Milton «Mezz» MEZZROW

(Clarinettiste, saxophoniste ténor et chef d’orchestre)

Né à Chicago (Illinois) le 9 novembre 1899

Décédé à Paris (France) le 5 août 1972

Son vrai nom était Milton MESIROW.

Né dans une famille de la petite bourgeoisie d’immigrés, il apprend en 1917 à jouer du saxophone au cours d’un bref séjour en prison. Libéré, il commence à jouer pour de courts engagements à et autour de Chicago à partir de 1923. Plus tard il joue dans diverses résidences durant les saisons d’été dont certaines sous sa direction au «Martinique Inn» et à l’«Indian Harbor» au cours de l’été 1924.

Il joue ensuite occasionnellement avec l’«Austin High School Gang » comprenant entre autres le trompettiste Jimmie McPARTLAND et le clarinettiste Frank TESCHEMACHER. En 1925 il travaille avec Irving ROTHSCHILD et en 1926 avec les «Husk O’ Hare’s Wolverines».

Il enregistre avec les «Jungle Kings» et les «Chicago Rhythm Kings», puis dirige pendant peu de temps sa propre formation : le «Purple Grackle Orchestra» en 1928.

Il se rend ensuite à New York et remplace le saxophoniste Gil RODIN dans l’orchestre du batteur Ben POLLACK en juin et juillet 1928. En octobre il enregistre avec le guitariste Eddie CONDON et joue pour quelques brefs engagements avant de se rendre en Europe en mars 1929. C’est à cette époque que naît sa grande amitié avec le critique Hugues PANASSIÉ. Il dirige brièvement un quartette à l’«Ermitage Moscovite» à Paris avant de rentrer à New York en avril 1929. Là il tourne avec le trompettiste «Red» NICHOLS puis travaille avec le «Jack Levy‘s Orchestra» au «Minsky’s» de New York.

Au cours des années trente il joue occasionnellement de la clarinette et du saxophone ténor, mais est plus actif dans d’autres occupations. Il organise des séances d’enregistrement en 1933 et 1934, dirigeant des orchestres de studio.

En novembre 1937 il réunit un des premiers orchestres interraciaux pour une courte résidence au «Harlem Uproar House» et au «Savoy Ballroom» en décembre 1937. L’orchestre doit être malheureusement dissous par manque d’engagement.

En 1938 il prend part aux séances d’enregistrement supervisées par le critique français Hugues PANASSIÉ avec le trompettiste Tommy LADNIER qui était tombé dans l’oubli. Une autre séance a lieu au début de 1939 avec le trompettiste Frank NEWTON. À la fin de 1938 il joue brièvement avec l’orchestre du batteur Manzie JOHNSON au «Palace» de New York.

En 1939 et 1940, «Mezz» dirige à l’occasion de petits groupements, mais en 1941 et 1942 il se retire de la vie musicale. Au printemps de 1943, il dirige à nouveau un orchestre au «Kelly’s Stables» de New York, puis joue avec le pianiste Art HODES en 1943 et 1944.

À partir du début de 1945 il dirige de temps en temps ses propres petites formations au «Jimmy Ryan’s», puis crée sa propre compagnie de disques «King Jazz» avec laquelle il réalise toute une série d’enregistrements remarquables avec Sidney BECHET, le trompettiste Oran «Hot Lips» PAGE, le pianiste Sammy PRICE, le batteur Kaiser MARSHALL et d’autres.

En février 1948 il amène un orchestre en Europe pour le «Premier Festival de Jazz» de Nice (France). Véritable «All Stars», cet orchestre comprend le trompettiste Henry GOODWIN, le tromboniste James ARCHEY, le tout jeune (20 ans) clarinettiste et sopraniste Bob WILBER, le pianiste Sammy PRICE, le contrebassiste George «Pops» FOSTER et le batteur Warren «Baby» DODDS. Après le festival, il effectue avec cet orchestre une courte tournée en France puis regagne les États-Unis.

En 1951 il revient en France et se produit avec l’orchestre du clarinettiste Claude LUTER au «Vieux Colombier» à Paris. De la fin de 1951 au début de 1952 il monte un orchestre pour une tournée en Europe avec le trompettiste Lee COLLINS et le batteur «Zutty» SINGLETON, la formation étant complétée par le saxophoniste ténor Guy LAFITTE, le tromboniste «Mowgli» JOSPIN et le pianiste André PERSIANI.

En 1953 il revient encore en Europe avec un nouvel orchestre comprenant le trompettiste Buck CLAYTON, le tromboniste «Big Chief» Russell MOORE, le saxophoniste ténor et clarinettiste Gene SEDRIC (ex-compagnon de Fats Waller), le pianiste «Red» RICHARDS, le batteur Kansas FIELDS, le tap dancer, trompettiste et chanteur «Taps» MILLER, et les danseurs Della GRAYSON et Nick NICHOLSON.

Il tourne encore en Europe à la fin de 1954 et au début de 1955 avec un autre orchestre comprenant le trompettiste Lee COLLINS, le tromboniste James ARCHEY, le jeune pianiste français de 24 ans Claude BOLLING et le batteur Fred MOORE. À partir de cette époque, «Mezz» se fixe à Paris et continue à jouer en invité partout en Europe au cours des années soixante. Vers la fin de sa vie, il se produit rarement, jouant de temps en temps dans des clubs parisiens. Il consacre beaucoup de temps à son autre passion : les courses de chevaux.

Au début de 1970 il effectue une visite à New York, puis revient à Paris où il décède le 5 août 1972. Ses cendres sont conservées au Cimetière du Père Lachaise à Paris.

«Mezz» avait été marié à une femme de couleur prénommée Mae et en avait eu un fils. Outre ses enregistrements, Mezzrow nous a laissé un livre de souvenirs fort intéressant sous le titre de «La Rage de Vivre», en anglais «Really The Blues».