Thomas Wright «Fats» WALLER

(Pianiste, organiste, chanteur, compositeur et chef d’orchestre)


(collection De Barberies)

Né à New York City le 21 mai 1904

Décédé à Kansas City (Missouri) le 15 décembre 1943

Fils de pasteur, il commence l’étude du piano à six ans, et plus tard dans l’orchestre de son école dirigé par le saxophoniste Edgar SAMPSON. À quinze ans il devient organiste au ««Lincoln Theater» sur la 135e Rue.

Son père espérait qu’il suivrait la voie religieuse plutôt qu’une carrière de jazzman, mais après la mort de sa mère, Adeline Waller en 1920, il part avec la famille du pianiste Russell BROOKS. Grâce à Brooks, il rencontre James P. JOHNSON qui, par ses conseils, lui permet de développer ses dons de pianiste. Il peut ainsi enregistrer se premiers «piano rolls», commençant en 1922 par «Got to cool my doggies now». Plus tard il étudie avec Leopold GODOWSKY, et pour la composition avec Carl BOHM à l’«Institute for Musical Art».

En octobre 1922 il enregistre ses premiers solos «Muscle Shoals Blues» et «Birmingham Blues» et commence une série d’enregistrements la même année comme accompagnateur de plusieurs chanteuses de blues dont Sara MARTIN, Alberta HUNTER et Maud MILLS. En 1923 sa collaboration avec le pianiste Clarence WILLIAMS lui permet de publier «Wild Cat Blues» que Williams enregistre avec son «Blue Five» comprenant Sidney BECHET (juillet 1923). Une autre composition «Squeeze me» est publiée la même année et lui assure une réputation comme compositeur joué et enregistré par d’autres artistes.

En 1923 il fait ses débuts radiophoniques sur la «Local Newark Station», suivis d’engagements réguliers sur WHN New York. Il fréquentera les studios de radio comme chanteur et soliste jusqu’à la fin de sa vie.

Durant le début des années 1920s il continue à jouer de l’orgue au «Lincoln Theater» et au «Lafayette» de New York. En 1927 il enregistre sa composition «Whiteman Stomp» avec l’orchestre de Fletcher HENDERSON. Henderson utilisera d’autres compositions de «Fats» comme «Crazy ‘bout my Baby» et «Stealin’ Apples». Il continue à composer avec les paroliers Edgar DOWELL, J.C. JOHNSON, Andy RAZAF et Spencer WILLIAMS, produisant des chansons telles «Honeysuckle Rose» et «Black and Blue». Avec Razaf il travaille sur beaucoup de musique pour le show musical de Broadway «Keep Shufflin’» (1928). Leurs dernières collaborations pour le théâtre sont les shows «Load of Coal» et «Hot Chocolates» dont la première à lieu en mai 1929, puis est reprise à Broadway le 20 juin, comprenant le célèbre «Ain’t misbehavin’» qui deviendra un tube pour Cab CALLOWAY et plus tard Louis ARMSTRONG.

Il fait ses débuts à «Carnegie Hall» le 27 avril 1928, jouant en solo une version de la Fantaisie pour piano et orchestre de James P. JOHNSON «Yamekraw».

Il commence en 1926 une association avec la marque «Victor», sa principale compagnie d’enregistrement jusqu’à la fin de sa vie. Les premières séances sont des solos d’orgue «St Louis Blues» et sa composition «Lenox Avenue Blues». bien qu’il enregistre avec divers groupements: «Tom Morris’s Hot Babes» (1937), «Fats Waller’s Buddies» (1929) et les «McKinney’s Cotton Pickers» (1929), sa principale contribution à la tradition du piano stride de Harlem demeure la série d’enregistrements de ses compositions: «Handful of keys», «Smashing Thirds», «Numb Fumblin’» et «Valentine Stomp» (1929). Après des sessions avec Ted LEWIS (1930), le tromboniste Jack TEAGARDEN (1931) et les «Billy Bank’s Rhythmakers» (1932) et le Big Band du saxophoniste Otto HARDWICK au «Hot Feet Club» au Greenwich Village (1931) et avec l’orchestre de Frank SEBASTIAN au «New Cotton Club» ainsi que des radios à Cincinnati à partir de 1932 de ses shows «Fats Waller’s Rhythm Club» et «Moon River» (où il joue de l’orgue), il commence en mai 1934 une longue série d’enregistrements avec une petite formation appelée «Fats Waller and his Rhythm». Ce sextette comprend le trompettiste Herman AUTREY, parfois remplacé par Bill COLEMAN ou John «Bugs» HAMILTON, le saxo-clarinettiste Gene SEDRIC ou Rudy POWELL, le guitariste Al CASEY, divers contrebassistes et le batteur Slick JONES le plus souvent.

Il apparaît dans deux films faits à Hollywood en 1935: «Hooray for love!» et «King of Burlesque» Pour certaines tournées ou enregistrements, il dirigeait un big band.

En 1938, au cours d’une tournée en Europe, il enregistre à Londres des solos d’orgue. Sa seconde visite en Europe est interrompue par la guerre, mais il peut enregistrer en Angleterre sa «London Suite» pour piano.

Les dernières années de sa courte vie se passent en séances d’enregistrements et en tournées à travers les USA. Au début de 1943, il retourne à Hollywood pour le tournage du film «Stormy Weather» avec Lena HORNE et Bill ROBINSON, film au cours duquel il dirige un all star comprenant Benny Carter et Zutty Singleton. Il collabore ensuite avec le parolier George MARION Jr. pour le show «Early to bed» dont la première a lieu le 24 mai 1943.

Au retour d’une prestation comme pianiste soliste au «Zanzibar Room» d’Hollywood, il tombe malade au cours du voyage de retour avec son manager Ed Kirkeby et meurt d’une pneumonie dans le train à l’Union Station, près de Kansas City (Missouri) le 15 décembre 1943.