudi BONIN sur la côte atlantique accompagnant divers invités.

En 2015 le duo s’élargit en trio avec Carl SCHLOSSER (saxo ténor et flûte) sous le nom de « Soul Jazz Colors ».

Toujours en 2015 il effectue une tournée européenne qui le mène d’Espagne en Hollande avec le bluesman Curtis SALGADO.

En 2016 il accompagne la troupe « La Java des Gaspards » (chansons françaises) et participe à la création du spectacle « Bonnes femmes » (droit des femmes).

Ses organistes de références sont Milt BUCKNER, Wild Bill DAVIS, Jackie DAVIS et Jimmy SMITH.