Alonzo « Lonnie » JOHNSON

(Guitariste et chanteur)

 

                        Né à La Nouvelle-Orléans (Louisiane) le 8 février 1889

                        Décédé à Toronto (Canada) le 16 juin 1970

 

                        Fils d’un musicien et membre d’une grande famille de musiciens, son frère James « Steady Roll » JOHNSON était pianiste.

 

                        Il commence à jouer avec son frère du violon et de la guitare à Storyville dès l’adolescence. Vers 1917 il se rend en Europe et joue dans une revue à Londres et effectue une tournée des théâtres avec le chef d’orchestre écossais Billy MASON. Il travaille ensuite brièvement à Glasgow avec Will Marion COOK en 1921. De retour à La Nouvelle-Orléans il constate que l’épidémie de grippe espagnole de 1918-19 à presqu’entièrement anéanti sa famille. En 1920 il joue sur le riverboat « St. Paul » avec les « Charlie Creath’s Jazz-o-Maniacs » et sur le « Capitol » avec le pianiste Fate MARABLE. Il travaille ensuite pendant deux ans dans une fonderie d’acier, mais continue à jouer, souvent au violon et au piano. En 1925 il se présente et gagne à un « Contest » organisé par la compagnie de disques Okeh. Peu après il commence une carrière prolifique d’enregistrements et travaille comme musicien maison chez Okeh jusqu’en 1932. À partir de cette période il se spécialise à la guitare, mais enregistre aussi au piano et au violon. Durant la période Okeh il enregistre avec de nombreux artistes dont Louis ARMSTRONG, Duke ELLINGTON et le guitariste Eddie LANG. En 1932 il se rend à Cleveland où il joue pendant quelques années avec l’orchestre du chanteur et pianiste Putney DANDRIDGE. Il joue dans de nombreux shows radiophoniques locaux, et la journée travaille dans une fabrique de pneus à Galesburg et dans une aciérie de Cleveland. En 1937, il se rend à Chicago où il travaille avec le clarinettiste Johnny DODDS et devient musicien maison du « Three Deuces » jusqu’en 1939. En 1940 il dirige son propre quartet au « Boulevard Lounge » puis au « Squyre’s Club » en 1942. À partir du milieu des années 1940s il commence à se produire comme chanteur, s’accompagnant seul à la guitare. Il enregistre de nombreux disques et compose un best-seller « To-morrow night » (1948).            Il visite Londres pour un concert en juin 1952, puis retourne aux U.S.A. où il s’installe à Cincinnati pour plusieurs années jusqu’à ce qu’il se rende à Philadelphie où il travaille quelque temps comme chef d’orchestre au « Benjamin Franklin Hotel » jusqu’au début des années 1960s. À l’automne 1963 il participe à la tournée de l’ « American Folk Blues Festival » qui tourne en Europe. Au début de cette année, il est apparu à New York avec Duke ELLINGTON. À partir du milieu des années 1960s, il travaille régulièrement à Toronto (Canada), effectuant aussi quelques tournées. En 1969 il a un sévère accident, puis souffre d’une attaque qui le force à demeurer plusieurs mois au « Riversdale Hospital » de Toronto. Il chante cependant à un concert de blues à Toronto en 1970, mais décède le 16 juin de cette même année.