Earl «Bud» POWELL

(Pianiste)


(source internet)

Né à New York City le 27 septembre 1924

Décédé à New York City le 1er août 1966

Frère du pianiste Richard «Richie» POWELL (1931-1956)

Né dans une famille de musiciens, il étudie le piano classique dès l’âge de six ans. Entre la fin de 1940 et le début de 1942 il prend part à l’occasion à des jam sessions au «Minton’s Playhouse» de New York où il devient un protégé du pianiste Thelonious MONK et contribue à l’émergence du style bop.

De 1943 à 1945 il joue dans le big band du trompettiste «Cootie» WILLIAMS où il développe un style personnel. Après avoir été blessé à la tête au cours d’un incident racial en 1945, il souffre de fréquents évanouissements nerveux qui le mènent dans des sanatoriums pour une bonne partie de sa vie.

Par la suite il apparaît par intermittence sous la direction de musiciens bop ou avec son propre trio. À la fin de 1945, il est membre du quintette de «Dizzy» GILLESPIE au «Three Deuces» et au «Spotlite» brièvement en 1946. Il enregistre alors avec le batteur Kenny CLARKE, le saxophoniste Sonny STITT et avec les «Be Bop Boys» (août-septembre 1946), comme leader en janvier 1947 et avec Charlie PARKER en mai 1947. Il joue dans des clubs tels que le «Royal Roots» et le «Clique» rebaptisé «Birdland», et en 1949 enregistre avec son trio composé des contrebassistes Curley RUSSELL ou Ray BROWN et du batteur Max ROACH. De 1953 à 1956 ses trios comprennent les contrebassistes Oscar PETTIFORD, Charles MINGUS ou George DUVIVIER et les batteurs Roy HAYNES ou Art TAYLOR. Au cours de cette période sa santé mentale et ses capacités musicales sont considérablement détériorées.

Il vient en Europe à l’automne 1956 et de rend à Paris en 1959 où il dirige un trio de 1959 à 1962 avec Kenny CLARKE, le contrebassiste habituel étant le français Pierre MICHELOT. Ce trio obtient un certain succès. Avec des interruptions pour maladie, il continue à jouer au «Blue Note» avec le contrebassiste Gilbert «Bibi» ROVÈRE et le batteur Larry RITCHIE (1963), puis en 1964 avec le contrebassiste Michel GAUDRY et RITCHIE ou Art TAYLOR.

De retour aux U.S.A. en août 1964, il fait une apparition désastreuse au «Carnegie Hall» (1965) et est obligé d’abandonner la musique complètement.

Il est décédé à New York le 1er août 1966.