Elvin Ray JONES

(Batteur et chef d’orchestre)


Né à Pontiac (Michigan) le 9 septembre 1927


Frère du pianiste Hank JONES (1918-2010) et du trompettiste Thad JONES (1923-1986).


Il joue de la batterie dès l’âge de treize ans et commence sa carrière professionnelle dans des groupes locaux de Pontiac et de Detroit. Au cours de son service militaire (1946-49) il joue dans des orchestres de l’armée. De retour dans le Michigan il travaille avec divers orchestres dont certains organisés par son frère Thad et occasionnellement entreprend des tournées. Sa fréquentation du batteur Art MADIGAN lui vaut de remplacer ce dernier dans le quintette du saxophoniste Billy MITCHELL dont le groupe comprend son frère Thad. Cette formation étant l’orchestre maison du «Bluebird Club» de Detroit il accompagne les musiciens de renommée nationale de passage. Il quitte la région pour une tournée avec le quartette du contrebassiste Charlie MINGUS au cours de l’été 1955 et se produit au «Newport Jazz Festival». Ce groupe devient un trio avec Charlie MINGUS et le pianiste Bud POWELL pour une courte période à Cleveland en octobre 1955. Il continue ensuite pendant quelques mois avec le contrebassiste Tommy POTTER qui remplace Mingus. Au printemps 1956 il se rend à New York où il commence à se forger une réputation de batteur dynamique dans la tradition d’Art Blakey. Parmi les groupes les plus notables avec lesquels il joue et enregistreavec le «Powell’s Trio» au «Birdland», le tromboniste J. J. JOHNSON (juillet 1956-mars 1957), le guitariste Kenny BURRELL et le saxophoniste Sonny ROLLINS (les deux en 1957), le pianiste Tommy FLANAGAN (1957, 1959), le quintette du trompettiste Donald BYRD avec le saxophoniste Pepper ADAMS (1958), le tromboniste Tyree GLENN (1958-59) et le trompettiste Harry «Sweets» EDISON (1959-60). En octobre 1960 il devient membre du quartette du saxophoniste John COLTRANE commençant une association de cinq ans avec cette formation interrompue de mi-avril à début octobre 1963 lorsqu’il est incarcéré à «Ricker’s Island» à New York pour usage de stupéfiants. Trouvant les arrangements incompatibles avec ses idées musicales (suite à l’adjonction d’un second batteur) il quitte John Coltrane au début de 1966 et joue brièvement au cours d’une tournée en Europe avec l’orchestre de Duke ELLINGTON. Il joue en Europe pendant quelques temps, remplaçant Kenny CLARKE au «Blue Note» à Paris avant de regagner les USA où il forme une série de trios, quartettes et sextettes. En 1969 il enregistre avec le pianiste Phineas NEWBORN et joue et enregistre avec Pepper ADAMS (1976-77). De 1983 à 1985 il continue à tourner en Europe et en Amérique comme leader d’un quartette. À partir de 1985 avec sa femme qui est japonaise, il vit souvent à Nagasaki où ils dirigent un petit restaurant et un jazz club.


En 1990 il limite ses activités en Amérique, dirigeant sa «Jazz Machine».