Charles Ellsworth «Pee Wee» RUSSELL

(Clarinettiste)


Né à Maple Wood près de St Louis (Missouri) le 27 mars 1906

Décédé à Alexandria (Virginie) le 15 février 1969

Durant son enfance il se rend avec sa famille à Muskogee (Oklahoma) où il suit les cours de la «Central High School». Là, il prend des leçons de violon, piano et batterie, mais après avoir entendu une prestation locale du clarinettiste Alcide «Yellow» NUNEZ avec les «Louisiana Five», il décide d’adopter la clarinette et étudie cet instrument avec Charlie MERRILL en 1918.

Il commence peu après à travailler dans l’orchestre des «Perkins Brothers» près de Muskogee. Plus tard il joue avec le «Deep River Jazzband» sur un riverboat de l’Arkansas.

Sa famille revient à St Louis vers 1920, et «Pee Wee» est incorporé à la «Western Military Academy» à Alton (Illinois) du 15 septembre 1920 au 21 octobre 1921.

Plus tard il suit les cours de l’Université du Missouri, mais passe le plus clair de son temps à jouer sur les riverboats. À partir de cette époque il joue pour quelques dates avec le «Herbert Berger’s St Louis Club Orchestra». Plus tard il prend des leçons de clarinette avec Tony SARLIE du «St Louis Symphony Orchestra».

Vers 1922 il tourne avec le «Allen Brothers Tent Show» avant de rejoindre Herbert BERGER à Juarez (Mexique) vers 1923. Plus tard il travaille avec le «Floyd Robinson’s Band» à El Paso (Texas), puis joue à nouveau avec Herbert BERGER en Arizona et en Californie, jouant aussi en 1924 à Houston avec les «Peck Kelley’s Bad Boys» au côté du tromboniste Jack TEAGARDEN. Dans cet orchestre, outre de la clarinette, il joue également de la clarinette basse, du saxophone alto et du ténor.

De retour à St Louis il travaille encore avec Herbert BERGER, effectuant ses premiers enregistrements avec cette formation en novembre 1924.

Il fait ensuite de brèves tournées avec Gene RODEMICH, Joe GILL, Ray LODWIG et Joe JOHNSON. À la fin de 1925 il joue dans l’orchestre du saxophoniste Frankie TRUMBAUER avec le trompettiste Leon «Bix» BEIDERBECKE à l’«Arcadia Ballroom» de St Louis (septembre 1925 à mai 1926). Les trois amis restent ensembles durant l’été à Houston Lake (Indiana) dans un orchestre dirigé par Jean GOLDKETTE.

En août 1927 il se rend à New York pour rejoindre le trompettiste «Red» NICHOLS avec qui il travaille à de nombreuses occasions au cours des années vingt et au début des années trente, enregistrant avec cette formation. Il joue aussi dans les orchestres de fosse de Broadway pour des revues musicales telles que «Strike up the band» de George Gershwin de fin 1929 à juin 1930, utilisant toute la gamme des instrument à anches : clarinette, clarinette basse, saxophones soprano, alto et ténor sous la direction de divers chefs d’orchestres, notamment Paul SPECHT, Cass HAGEN, Don VOORHEES, Austin WYLIE, Ben POLLACK etc…

Il joue également dans des orchestres de peu d’intérêt et enregistre avec les «Mound City Blue Blowers» et les «Rhythmakers», avec le chanteur Billy BANKS, le guitariste banjoïste Jack BLAND et le guitariste banjoïste Eddie CONDON.

Au cours de l’été 1933 il joue dans l’orchestre de Payson RE avec le trompettiste Bobby HACKETT à Falmouth (Massachusetts), puis durant l’hiver 1933-34 il joue au «Crescent Club» de Boston avec Bobby HACKETT et le pianiste Teddy ROY. Il se rend ensuite à New York, jouant pour de courts engagements et travaille avec le trompettiste chanteur Louis PRIMA au «Famous Door de la 52e rue de New York, puis en septembre au «Famous Door» de Los Angeles. Après avoir participé à trois petits films avec Louis Prima à Hollywood, il se rend à Chicago avec un grand orchestre réuni par Louis PRIMA pour une résidence au «Blackhawk Restaurant» de septembre 1936 à janvier 1937. Après une courte maladie, il travaille avec les «Parker’s Playboys» à Chicago en avril 1937.

