Charles Phillip «Sir Charles» THOMPSON

(Pianiste, organiste et arrangeur)

Né à Springfield (Ohio) le 21 mars 1918

Sa famille était musicienne, et sa belle-mère jouait du piano.

Il commence par étudier le violon et, durant peu de temps le saxophone ténor, mais à l’adolescence il opte pour le piano. Il devient attiré par le Jazz après que son père, ministre du culte, ait été envoyé à Parsons (Kansas). Il entre alors au collège à Kansas City. Il commence sa carrière professionnelle à 17 ans, jouant avec des orchestres locaux, notamment avec le trompettiste Lloyd HUNTER (1937) et le contrebassiste et chef d’orchestre Nat TOWLES (1937-39). Il se rend ensuite en Californie et joue avec l’orchestre de Floyd RAY à Los Angeles (1939), puis tourne avec l’orchestre de Lionel HAMPTON (1940). Il rejoint alors l’orchestre du saxophoniste George CLARKE à Buffalo, puis se rend à New York pour jouer avec les «Harlem Dictators» et avec les frères Lee et Lester YOUNG au «Café Society Downtown» (automne 1942 à janvier 1943). C’est Lester Young qui le surnomma «Sir Charles». Au cours de cette période, il écrit des arrangements pour les orchestres de Count BASIE, Jimmy DORSEY, Lionel HAMPTON et Fletcher HENDERSON.

Du fait de nombreux engagements sur la 52e Rue au milieu des années 1940s, il devient familier du style bop naissant. En 1945 il travaille avec le trompettiste Howard McGHEE dans l’orchestre que Coleman HAWKINS dirige en Californie. On peut le voir avec l’orchestre dans le film «The Grimson Canary» (1945). À son retour à New York, il joue et enregistre avec Charlie PARKER. En 1946, il rejoint l’orchestre de Lucky MILLINDER, et de 1947 à 1948 joue avec un groupe dirigé par le saxophoniste «Illinois» JACQUET qui enregistre sa plus célèbre composition «Robbin’s Nest». Il joue à nouveau avec Jacquet en 1952 et, durant les années 1950s, travaille en free lance, jouant le plus souvent de l’orgue, mais joue du piano avec Charlie PARKER à Boston en 1953, ainsi que dans les sessions d’enregistrements avec le tromboniste Vic DICKENSON et le trompettiste «Buck» CLAYTON en 1953 et 54. À la fin des années 1950s il travaille avec le saxophoniste Earl BOSTIC et dirige un quartette au «Count Basie’s Nightclub» (1959). En 1961 il effectue une tournée en Europe avec un groupement dirigé par «Buck» CLAYTON, comprenant le saxophoniste alto Earle WARREN, le tromboniste Dicky WELLS, le trompettiste Emmett BERRY, le saxophoniste ténor Buddy TATE, le contrebassiste Gene RAMEY et le batteur Oliver JACKSON. Cette formation a été filmée en Belgique sous le nom de «Buck Clayton and His All Stars». Il travaille à nouveau avec «Buck» CLAYTON à Toronto (Canada) en 1963 et retourne en Europe avec le J.A.T.P. en 1964. Il participe au «Coleman Hawkins Sextet» à la télévision britannique, dans le cadre des séries «Jazz 625», ainsi que dans le show «Jazz from a swingin’ era» en 1967.

Il vit le plus souvent sur la côte ouest où il travaille avec le bassiste Vernon ALLEY et joue à Toronto, Paris et Zurich. Il continue ensuite à diriger de petits groupements jusque dans les années 1070s et 1980s. En 1990 il apparaît en soliste dans un trio de pianistes avec Dick HYMAN et Roger KELLAWAY au «JVC Jazz Festival» de New York. Il enregistre un album comme leader en 1993 et 1994 à New York et à Tokyo.