William Edward «Billy» TAYLOR

(Pianiste et Enseignant)

Né à Greenville (Caroline du Nord) le 24 juillet 1921

Élevé à Washington, il reçoit ses premières leçons de piano à l’âge de sept ans. Sa famille préfère la musique classique, mais un oncle lui fait connaître les grands pianistes de jazz et il copie les enregistrements de «Fats» WALLER, Teddy WILSON et autres. Au collège, il apprend également le saxophone ténor, mais découragé par les facilités de son camarade de classe Frank WESS, il abandonne cet instrument.

En 1942 il étudie la musique au «Virginia State College», puis commence à travailler professionnellement; il joue un soir avec l’orchestre de Count BASIE et rencontre le batteur Jo JONES qui devient son mentor en jazz et un fidèle supporter de sa carrière. En 1944 il se rend à New York et décroche immédiatement deux brefs mais extraordinaires engagements, jouant avec le quartette du saxophoniste Ben WEBSTER au «Three Deuces», et lorsque Webster ne joue pas, avec le trompettiste «Dizzy» GILLESPIE et le contrebassiste Oscar PETTIFORD de l’autre côté de la rue, à l’«Onyx Club», leur pianiste Bud Powell étant souvent introuvable.

Il travaille en free lance avec le contrebassiste John KIRBY, le chanteur Noble SISSLE, la chanteuse Ethel WATERS et d’autres, jouant avec le violoniste Eddie SOUTH à New York et à Chicago (1944). Il joue également à New York avec le saxophoniste Walter «Foots» THOMAS. En 1945 il rejoint la formation du batteur Cozy COLE, qui comprend son homonyme le contrebassiste Billy TAYLOR (sans lien de parenté), dans le show «The Seven Lively Arts» et joue et enregistre avec le violoniste «Stuff» SMITH. Au début de 1946 il tourne comme membre du trio du contrebassiste «Slam» STEWART en remplacement d’Erroll Garner. À l’automne 1946 il vient en Europe où il demeure jusqu’au printemps 1947 avec l’orchestre du saxophoniste Don REDMAN, puis avec de petites formations générées à partir de musiciens de Don Redman dont la tournée était terminée.

De retour à New York, il co-dirige avec le saxophoniste Budd JOHNSON un groupement qui comprend le trompettiste Kenny DORHAM, le guitariste John COLLINS, le contrebassiste Lloyd TROTMAN et le batteur Charlie SMITH. Par la suite il joue avec le percussionniste MACHITO et explore le jazz latin avec ses propres formations. En 1951 il devient le pianiste maison du «Birdland» où il joue avec le saxophoniste Lester YOUNG, les trompettistes «Dizzy» GILLESPIE et Roy ELDRIDGE, les saxophonistes Stan GETZ, Lee KONITZ, Gerry MULLIGAN et Charlie PARKER et d’autres solistes au sein de all stars bop comprenant une section rythmique composées outre Taylor lui-même, du contrebassiste Charlie MINGUS et du batteur Art BLAKEY, Oscar PETTIFORD et Jo JONES ou Pettiford et Blakey. À partir de 1952 il dirige son propre trio avec le contreba ssiste Earl MAY (1951-59) et le batteur Charlie SMITH (1952-54) puis Ed THIGPEN (1956-58).

Au cours des années 1950s son intérêt pour l’enseignement du jazz se concrétise par quatre brefs cours élémentaires de styles de piano. Au cours de ces années, il écrit aussi des articles pour des magazines lus dans les écoles de musique et supervise la série d’émissions télévisées «The Subject is Jazz» (1958). Grâce à ces activités et, plus tard, grâce à la diversité de son jeu qui l’aide à s’établir en 1965, il devient un interprète respecté des arts en général et du Jazz en particulier.

Au début des années 1960s, son trio qui comprend le contrebassiste Joe BENJAMIN et le batteur Ray MOSOW joue seulement par intermittence, tandis qu’il travaille comme disc jockey à New York et continue son activité d’enseignant.

De 1969 à 1972 il dirige un orchestre de onze musiciens pour le «David Frost Show» à la télévision, tout en travaillant dans les clubs de jazz en trio avec le contrebassiste Bob CRANSHAW et le batteur Bobby THOMAS Jr. Au cours des années 1970s il écrit six petits livres sur les styles de piano, les arrangements en petite formation et l’harmonie.

En 1975 il obtient à l’«Université du Massachusetts» un diplôme pour sa dissertation «The History and Developement of Jazz Piano: a new perspective for educators». Il publie par la suite «Jazz Piano: History and Developement»en 1982. De mai 1977 à septembre 1980 il collabore régulièrement à la revue «Contemporary Keyboard», Il initie et dirige le programme de radio «Jazz alive». De 1981 aux années 1990s il présente des interviews et joue sur CBS Television, apparaissant régulièrement dans le show de Charles Kuralt «Sunday Morning».

Il continue à jouer avec son trio comprenant le contrebassiste Victor GASKIN et les batteurs Bobby THOMAS et Freddie WAITS (vers 1980) et Keith COPELAND (1980s), puis de nouveau Bobby THOMAS de 1988 au début des années 1990s.

En 1988 il fonde son propre label d’enregistrement «Taylor Made». Dans les années 1990s il obtient une chaire à l’«Université du Massachusetts», et en 1994 sa carrière est honorée au «Carnegie Hall» par «Billy Taylor: My first 50 years in Jazz» au cours du JVC Jazz Festival.

Il continue ensuite à diriger de nouvelles séries pour la «National Public Radio» et se produit à «Jazz Plaza» à La Havane (Cuba) en décembre 1997.