Phineas Jr. NEWBORN

(Pianiste)


(source internet)

Né à Whiteville (Tennessee) le 14 décembre 1931

Décédé à Memphis (Tennessee) le 26 mai 1989

Frère du guitariste Calvin NEWBORN (1933).

Élevé dans une famille de musiciens, il étudie le piano au collège, ainsi que la théorie musicale et plusieurs instruments (cuivres).

À partir de 1945 il joue du Rhythm and Blues dans des orchestres locaux de Memphis, incluant ceux de son père le batteur Phineas NEWBORN Sr. (1948-50) ainsi qu’avec Saunders KING. Il fait ses premiers disques avec le chanteur et guitariste B.B. KING en 1949.

Il est engagé en 1950 comme maître de musique à la «Tennessee Agricultural and Industrial State University». Il quitte ce poste en 1952 dans une humeur amère lorsque son père, pour des raisons inconnues, ne veux pas le laisser à la «Julliard School» de New York. Il étudie alors au «Lemoyne College» de Memphis en 1952 et 53. Durant ces années il passe de brèves périodes avec Lionel HAMPTON (1950, 1952) et ajoute le vibraphone et trois types de saxophones à son actif de multi instrumentiste, tout en demeurant principalement pianiste.

En 1953 il joue avec le saxophoniste Willis «Gator» JACKSON et dans un orchestre militaire de 1953 à mai 1955. Il rejoint ensuite la formation de son père. Ayant attiré l’attention des critiques John HAMMOND et Leonard FEATHER par l’intermédiaire de Count BASIE qui l’avait entendu à Memphis en 1952, il forme son propre quartette à la fin de 1955 à Philadelphie, et en 1956 il joue à New York où il commence à travailler au «Basin Street» avec son frère Calvin, le contrebassiste George JOYNER (connu plus tard sous le nom de Jamil NASSER) et le batteur Kenny CLARKE. Il enregistre son premier album avec le contrebassiste Oscar PETTIFORD à la place de Joyner. Il joue ainsi et enregistre pendant plusieurs années. En février 1958 il forme un duo avec le contrebassiste Charlie MINGUS pour accompagner le poète Langston HUGUES au «Village Vanguard», puis rejoint le batteur Roy HAYNES au «Birdland» et au «Five Spot».

En octobre 1958 il tourne en Europe dans le show «Jazz from Carnegie Hall», et en avril 1959 visite l’Italie. Il travaille avec Mingus sur la bande son du film «Shadows» (1959) et joue dans le show télévisé «Music for a spring night» (vers 1959). Par la suite, sa carrière décline fortement. Il souffre de maladie mentale aggravée par l’alcoolisme. Ses problèmes personnels détruisent deux mariages, et il passe de longues périodes d’hospitalisation après s’être rendu à Los Angeles en 1960. Plus tard il est capable d’enregistrer avec le saxophoniste ténor Teddy EDWARDS et avec le trompettiste Howard McGHEE (1961) et il réalise deux de ses meilleurs albums comme leader en 1961 et 62. En octobre 1962 il joue dans un épisode de la série télévisée «Jazz scene USA» et enregistre encore comme leader en 1964 et 1969.

En mars 1971 il retourne à Memphis vivre avec sa mère. Sa maladie et ses hospitalisations continuent, et en 1974, lorsqu’il prépare un album comme soliste, il fait une chute et plusieurs de ses doigts sont cassés. Après avoir recouvré l’usage de ses doigts et une amélioration de son mental, il est à nouveau capable de poursuivre une carrière internationale modérément active. Il commence à tourner en 1975, jouant à Los Angeles et à San Francisco, effectuant la première de plusieurs visites au Japon. Il joue à nouveau à San Francisco en 1978 et après une absence de plus de vingt ans revient à New York pour un engagement au «Village Gate».

En juillet 1979 il obtient un succès au «Festival de Montreux» où il joue en duo avec les pianistes Jay McSHANN, Hank JONES et John LEWIS, en trio de pianos avec Herbie HANCOCK et Chick COREA et avec un trio conventionnel accompagné par le contrebassiste Ray BROWN et le batteur Dannie RICHMOND.

Au cours des années 1980s il joue pour de courts engagements au «Sweet Basil» de New York.

Il est décédé à Memphis (Tennessee) le 26 mai 1989.