Joseph Michael «Joe» SULLIVAN

(Pianiste)

Né à Chicago (Illinois) le 4 novembre 1906

Décédé à San Francisco (Californie) le 13 octobre 1971

Son véritable nom est Joseph O’SULLIVAN

Très doué il reçoit dès l’âge de huit ans des leçons de piano classique. Plus tard il continue ses études classiques au «Chicago Conservatory» (1922-23), mais dès ses jeunes années se concentre principalement sur les styles populaires.

Au début des années 1920s il devient ami avec des membres de l’«Austin High SchoolGang » et commence à travailler professionnellement. Sur sa carte de l’Union des musiciens il modifie son nom en SULLIVAN. À l’été 1923 il dirige son propre quartette à Pine Point Resort dans l’Indiana, puis travaille pendant dix-huit mois dans un circuit de vaudeville. Il commence avec «Elmo Mack and his Purple Derbies» aux côtés du batteur George WETTLING. Par la suite il joue souvent à Chicago, enregistre et travaille régulièrement pour les radios WBBM, KYW et WENR.

À partir du milieu des années 1920s il joue avec de nombreux chefs d’orchestres à Chicago, notamment: Bob PACELLI, Earl MACE, Sig MYERS, Louis PANICO, Enoch LIGHT, Huston RAY, COON-SAUNDERS etc… Il perfectionne son éducation jazz en jouant avec l’orchestre du clarinettiste Jimmie NOONE au «Nest Club» et avec les frères Johnny et Baby DODDS au «Kelly’s Stables».

Il fait son premier enregistrement mémorable avec les «Red McKenzie and Eddie Condon’s Chicagoans» prenant un solo dans «China Boy». Avec d’autres jazzmen de Chicago il se rend à New York en 1928 et obtient un engagement avec le trompettiste Red NICHOLS (1929-30), puis avec Roger WOLFE KAHN (1930) et avec les «Red McKenzie’s Mound City Blue Blowers» jusqu’en 1932. En 1932 il travaille comme pianiste solo à l’«Onyx Club».

Avec l’aide du producteur John HAMMOND il participe à une série d’enregistrements et d’émissions de radio en 1932-33, comprenant des sessions avec Benny GOODMAN, la chanteuse Ethel WATERS et le chanteur Billy BANKS et également comme soliste. Au printemps 1933 il rejoint Roger KAHN, puis se rend à Los Angeles en octobre 1933 où il devient l’accompagnateur du chanteur Bing CROSBY l’année suivante. Il apparaît dans trois films avec Crosby. En 1935 il enregistre plusieurs disques comme soliste. Il revient ensuite à New York à l’été 1936 pour rejoindre l’orchestre de Bob CROSBY avec lequel il reste jusqu’en décembre. Il doit interrompre son travail, souffrant de tuberculose qui l’oblige à passer dix mois dans un sanatorium en Californie. À l’automne 1938 il retravaille comme soliste et avec des orchestres, puis de juin à septembre 1939 revient dans l’orchestre de Bob CROSBY. À la mi-octobre 1939 il commence un engagement au «Café Society» comme leader d’un orchestre de six à sept musiciens blancs, et un mois plus tard commence à diriger un des premiers orchestres mixtes de New York. Plus tard il joue chez «Nick’s», puis en résidence au «Famous Door» jusqu’en janvier 1941. Parmi les membres de sa formation, on relève les noms des trompettistes Murray STEINBERG remplacé par Ed ANDERSON, du tromboniste Benny MORTON, du clarinettiste Danny POLO, du contrebassiste Henry TURNER et du batteur Johnny WELLS. Les deux derniers sont remplacés au printemps de 1940 par le contrebassiste Billy TAYLOR et le batteur Yank PORTER. On peut voir cette formation dans un film documentaire «The Fight for Life» (1940). Après un court été chez «Nick’s», il reforme son groupe pour revenir au «Café SocietyDown Town » (octobre-novembre 1940) vraisemblablement avec le trompettiste Joe THOMAS, le tromboniste Claude JONES, le clarinettiste Edmond HALL, le contrebassiste Billy TAYLOR et le batteur Eddie DOUGHERTY. Il revient pour le reste de l’année au «Famous Door» avec Joe THOMAS, Claude JONES remplacé par le saxophoniste ténor Ernie POWELL, le clarinettiste Chauncey HAUGHTON remplacé par Albert NICHOLAS, le contrebassiste Hayes ALVIS et Eddie DOUGHERTY remplacé par Manzie JOHNSON.

Les années suivantes, Sullivan voyage souvent entre la côte est et la côte ouest pour de courts engagements et quelques enregistrements. Il donne quelques concerts à New York, tourne et enregistre avec des groupements d’Eddie CONDON (1941-42). De la fin de 1943 à mai 1945 il apparaît avec le tromboniste Jack TEAGARDEN dans deux films. De retour à New York il enregistre avec le trompettiste «Wild Bill» DAVISON en septembre, et de décembre 1945 à août 1948 joue en solo pendant les pauses au nouveau club d’Eddie CONDON. De mars à juillet 1947 il prend part à sept émissions du show radiophonique de Rudy BLESH «This is Jazz» comme soliste et pianiste d’orchestre.

Au cours des années 1950s il apparaît parfois à New York, mais joue pour de longues résidences au «Hangover» à San Francisco. En 1952 il joue brièvement avec le «All Stars» de Louis ARMSTRONG et enregistre huit compositions inédites de «Fats» WALLER. En 1953 (été) il dirige une formation au «Hangover» qui comprend le trompettiste Lee COLLINS. Il reprend ensuite son travail de piano solo (pendant les pauses) de juin 1955 à, 1960, avec quelques breaks occasionnels. En 1963 il se produit au «Festival de Monteray» et commence à jouer au «Trident» à San Francisco, mais il tombe malade au «Festival de Newport» et ne peut reprendre ses activités l’année suivante que de façon intermittente.

Il est décédé à San Francisco le 13 octobre 1971.