Arthur Jr. «Art» TATUM

(Pianiste)


(photo Charles Peterson)

Né à Toledo (Ohio) le 13 octobre 1909

Décédé à Los Angeles (Californie) le 5 novembre 1956

Ses deux parents étaient musiciens amateurs; sa mère jouait du piano et son père de la guitare.

Quasiment aveugle, il est né avec les deux yeux atteints de cataracte. Après plusieurs opérations, il récupère une très faible vision d’un seul œil.

Il suit des classes spéciales à la «Jefferson School», puis à la «School for The Blind» de Columbus (Ohio) en 1924, enfin à la «Toledo School of Music». Il étudie le piano à Toledo avec Overton G. RAINEY et apprend à lire la musique à l’aide de lunettes spéciales et avec la méthode Braille. Il y apprend également le violon, la guitare et l’accordéon. Doué d’une oreille exceptionnelle et d’un sens infaillible des tonalités, il apprend à partir des piano rolls et des disques ainsi que des émissions de radio et des musiciens locaux.

Jouant pour quelques verres, pourboires ou repas, il fréquente avec ses amis pendant les week-ends les boites de nuit locales pendant les années de prohibition. Sa capacité de rester sans dormir était remarquable et sa formidable énergie demeura toute sa vie. Ses engagements professionnels étaient suivis de tournées «after hours» dans les boites pour des challenges et compétitions diverses.

Il joue professionnellement à Toledo à partir de 1926, et en 1929 il a son propre quart d’heure de programme à la radio. Il cite «Fats» WALLER comme sa première inspiration avec le populaire pianiste Lee SIMS comme seconde influence par ses interprétations riches en harmonie en filigrane. En 1932 il se rend à New York comme partenaire d’un duo de piano avec Francis CARTER accompagnant la chanteuse Adelaïde HALL et enregistre avec elle en août.

En mars 1933 il enregistre ses premiers solos chez Brunswick qui obtiennent un grand succès. Au cours de cette année il remplace Todd RHODES, malade, pendant deux semaines chez les «McKinney’s Cotton Pickers». Après dix-huit mois passés avec Adelaïde HALL, il travaille à Cleveland (1934-35), joue au «Three Deuces» à Chicago (1935) et passe un temps considérable à Hollywood (1936-37), travaillant dans divers clubs et jouant pour des soirées privées. Il effectue sa seule tournée à l’étranger en Angleterre en mars 1938. À la fin des années 1930s, et au début des années 1940s il apparaît régulièrement à New York et à Los Angeles.

À la suite du succès du trio de Nat «King» COLE, il forme son propre trio avec le contrebassiste Slam STEWART et le guitariste Tiny GRIMES au «Streets of Paris» à Hollywood en 1943. Grimes quitte le trio l’année suivante et est remplacé par Everett BARKSDALE.

Au début des années 1940s il joue dans divers clubs avec de nombreux grands musiciens de l’époque, et en 1947 il apparaît dans le film «The Fabulous Dorseys». Il a de longs engagements à New York au «Three Deuces» (1944-45) et au «Downbeat Club» (1945-1946-1947), à Los Angeles au «Billy Berg’s» (1946), à nouveau à New York au «Famous Door» (1947) et au «Café Society Down Town» (1949-1950), au «Sturf» à Los Angeles (1950) et à l’«Embers» de New York (1951).

En 1953 il donne un concert en soliste à la «Brandeis University». Cette année il commence une association avec le producteur Norman GRANZ qui l’enregistre abondamment en petites formations avec d’éminents musiciens tels que le saxophoniste Benny CARTER, le trompettiste Roy ELDRIDGE, le vibraphoniste Lionel HAMPTON, le saxophoniste Ben WEBSTER et le batteur Jo JONES. De 1953 à 1956 Granz enregistre une longue série de solos.

Il demeure actif jusqu’à sa mort prématurée due à une crise d’urémie survenue à Los Angeles le 5 novembre 1956.