Woodrow Charles «Woody» HERMAN

(Clarinettiste, saxophoniste alto et soprano, chef d’orchestre et chanteur)

Né à Milwaukee (Wisconsin) le 16 mai 1913

Décédé à Los Angeles (Californie) le 29 octobre 1987

L’orthographe de son nom à l’état civil était HERMANN.

Dès l’âge de dix ans il chantait dans les théâtres de Vaudeville. À onze ans il apprend le piano et le violon, puis le saxophone, et à quatorze ans la clarinette. Il apprend aussi à danser.

Vers 1928, il travaille dans l’orchestre de Myron STEWART et effectue une tournée au Texas avec l’orchestre de Joe LICHTER. Il devient ensuite, pour peu de temps, étudiant à la «Marquette University», puis joue de 1929 à 1933 avec Tom GERUN (Gerunonitch). En 1933 il passe huit mois dans l’orchestre d’ Harry SOSNICK, deux mois avec Gus ARNHEIM, puis avec Joe MOSS avant de rejoindre les «Isham Jones’ Juniors» en 1934. Il rejoint cette formation à Denver (Colorado) et reste avec Jones jusqu’à la dissolution de l’orchestre à la fin de l’été 1936.

À la suite de cet évènement, il forme, avec cinq ex-membres du défunt groupe, le noyau d’un orchestre en coopérative dont il devient le leader. Le nouvel orchestre joue pour la première fois au «Sohroeder Hotel» de Milwaukee, mais fait ses débuts officiels au «Roseland» de Brooklyn. L’orchestre présenté comme «L’orchestre qui joue le Blues» devient rapidement populaire et son succès au box-office fait un bond en avant avec l’enregistrement de «The Woodshoppers Ball».

En 1938 il enregistre avec «The King Jesters». Au début des années quarante, après de larges changements de personnel, l’orchestre devient internationalement connu avec l’arrivée du contrebassiste Chubby JACKSON, du trompettiste et arrangeur Neal HEFTI, du pianiste et arrangeur Ralph BURNS, du saxophoniste ténor Flip PHILLIPS et du tromboniste Bill HARRIS.

En 1946, l’orchestre crée à «Carnegie Hall» l’«Ebony Concerto», écrit spécialement par le compositeur Igor STRAVINSKY.

L’orchestre est dissous en décembre 1946, mais en 1947 il le reforme, mais doit le réduire à une petite formation en 1949.

Au cours des années cinquante il continue à diriger divers groupes. En 1954 il effectue avec son orchestre sa première tournée européenne.

Durant la fin des années cinquante et les soixante, il dirige pendant plusieurs mois chaque année des «big bands» habituellement assemblés pour des tournées spécifiques. Au printemps 1959 il vient en Europe avec quelques musiciens vedettes et tourne avec un orchestre anglo-américain. Il tourne encore plusieurs fois en Europe au cours des années soixante et en 1970 joue en Orient. À cette époque, il se met au saxophone soprano et inclut du «Jazz-Rock» dans son répertoire.

En 1976 un concert à «Carnegie Hall» marque ses quarante ans comme chef d’orchestre. En 1977 il reçoit un doctorat d’honneur du «Berklee College of Music» et en 1980 il est le premier homme blanc élu «Roi des Zoulous» à La Nouvelle-Orléans.

De 1976 à 1979 il effectue chaque année une tournée en Pologne et en 1980 joue en Amérique du Sud.

Il apparaît à la «Grande Parade du Jazz» de Nice en 1981, puis travaille principalement sur la côte ouest avant de jouer en résidence au «St Regis Hotel» de New York.

En 1985 il visite l’Europe et l’Australie et continue de jouer jusqu’à ce qu’il soit hospitalisé à cinq reprises. Ces séjours l’amènent progressivement à la pauvreté.

Le Trésor américain saisit tous ses biens ainsi que sa maison, et il meurt dans le dénuement à Los Angeles le 29 octobre 1987.