James Oscar « Jimmy » SMITH

(Organiste – Chef d’orchestre)

James Oscar « Jimmy » SMITH

Né à Norristown (Pennsylvanie) le 8 décembre 1925

Décédé à Scottsdale (Arizona) le 8 février 2005

Il apprend à jouer du piano avec ses parents et en autodidacte.

À l’âge de neuf ans il gagne un « contest », jouant le boogie woogie dans le « Major Bowes Amateur Hour », un radio programme à Philadelphie.

Plus tard en 1942, avant de rejoindre la « Navy », il forme un « Song and Dance Act » avec son père dans des nightclubs locaux.

Démobilisé en 1947, il retourne à Philadelphie où il étudie l’harmonie et la théorie musicale à la « Halsey Music School » et la contrebasse à l’ « Hamilton School of Music » (1948).

Il étudie de même le piano à la « Ornstein School of Music » (1949-50).

À partir de 1949 il travaille dans d’obscurs orchestres de « rhythm and blues » locaux.

En 1953, au milieu d’une longue période avec « Don Gardner and his Sonotones », il change pour l’orgue Hammond B3 après avoir entendu Wild Bill DAVIS.

Il acquiert une formidable réputation dans la région de Philadelphie avant de faire, avec un immense succès, ses débuts au « Café Bohemia » de New York en 1956, commençant une longue association avec le batteur Donald BAILEY (jusqu’en 1963).

Une apparition au « Birdland » et une prestation largement acclamée au « Festival de Newport » en 1957 lance sa carrière internationale comme l’organiste le plus important.

Il visite Israël en 1974 et l’Europe en 1975.

Il se fixe alors à Los Angeles où, avec sa femme Lola, il ouvre son propre club, le « Jimmy Smith’s Jazz Supper Club ».

Il reprend les tournées au début des années 1980, enregistrant un album avec le saxophoniste Eddie HARRIS au « Keystone Korner » de San Francisco (1981).

Il joue à New York en 1982 et 1983.

Après une désastreuse association improductive de cinq ans avec le « Quincy Jones’s Quest Label », il vit un temps à Nashville et trouve une petite opportunité pour jouer et s’installe à Sacramento (Californie) en 1989.

Il enregistre immédiatement avec le contrebassiste Andy SIMPKINS assurant les lignes de basse, jusqu’à ce qu’il soit guéri d’une fracture du bras gauche.

Plus tard dans cette même année, il apparaît au « Festival de Jazz » de Chicago avec quelques-uns de ses solistes favoris des années passées : les saxophonistes Stanley TURRENTINE et Lou DONALDSON et le guitariste Kenny BURRELL.

L’année suivante il joue avec Stanley TURRENTINE, Kenny BURRELL et le batteur Grady TATE à New York.

Avec le retour de la mode des trios d’orgue Hammond, il recommence à tourner largement dans les années 1990 avec le saxophoniste Herman RILEY.

En 1993 il tourne au Japon, puis en Angleterre, et en Ireland en 1994 puis en Europe en 1995.

Il est décédé le 8 février 2005