Jonathan Davis Samuel «Jo» JONES

(Batteur)


Né à Chicago (Illinois) le 7 octobre 1911

Décédé à New York le 3 septembre 1985


Élevé en Alabama, il étudie la musique pendant treize ans, jouant des saxophones, de la trompette et du piano. Il commence à tourner comme instrumentiste et «tap-dancer» avec divers «Carnival Shows» avant de devenir batteur à la fin des années 1920. À Omaha (Nebraska) il joue dans un orchestre dirigé par le trompettiste Lloyd HUNTER (1931-32), puis travaille comme pianiste et vibraphoniste avec Tommy DOUGLAS à Joplin (Missouri) et à Kansas City où en 1934, redevenu batteur, il commence une longue association avec le pianiste William «Count» BASIE. Après plusieurs engagements avec divers orchestres obscurs, il revient jouer avec Basie à la fin de l’année suivante. Il le quitte brièvement en 1936 pour rejoindre le contrebassiste Walter PAGE dans la section rythmique du «Jeter-Pillars Orchestra» à St. Louis, mais à la fin de l’année il revient avec Walter dans le groupement de «Count» BASIE. Lorsque Freddie GREEN remplace le guitariste Claude Williams en mars 1937, Basie a trouvé la section rythmique idéale. On peut voir Jo Jones dans le film «Jammin’ the Blues» (1944). Mise à part la période de son service militaire de septembre 1944 à janvier 1946, il reste avec Basie jusqu’en août 1948. Dès la fin des années 1930 il prend part en «freelance» à de nombreuses sessions d’enregistrement avec le pianiste Teddy WILSON et la chanteuse Billie HOLIDAY. À partir de la fin des années 1940 il commence une activité intense de «freelance» avec divers musiciens. En 1947 il effectue sa première tournée avec le «Jazz at The Philharmonic» (J.A.T.P.) venant en Europe de nombreuses fois. En 1948, après avoir quitté Basie, il dirige un trio et travaille dans l’orchestre du saxophoniste «Illinois» JACQUET avec lequel il reste jusqu’en 1950. Il joue ensuite avec le saxophoniste Lester YOUNG au «Birdland» de New York (1950) et avec le trompettiste Ruby BRAFF au «Storyville» de Boston (été 1951) il tourne ensuite avec le J.A.T.P. (1951) et travaille au sein du quartette du pianiste Jo BUSHKIN (1951-53). Au milieu des années 1950 il dirige des groupements et accompagne plusieurs pianistes dont Teddy WILSON, Claude HOPKINS, Ray BRYANT, Art TATUM et Jo BUSHKIN. Au cours de cette période il est extrêmement actif dans les studios et participe à des sessions dirigées par le trompettiste «Buck» CLAYTON (1953-56) et par le tromboniste Vic DICKENSON (1954), enregistrant avec le trompettiste Roy ELDRIDGE et le saxophoniste Marshall ROYAL (les deux en 1953), le saxophoniste Ben WEBSTER (1954-55), le chanteur Jimmy RUSHING (1954-59), les pianistes Ray BRYANT (1955-56), Teddy WILSON (1955-57), les saxophonistes Lester YOUNG et Zoot SIMS, le tromboniste Bob BROOKMEYER, «Illinois» JACQUET et Art TATUM (tous en 1956), Billie HOLIDAY, le saxophoniste Paul QUINICHETTE, le tromboniste Dicky WELLS et le saxophoniste Buddy TATE (tous en 1958), le saxophoniste Johnny HODGES (1958-59), ainsi qu’avec «Buck» CLAYTON et Vic DICKENSON et Ben WEBSTER (tous en 1959). Il apparaît au «2nd Newport Jazz Festival» (1955) dans une «Jam session» avec le trompettiste Bobby HACKETT, Ben WEBSTER, le tromboniste Kai WINDING, les pianistes Billy TAYLOR et Dick KATZ, une expérience renouvelée en 1958 avec «Buck» CLAYTON, le tromboniste Jack TEAGARDEN, le clarinettiste Pee Wee RUSSELL, le chanteur «Big Joe» TURNER et d’autres. En 1960 il forme une alliance inhabituelle avec le contrebassiste Charlie MINGUS aux «Cliff Walk Manor Concerts» organisés par Mingus et le batteur Max ROACH. En juillet 1961 il tourne en Amérique du Sud au sein d’un quintette comprenant Roy ELDRIDGE, le saxophoniste Coleman HAWKINS, le pianiste Tommy FLANAGAN et le contrebassiste Ahmed ABDUL-MALIK. L’année suivante il enregistre encore avec «Illinois» JACQUET ainsi qu’avec Pee Wee RUSSELL et Coleman HAWKINS et l’organiste Marlowe MORRIS. Au début de 1967 il participe au 29e anniversaire du concert «Spirituals to Swing» produit à «Carnegie Hall» par John Hammond, et plus tard dans l’année il fait son dernier enregistrement avec Jimmy RUSHING. De 1966 à 1974 il tourne en Europe avec l’organiste Milt BUCKNER, rejoints parfois par «Illinois» JACQUET, « Buck» CLAYTON et Slam STEWART et enregistre plusieurs albums. Il apparaît avec Milt Buckner dans le film de Louis Panassié «L’Aventure du Jazz» et enregistre pour le même producteur un double album «The Drums» où il raconte et illustre l’histoire de la batterie, évoquant les grands batteurs qu’il a connus.


Il est décédé des suites d’un cancer à New York le 3 septembre 1985.