John «Streamline» EWING

(Tromboniste)


(ici avec Andrew Blakeney, tp, et Arcima Taylor ,cl)

Né à Topeka (Kansas) le 19 janvier 1917

Décédé à Pasadena (Californie)le 01 février 2002

Il s’intéresse très tôt à la musique. Sa mère faisant donner des leçons à ses frères aînés et à sa sœur, il joue d’oreille sur le piano familial. Il est très influencé par les disques de blues dc Bessie Smith et du Hot Five de Louis Armstrong qu’il réussit à entendre, malgré l’interdit de son père qui était prêcheur. Au cours des années vingt, il est attiré par la sonorité du trombone d’un de ses voisins. À son arrivée au collège à Los Angeles, il abandonne ses études de piano et adopte définitivement le trombone dont les leçons étaient gratuites.

Il fait ses débuts professionnels à dix-sept ans à Topeka dans l’orchestre local de Richard Harrison. C’est le batteur de l’orchestre qui lui donne son surnom de «Streamline» à cause de sa minceur. Topeka n’étant qu’à une centaine de kilomètres de Kansas City, il peut entendre Bennie Moten, Count Basie, Andy Kirk, Thamon Hayes et George E. Lee et se tenir au courant de ce qui se passe. En 1936-37 il rejoint l’orchestre de Gene Coy qui comprenait notamment Maxwell Davis qui écrivait les arrangements et Ann Coy au piano (la femme de Gene qui tenait la batterie). En 1937, avec deux collègues, ils filent à Los Angeles (1700 kilomètres) prenant le train en fraude. Là, il est embauché comme balayeur dans un film avec Mae West dont le chef des balayeurs était Louis Armstrong. Il participe à de nombreuses jam sessions pendant le tournage. Il joue ensuite à l’«Apollo» avec Maxwell Davis. En 1938 il se rend à Chicago et joue pendant quelques mois dans l’orchestre d’Horace Henderson, puis il entre dans celui d’Earl Hines où il demeure de 1938 à 1942. C’est durant cette période qu’il a l’occasion d’enregistrer. On l’entend dans un certain nombre de disques du grand orchestre d’Earl, notamment dans : Grand Terrace Shuffle, X.Y.Z., Windy City Jive, Yellow fire, où l’on remarque la forte influence de Trummy Young.

En 1943 il joue pendant une semaine avec Lionel Hampton au «Regal Theatre» de Chicago, puis une semaine dans le grand orchestre de Louis Armstrong qui voulait le garder, mais “Streamline” s’était engagé avec Jimmie Lunceford. Il joue de 1943 à fin 1945 chez Jimmie Lunceford. En 1946 il est avec Cab Calloway, et en 1948 avec Jay Mc Shann. En 1950 il joue dans les groupements de Cootie Williams, Louis Jordan et Earl Bostic avant de se rendre en Californie. Au début des années cinquante il joue régulièrement dans l’orchestre du batteur George Jenkins, et travaille aussi en free-lance dans plusieurs séances d’enregistrement, notamment avec «Les Supremes», «Les Temptations» et les premiers disques de Stevie Wonder. A partir de 1956 il joue avec Teddy Buckner avec qui il travaille pendant une quinzaine d’années et au début de 1962 effectue une tournée avec Horace Henderson. Il joue ensuite en 1967 avec Rex Stewart pour plusieurs engagements. En 1983 il est en tournée avec Johnny Otis, les «Ink Spots». En 1985, il est à Nice à la «Grande Parade du Jazz» et en 1987 avec Jack Mc Vea à Disneyland. En 1989, il joue en Suisse et en 1993 fait des musiques de films. On perd ensuite sa trace jusqu’à son décès à Pasadena le 01 février 2002.