À partir du milieu de 1937 il entame une longue résidence au «Nick’s» dans le Greenwich Village de New York qui se poursuivra jusqu’en novembre 1946, jouant avec Eddie CONDON, Bobby HACKETT, le tromboniste Georg BRUNIS, le saxophoniste ténor Bud FREEMAN, les trompettistes Jimmy McPARTLAND, «Wild Bill» DAVISON, le multi instrumentiste Brad GOWANS, le trompettiste «Muggsy» SPANIER, le tromboniste «Miff» MOLE, le trompettiste Sterling BOSE et d’autres encore.

Il participe aussi aux «Town Hall Concerts» organisés par Eddie CONDON. Il travaille aussi avec le pianiste James P. JOHNSON au «Pied Piper Club» et dirige un orchestre à Boston à la fin de 1945 avec le trompettiste Max KAMINSKY au «Copley Terrace».

À partir de novembre 1946 il passe un an avec Eddie CONDON, puis revient chez «Nick’s», travaillant avec différents leaders dont le trompettiste Billy BUTTERFIELD en 1948.

À l’automne 1948 il joue à Chicago avec «Muggsy» SPANIER et «Miff» MOLE. Au printemps de 1949 il dirige son propre trio et travaille avec le pianiste Art HODES au «Riviera Club» de New York. En mai Willie «The Lion» SMITH remplace Hodes. Il se rend ensuite à Chicago pour rejoindre Art HODES (février-avril 1950). À l’été de 1950 il se rend à San Francisco, mais en décembre, souffrant des longues stations debout et d’un sévère alcoolisme, il s’effondre, sérieusement malade au «Coffee Dan’s Club» et doit être hospitalisé au «Franklin Hospital» pour y subir une opération importante. Louis Armstrong, Jack Teagarden, Eddie Condon, Art Hodes et de nombreux autres musiciens donnent plusieurs concerts à son profit pour lui venir en aide.

Rétabli, il revient à New York en mars 1951 et recommence à jouer en juillet avec Eddie CONDON jusqu’à ce qu’il joue avec son propre orchestre à Denver (Colorado) en octobre, puis à Boston en 1952 et au «Jack Dempsey’s Club» de New York en 1953. Il joue ensuite avec le batteur George WETTLING (été 1953) et Eddie CONDON (janvier 1954). Il travaille ensuite dans des orchestres dont le pianiste est George WEIN et enregistre pour le label de Wein «Storyville». Il participe au premier «Festival de Newport» en juillet 1954 comme co-leader d’un sextette avec Bobby HACKETT, jouant également en jam session avec le pianiste chef d’orchestre Stan KENTON. Il se produit au Festival de Newport jusqu’en 1968.

En août 1955 il travaille encore avec Eddie CONDON, de même qu’en mai 1956 jusqu’en janvier 1957.

À la fin des années cinquante il continue à jouer avec divers musiciens de style «dixieland» ou «mainstream» tels que les trompettistes Ruby BRAFF et Buck CLAYTON et le tromboniste Vic DICKENSON. En 1957 il participe au show télévisé «The Sound of Jazz».

Au cours des années soixante il apparaît dans plusieurs festivals de Jazz aux U.S.A., et au printemps 1961 vient en Europe avec le premier «Newport All Stars».

À l’automne 1962 il forme un quartette avec le tromboniste à pistons Marshall BROWN avec lequel il enregistre. Au printemps de 1964 il tourne avec Eddie CONDON en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Japon. À l’automne de cette même année il visite à nouveau l’Europe avec George WEIN, puis tourne en soliste en Angleterre.

En 1965, à la suggestion de son épouse, il se met à la peinture à l’huile. Il joue encore pour quelques engagements avec Bobby HACKETT, incluant une résidence au «New York’s Riverboat» en juillet 1967. Plus tard, cette année, il joue en Californie avec un «All Stars» dirigé par Eddie CONDON.

En octobre 1968 il dirige un concert au «New York’s Town Hall» et continue à jouer jusqu’à peu de temps avant sa mort qui survient le 15 février 1969.