Edmond Blainey HALL

(Clarinettiste et saxophnoniste alto et baryton)


Né à La Nouvelle-Orléans (Louisiane) le 15 mai 1901

Décédé à Boston (Massachusetts) le 11 février 1967

Edmond HALL est issu d’une famille de musiciens. Son père Edward Blainey Sr. HALL était clarinettiste dans l’«Onward Brass Band» de Reserve (Louisiane), à ne pas confondre avec l’orchestre du même nom de La Nouvelle-Orléans. (Né à Reserve (Louisiane) le 9 juin 1860 et décédé à La Nouvelle-Orléans le 8 juillet 1933). Ses frères Robert, Clarence et Herbert étaient tous clarinettistes.

Edmond commence par apprendre seul à jouer de la guitare, puis deux ans plus tard opte pour la clarinette et fait son apprentissage avec divers musiciens autour de La Nouvelle-Orléans, tels que les trompettistes «Kid» Thomas VALENTINE, Lee COLLINS et Chris KELLY vers 1919-1920.

En 1920 il entre avec Lee COLLINS dans l’orchestre du tromboniste Jack CAREY, puis de 1921 à 1923 travaille avec le «Buddy Petit’s Band», effectuant des tournées à Houston et à Galveston où il achète son premier saxophone alto. Il quitte ensuite La Nouvelle-Orléans avec l’orchestre du trompettiste Mack THOMAS pour jouer à Pensecola (Floride), puis rejoint la formation de huit musiciens du pianiste «Eagle Eye» SHIELD à Jacksonville en 1924. Dans cet orchestre il joue aux côtés du trompettiste Cootie WILLIAMS alors âgé de quatorze ans seulement. Deux ans plus tard en 1926, avec Cootie Williams, il rejoint les «Alonzo Ross and his Deluxe Syncopators» à Miami (Floride), jouant du saxophone soprano dans cette formation. Il effectue ses premiers enregistrements avec cet orchestre en août 1927 et son premier voyage à New York en mars 1928. Après deux semaines au «Rosemont Ballroom», l’orchestre d’Alonzo Ross est dissous. Edmond et Cootie rejoignent alors l’orchestre du batteur Arthur «Happy» FORD à Happyland (New York).

En juillet 1929 Edmond se rend à Atlantic City pour rejoindre le saxophoniste Billy FOWLER, puis revient à New York deux mois plus tard et commence à travailler avec le pianiste Charlie SKEETE au «Venetian Gardens» de New York.

À la fin de 1929 les musiciens de Charlie Skeete désignent le pianiste Claude HOPKINS comme chef et l’orchestre prend son nom. C’est cet orchestre qui fait l’ouverture du «Savoy Ballroom» de Harlem en janvier 1930. Au sein de cette formation, Edmond Hall joue en soliste vedette de la clarinette, du saxophone baryton et parfois de l’alto. Mises à part de brèves absences, il demeure avec Hopkins jusqu’en 1935.

En 1936 il entre dans l’orchestre de Lucky MILLINDER. En 1937 il joue avec les «Billy Hicks’ Sizzling Six», et à la fin de cette année revient chez Lucky MILLINDER. Au début de 1939 il joue en trio avec le batteur «Zutty» SINGLETON avant de rejoindre le pianiste Joe SULLIVAN en octobre.

Fin 1940 il entre pour un an dans le sextette du trompettiste Henry «Red» ALLEN. De la fin de 1941 à 1944 il joue dans la formation du pianiste Teddy WILSON, déclinant une offre de Duke ELLINGTON en juin 1942 pour remplacer Barney Bigard.

En septembre 1944 il forme son propre sextette pour une longue résidence aux deux «Cafe Society» de New York. Il y reste jusqu’à l’automne 1946. Il continue ensuite à diriger sa formation à Boston jusqu’en 1950. Après une tournée de trois semaines en Californie, il revient à New York jouer au club d’Eddie CONDON en juillet 1950 et y demeure jusqu’en septembre 1955, date à laquelle il entre dans le «All Stars» de Louis ARMSTRONG avec qui il tourne jusqu’en juillet 1958. Il travaille alors en «freelance».

En octobre 1959 il part vivre trois mois au Ghana, pensant créer un studio pour y enseigner le Jazz et former un orchestre, mais ses projets n’aboutissent pas. Il rentre alors à New York en décembre 1959 et durant les années soixante effectue plusieurs tournées en Europe : Tchécoslovaquie, Allemagne, Grande Bretagne etc… En 1962 il joue en Angleterre avec le tromboniste Chris BARBER.

Au cours de l’été 1964 il revient chez Eddie CONDON jouer avec le trompettiste Jimmy McPARTLAND. En janvier 1967 il participe à un concert de jazz à «Carnegie Hall» et un peu plus tard au «Boston Globe Jazz Festival».

Le 11 février 1967 il décède d’une attaque cardiaque alors qu’il déblayait la neige autour de sa maison.

P.S. Son batteur préféré était Sidney «Big Sid» CATLETT.