Ralph Earl SUTTON

(Pianiste)

Né à Hamburg près de St Louis (Missouri) le 4 novembre 1922

Décédé àEvergreen (Colorado) le 30 décembre 2001

Il commence des études de piano classique à l’âge de neuf ans, et deux ans plus tard travaille dans un orchestre de danse dirigé par son père qui était violoniste. Il devient leader du groupe lors de ses années de collège. Il apprend à jouer jazz en écoutant la radio et les disques, et a une admiration particulière pour «Fats» WALLER.

Il poursuit ses études musicales à la «Northeast Missouri State University», mais la quitte au cours de la seconde année pour rejoindre l’orchestre du tromboniste Jack TEAGARDEN à New York en décembre 1942. Peu après il est incorporé dans l’armée de février 1943 à avril 1945. Libéré, il joue comme sideman avec le guitariste Joe SHIRMER à et autour de St Louis, jouant également pendant un mois au «Village Vanguard» de New York en 1945. Toujours en 1945 il revient à New York avec le tromboniste Jack TEAGARDEN et joue pendant six semaines au «Famous Door» jusqu’à ce que Teagarden quitte la formation pour rejoindre le «All Stars» de Louis Armstrong. La même année, il participe à l’émission radiophonique hebdomadaire «This is Jazz».

En 1948 il travaille d’abord en trio avec le clarinettiste Albert NICHOLAS et le batteur Arthur TRAPPIER au «Jimmy Ryan’s», puis sous la direction du trompettiste Max KAMINSKY au «Village Vanguard» et encore en trio à St Louis. À partir de juillet de cette année il devient le pianiste soliste (pendant les pauses) du club d’Eddie CONDON à New York. Dans le même temps il joue dans les All-Stars Bands des «Condon’s Tuesday Night Jam Sessions» ainsi que dans les shows de radio et de télévision dirigés par Eddie CONDON. En juin 1952 il donne des concerts en Angleterre et en Suisse comme pianiste soliste. À l’été 1954 il dirige un quartette avec le clarinettiste Edmond HALL, le contrebassiste Walter PAGE et le batteur Charlie LODICE au club «Hangover» de San Francisco et, en juillet de la même année, il quitte le «Condon’s Club» pour s’installer à San Francisco.

En 1957 il tourne avec le trompettiste Bob SCOBEY puis joue pendant les pauses au «Hangover». Il remplace temporairement Earl HINES dans l’orchestre de ce pianiste pendant que celui-ci est en Europe. Il continue son travail pendant les pauses du «Easy Street» et retourne également au «London House» (Janvier 1958). En juin 1959 il se produit à St Louis, et en 1960 il accompagne le chanteur Jimmy RUSHING et apparaît dans le show télévisé de la NBC «Those Ragtime Years». il retourne ensuite deux fois au «Condon’s Club» en 1961 et 1962.

À partir de 1963 il participe aux «Dick Gibbon’s Annual Colorado Jazz Parties» à la suite desquelles on l’invite à organiser un évènement identique à Odessa (Texas). À l’automne 1966 il travaille avec les «Bob Crosby’s Bob Cats» à New York, mais la majeure partie de ses prestations de 1965 à 1969 a lieu à Aspen (Colorado) au «Rendez-vous», un restaurant dirigé par Sunnie ANDERSON qui devient sa seconde épouse. Il y joue en soliste et parfois avec de petits groupements comprenant des musiciens tels que les trompettistes «Wild Bill» DAVISON et Ruby BRAFF, le clarinettiste Peanuts HUCKO, le tromboniste Lou McGARITY, le clarinettiste Edmond HALL, le banjoïste Clancy HAYES, les contrebassistes Morey FELD, Jack LESBERG, Al HALL et Milt HINTON, et les batteurs Jake HANNA, Cliff LEEMAN et Mousie ALXANDER.

Suite au succès des «Gibbon’s Jazz Parties» où on l’entend chaque année comme membre de huit, neuf et finalement (en 1968) «Ten Greats of Jazz», il devient en novembre 1968 membre fondateur du «World Greatest Jazz Band» et joue régulièrement avec ce groupe jusqu’en septembre 1974.

Après avoir travaillé avec le quartette du clarinettiste Peanuts HUCKO d’octobre 1974 à fin mars 1975, il redevient free lance. Occasionnellement il rejoue avec le«World Greatest Jazz Band» avant sa dissolution en octobre 1975. À la fin d’une de plusieurs tournées européennes avec cet ensemble, il reste en Europe pour tourner comme soliste. Pendant plusieurs années il donne des concerts et participe à des festivals européens, soit comme soliste, soit comme pianiste de petites formations avec le batteur Gus JOHNSON et parfois le trompettiste Pee Wee ERWIN (1980) ou Peanuts HUCKO (1980, 1981). Il visite pour la première fois l’Australie en 1979 et y retourne en 1981 avec Ruby BRAFF et en 1988 avec le clarinettiste Kenny DAVERN. À partir de 1985 il tourne chaque année au Japon. Il joue à Denver au cours des dernières années 1970s, le plus souvent en duo avec Gus JOHNSON à Billings (Montana) de 1971 à 1983. Il joue en soliste au «Hanratty’s» de New York brièvement en 1980 et en 1982, puis pendant de longues périodes au «Café des Copains» de Toronto de 1983 à 1991 à la fermeture de ce club.

De 1979 aux années 1990s il joue et enregistre internationalement en duo avec le pianiste Jay McSHANN, et en quartette avec en plus le contrebassiste Milt HINTON et le batteur Gus JOHNSON, sous le vocable de «The Last of The Whorehouse Piano Players».

Au cours de cette dernière décade, il accompagne divers artistes comme membre d’une section rythmique comprenant Jack Lesberg ou Milt HINTON à la basse et Gus JOHNSON à la batterie, remplacé par Jack HANNA lors de la maladie de Johnson.

En 1992, il est frappé par une attaque qui affecte sa main gauche, mais ayant récupéré ses facultés, il poursuit sa carrière jusqu’à sa mort qui survient à Evergreen (Colorado) le 30 décembre 2001.