Robert Elliot «Jonah» JONES

(Trompettiste)

Né à Louisville (Kentucky) le 31 décembre 1909

Décédé à New York City le 30 avril 2000

Dès l’âge de 12 ans, il tient la trompette dans l’orchestre des élèves de son école. Quelques uns de ses camarades musiciens de cet orchestre sont devenus célèbres : Dickie Wells et Russell Bowles (trombone), Elizabeth Bowles, soeur de Russell, qui jouait du trombone et qui deviendra l’épouse de «Jonah»;, et Bill Beason qui tenait la batterie. A cette époque, il n’avait aucune notion de la théorie et de l’harmonie musicale, et son chef le surprenait souvent en train de faire des fausses notes. Celà le rendait furieux , et il se mettait à crier (il était bègue) : «Joooona, c’est vous qui fai-ai-aites cette fau-fau-fausse noote !». Tout le monde s’esclaffait, et c’est ainsi que son nom de Jones prononcé «Jonah» lui est resté comme surnom.

A 19 ans, fin 1928, il part jouer sur les riverboats, notamment sur l’ «Island Queen» qui faisait le trafic entre Cincinnati et la Nouvelle Orléans. En mars 1929, il entre dans l’orchestre d’Horace Henderson comme premier trompette. Roy Eldridge jouait aussi dans cet orchestre à ce moment-là, ainsi que Russell Bowles et Luke Stewart à la guitare. Il reste environ un an chez Horace Henderson, puis se rend à Buffalo en 1930 pour jouer avec Stuff Smith qui à cette époque avait un grand orchestre. Stuff Smith emmena cet orchestre à New York où il ne resta que deux semaines, retournant ensuite à Buffalo. A ce moment, l’orchestre est dissout et Jonah se retrouve chez Jimmie Lunceford qui jouait aussi à Buffalo à l’époque. Désirant rester à Buffalo, il entre ensuite dans l’orchestre de Lil Armstrong, où, frappée par la ressemblance de son jeu avec celui de Louis, elle le surnomma «Louis Armstrong N°2»;. Il reste à Buffalo, sauf en 1935 où il joue à Detroit avec les «Mc Kinney’s Cotton Pickers»;. Revenu à Buffalo, il rejoint Stuff Smith, et ils partent tous les deux à New York en février 1936 pour jouer à l’«Onyx Club» où ils obtiennent beaucoup de succès. Stuff était épatant pour amuser son public. Il jouait même du violon tout en portant un petit singe sur l’épaule. Jonah, lui, s’amusait à changer continuellement de chapeau, et comme c’est le melon qui avait le plus de succès, il en avait fait sa coiffure favorite.

Il reste quatre années consécutives avec Stuff Smith et ne le quitte qu’en 1940 pour entrer dans l’orchestre de Benny Carter avec lequel il enregistre et prends des solos dans «By the watermelon vine»;, «Boogie Woogie Sugar Blues» et «Babalu»;. Ensuite, il joue quelque temps chez Fletcher Henderson avant d’entrer chez Cab Calloway avec lequel il reste pendant onze ans de 1941 à 1952, le retrouvant à l’occasion. Il participe avec cet orchestre au fameux film «Stormy Weather»;. Par la suite, il joue avec Earl Hines et divers groupes de variétés et vient au «Salon du Jazz» de Paris en 1954, enregistrant avec Sidney Bechet. De retour aux États-Unis, il entame une nouvelle carrière. Il constitue une petite formation dans laquelle s’illustrera à partir de 1961 le pianiste André Persiani et joue pendant sept ans à l’ «Embers»;. Utilisant de nombreuses sourdines différentes, il obtient un énorme succès et enregistre toute une série de LP pour Capitol.

A partir de 1970, il ralentit un peu le rythme de ses activités, bien que participant en soliste à divers festivals tels que Newport, La Nouvelle-Orléans et Nice en 1978. Il accomplit encore une tournée en Europe en 1988 et décède le 30 avril 2000.

;