Ernest «Punch» MILLER

(Trompettiste-Chanteur)


                                                                                                                      (photo provenance internet)

Né à Raceland (Louisiana) le 10 juin 1894

Décédé à la Nouvelle-Orléans le 2 décembre 1971

Son vrai nom était Ernest Burden, mais il a pris le nom de jeune fille de sa mère : Miller. Son surnom de «Punch» lui a été donné à cause du nom de sa sœur jumelle Ernestine Judy. C’était «Punch and Judy». Vers l’âge de dix ans, il joue de la grosse caisse, du baritone horn et du trombone. À l’adolescence il opte pour le cornet, étudiant avec «Professor» James P. Humphrey. Il commence à jouer avec des groupes locaux : Paul Rossier’s Band et Spencer Taylor’s Brass Band. Il se rend ensuite à La Nouvelle-Orléans et obtient son premier emploi régulier en 1917 avec le tromboniste Jack Carey. Mobilisé pour le service militaire, il joue dans des orchestres militaires à Camp Beauregard. Démobilisé en 1919, il revient à La Nouvelle-Orléans, a quelques engagements avec Kid Ory, puis de nouveau un travail régulier avec Jack Carey. Il forme ensuite son propre orchestre. En 1921, il joue brièvement dans l’orchestre de Fate Marable sur un bateau qui remonte à St Louis. En 1924, il revient avec Jack Carey pour une tournée régionale. Durant le début des années vingt, il double comme second trompette dans des orchestres dirigés par Buddy Petit et Chris Kelly, puis forme un duo avec Manuel Manetta dans le milieu des années vingt. Il tourne ensuite quelques mois avec Bunk Johnson dans un orchestre dirigé par le batteur Frank Davis, puis avec Oscar «Papa» Celestin et tourne avec William McBride dans le vaudeville «Mack’s Merry Maker’s Revue». Vers la fin de 1926, avec le guitariste Huey Long, il se rend à Chicago. Là, il a quelques engagements à «La Salle Book Store», et travaille avec l’orchestre de Hugh C. Swift à la «Jeffrey Tavern». En 1927, il tourne avec Jelly Roll Morton puis joue avec différents leaders à Chicago : Al Wynn, Tiny Parham et Erskine Tate au «Vendome». Au printemps de 1926, il est au «LaRue’s Dreamland» avec Freddie Keppard. À partir de l’automne 1929, il joue régulièrement dans un orchestre dirigé par un batteur de La Nouvelle-Orléans, François Moseley : le «Frankie Franko and his Louisians’». En 1933, il dirige brièvement son propre orchestre : «Harlem Club Four» et revient en octobre 1934 avec «Frankie Franko» pour une tournée. De la fin de 1934 au début de 1935, il joue à New York dans l’orchestre de Leonard Reed au «Harlem Playhouse», puis revient avec «Frankie Franko» au «Golden Lily» de Chicago (1935). Après la fermeture de ce club, il joue avec le «Zilner Randolph’s W.P.A.» et tourne avec Walter Barnes. Au début des années quarante, il dirige sa propre petite formation ou trio dans différents clubs de Chicago : «H. and T. Tavern», «The Dipsy Doodle», jouant également dans l’orchestre dirigé par «Sir» Oliver Bibbs. En 1945, il joue au «900 Club» de Chicago avec Jasper Taylor. Il fait ensuite de longues tournées avec divers «Carnival shows». En 1947, il apparaît dans l’émission de radio de Rudi Blesh «This is jazz», et tourne avec les «Bronze Mannekins» (1948). Il travaille ensuite dans des orchestres de cirque et retourne à la Nouvelle-Orléans fin 1956, jouant avec différents orchestres jusqu’à ce qu’il soit atteint d’une sérieuse maladie en 1959. Il joue encore régulièrement dans les années soixante à Cleveland, fait une tournée au Japon avec George Lewis au début de 1964 et continue à jouer à La Nouvelle-Orléans jusqu’à sa mort le 2 décembre 1971.