«Barney» Albany Leon BIGARD

(Clarinettiste et saxophoniste ténor)

Né à La Nouvelle-Orléans (Louisiane) le 3 mars 1906

Décédé à Culver City (Californie) le 27 juin 1980

Le prénom «Barney» est une déformation du surnom qu’on lui donnait étant enfant : «Bonnie» pour Albany.

Son frère aîné Alex (Alexander Louis) Bigard, né à La Nouvelle-Orléans le 25 septembre 1899 et décédé à La Nouvelle-Orléans le 27 juin 1978, était batteur. Il était issu d’une famille de musiciens. Il était cousin du trompettiste Natty Dominique ainsi que du violoniste, compositeur Armand J. Piron. Son oncle Emile Bigard, né à La Nouvelle-Orléans vers 1892 et décédé dans cette même ville vers 1935, était un violoniste réputé.

Barney commence à l’âge de sept ans par étudier avec Lorenzo TIO Jr. sur une clarinette en mi bémol (modèle plus petit que la clarinette classique en si bémol) et reçoit également des leçons de musique de son oncle Emile.

Découragé par la clarinette, il adopte le saxophone ténor et entre dans l’orchestre du clarinettiste Albert NICHOLAS au «Tom Anderson’s Saloon» en 1922. Après un bref engagement avec le contrebassiste Oke GASPARD et avec le cornettiste Amos WHITE en 1923, il retourne chez Albert NICHOLAS au «Tom Anderson’s Saloon».

À la fin de 1924 il se rend à Chicago, et après deux mois passés avec le pianiste Dave PEYTON, il rejoint l’orchestre de Joe «King» OLIVER pour un engagement au club «The Plantation», jouant du saxophone ténor jusqu’à ce que Darnell Howard quitte l’orchestre, date à partir de laquelle Barney se spécialise à la clarinette. Il quitte Chicago avec «King» OLIVER en avril 1927 pour jouer à St Louis (Missouri) et à New York. Il fait ensuite une tournée, toujours avec Oliver, avant de rejoindre la formation du saxophoniste et violoniste Charlie ELGAR à l’«Eagle Ballroom» de Milwaukee au cours de l’été 1927.C’est au cours de cette période que Barney enregistre ses premiers disques avec «King» Oliver, ainsi qu’avec «Jelly Roll» Morton, Johnny Dodds et Louis Armstrong.

De retour à New York, il joue dans l’orchestre du pianiste Luis RUSSELL pendant deux mois avant de rejoindre la formation de Duke ELLINGTON en décembre 1927. Il reste avec le Duke jusqu’en juin 1942, mis à part une courte absence au cours de l’été 1935. Il quitte l’orchestre pour former un petit groupement en août 1942 et qu’il dissout en novembre de la même année pour rejoindre le pianiste Freddie SLACK qu’il quitte au cours de l’été 1943. Au cours de ce séjour en Californie, il participe à diverses séances de studio ainsi qu’à l’enregistrement de bandes sonores pour le film «I dood it».

Il dirige à nouveau une petite formation en résidence à Los Angeles, puis à l’«Onyx Club» de New York, de l’automne 1944 au début de 1945. De retour à Los Angeles, il travaille de nouveau en studio pour des bandes de films, tout en dirigeant sa propre formation à Los Angeles.

Au cours de l’année 1946 il joue régulièrement avec le tromboniste Edward «Kid» ORY et prend part avec lui au tournage du film «New Orléans».

En août 1947 il est engagé dans le «All Stars» que crée Louis ARMSTRONG, et y reste jusqu’à l’été 1952. De retour sur la côte ouest , il travaille un peu en «freelance» et dirige une petite formation avant de rejoindre à nouveau Louis ARMSTRONG du printemps 1953 à août 1955. Il dirige encore une petite formation, puis tourne avec l’orchestre du batteur Ben POLLACK à la fin de 1956. Il participe à nouveau à des enregistrements pour des films et apparaît dans le film «St Louis Blues». Il tourne ensuite avec l’orchestre du batteur Cozy COLE de novembre 1958 à mars 1959, puis dirige son propre orchestre au «Ben Pollack’s Club» avant de revenir au sein du «All Stars» de Louis ARMSTRONG d’avril 1960 à septembre 1961.

À partir de 1962 il prend une semi-retraite, jouant pour quelques concerts, séances d’enregistrements ou émissions de télévision. Il participe aussi à quelques festivals. Il joue notamment avec les «John StCyr’s Young Men of New Orléans» à Disneyland et travaille brièvement avec le trompettiste «Muggsy» SPANIER à San Francisco à l’automne 1962. Il honore aussi quelques engagements de courte durée avec le trompettiste Rex STEWART en 1966 et 1967, puis avec le trompettiste «Wild Bill» DAVISON, le pianiste Art HODES et le guitariste Eddie CONDON d’octobre 1971 à 1972 et joue avec des orchestres organisés par George Wein et Barry Martyn qui devient son biographe. On le voit encore plusieurs fois à la «Grande Parade du Jazz» de Nice (France) entre 1976 et 1979.

Barney Bigard est décédé à Culver City (Californie) le 27 juin 1980 nous laissant de nombreux enregistrements témoins de son talent.