John Birks «Dizzy» GILLESPIE

(Trompettiste)

Né à Cheraw (Caroline du Sud) le 21 octobre 1917

Décédé à Englewood (New Jersey) le 6 janvier 1993

Il est le plus jeune de neuf enfants. Son père qui était maçon et dirigeait un orchestre pendant les week-ends est mort lorsqu’il avait dix ans. Deux ans plus tard, il commence à apprendre seul à jouer du trombone et de la trompette. Son habileté musicale lui permet de suivre les cours du Laurinburg Institute en caroline du Nord en 1933 et d’entrer dans l’orchestre de l’école qui cherchait un trompette. En 1935, il quitte l’école et rejoint sa famille qui réside à Philadelphie. Là, il devient membre d’un orchestre dirigé par Frankie Fairfax qui comprend aussi Charlie Shavers. Shavers connaît beaucoup de solos de Roy Eldridge, et Dizzy les apprend en copiant Shavers. Au début, il ne connaissait que quelques phrases de Roy qui devient son modèle. C’est pendant son séjour chez Fairfax que ses clowneries lui valent son surnom de «Dizzy». Il quitte Philadelphie en 1937 et se rend à New York et commence à être connu comme musicien de jazz. Après avoir joué avec différents orchestres et beaucoup de jam sessions, il décroche un travail dans l’orchestre de Teddy Hill qui le fait jouer en soliste, surtout à cause de sa sonorité proche de Roy Eldridge. Deux mois après son entrée dans l’orchestre, il part avec lui en tournée en France et en Grande Bretagne. De retour à New York, il travaille dans différents groupes dont Edgar Hayes, Al Cooper’s Savoy Sultans et l’orchestre Afro-Cubain d’Alberto Socarras.

Au cours de l’été 1939, il entre dans l’orchestre de Cab Calloway. Au cours d’une tournée en 1940, il rencontre Charlie Parker à Kansas City, et par la suite commence à participer avec lui, Thelonious Monk, Kenny Clarke et d’autres à des jam sessions «after hours». Ce groupe de jeunes expérimente de nouvelles idées qui aboutissent à la création d’un nouveau style de musique appelé «Bop». À l’automne de 1941 à la suite d’une dispute avec Cab Calloway, celui-ci le congédie de son orchestre. Il travaille alors avec divers leaders dont Ella Fitzgerald à Boston, Coleman Hawkins et Benny Carter à New York, Charlie Barnet à Indianapolis et Toronto et à nouveau Benny Carter à New York de début janvier à février 1942. C’est à cette époque que Dizzy écrit sa plus célèbre composition : «Night in Tunisia». il fournit aussi des arrangements à Woody Herman, Jimmy Dorsey et Ina Ray Hutton. Il joue ensuite dans l’orchestre de Les Hite en mars 1942 et Lucky Millinder au cours de l’été.

Il dirige ensuite un petit groupement dans lequel se trouve Charlie Parker à Philadelphie au «Down Beat Club». Peu de temps après, les deux hommes tournent avec le big band d’Earl Hines de fin 1942 à septembre 1943. Après avoir quitté Earl Hines, il retourne à New York et travaille brièvement avec Coleman Hawkins, puis en octobre 1943 avec Duke Ellington. En novembre, il dirige une petite formation avec Oscar Pettiford à l’«Onyx Club» . À la même époque, Billy Eckstine forme un grand orchestre et l’engage pour jouer, écrire des arrangements et être le directeur musical. Il tourne avec cet orchestre jusqu’au cours du deuxième semestre 1944. Au printemps 1945, il reforme un quintette avec Charlie Parker pour un engagement au «Three Deuces» de New York. Il joue ensuite avec Don Byas et Erroll Garner entre avril et août. Au cours de l’année 1945, il fait ses premiers enregistrements avec des petites formations bop. Au cours de l’été 1945, il constitue son grand orchestre qui aura une courte existence. En décembre, il revient au «Three Deuces» avec Bud Powell, Ray Brown et Max Roach, puis agrandit le groupe en sextette pour des engagements à Los Angeles au «Billy Berg’s Swing Club» de décembre 1945 à février 1946. Il participe après à des concerts du J.A.T.P.

Il reforme un big band et commence à jouer au «Spotlite» et à l’«Apollo» au milieu de 1946. Il tourne largement avec cet orchestre, et Ella Fitzgerald se produit avec lui en concert au «Carnegie Hall» fin septembre 1947. Des difficultés financières l’obligent à dissoudre l’orchestre en juin 1950. Il joue ensuite dans différents clubs avec divers musiciens, notamment au «Birdland» en janvier et février 1951. À l’été 1954, il commence à jouer avec une trompette coudée spécialement créée pour lui. Il continue à tourner avec divers groupements et avec le J.A.T.P. À partir de 1970, on le voit dans de nombreux festivals. Il est demandé dans le monde entier. En 1989, il se produit trois cents fois dans vingt-sept pays différents et reçoit de nombreux honneurs. En France, il est fait Commandeur des Arts et lettres. Il joue encore en 1992, mais décède le 6 janvier 1993.