Richard «Dick» WELLSTOOD

(Pianiste)

Né à Greenwich (Connecticut) le 25 novembre 1927

Décédé à Palo Alto (Californie) le 24 juillet 1987

Son véritable nom est: Richard McQUEEN.

Sa mère était organiste professionnelle à l’église, diplômée de l’«Institute of Musical Art» (plus tard «Juilliard School»).

Il prend quelques leçons avant d’atteindre ses dix ans, mais est en grande partie autodidacte et apprend à jouer le boogie woogie et le stride vers le milieu des années 1940s.

De 1945 à 1950 il joue dans des groupements dixieland amateurs et professionnels, presque tous avec le clarinettiste Bob WILBER. Ces orchestres ont accompagné Sidney BECHET à New York, Chicago et Philadelphie de 1947 à 1949. Lorsque le tromboniste James ARCHEY quitte Wilber, il rejoint le premier groupement en 1950 qui plus tard tourne en Europe (1952). Après un bref engagement avec Bechet (mi-août 1953) il étudie le droit, jouant par intermittence avec le trompettiste Roy ELDRIDGE et régulièrement avec le «Conrad Janis’s Tailgate Five» (1953-60). Brillant étudiant, lisant couramment le latin, il devient avocat, mais ne pratique pas jusqu’en 1985.

À partir de la fin des années 1950s il joue à New York en soliste, obtenant un long engagement au «Condon’s Club» ou accompagnant de nombreux musiciens tels que Roy ELDRIDGE, les trompettistes Henry «Red» ALLEN et «Wild Bill» DAVIS, les saxophonistes Ben WEBSTER et Coleman HAWKINS, le tromboniste Vic DICKENSON et le clarinettiste Buster BAILEY, souvent au «Metropole Club».

En 1960 il apparaît dans le show télévisé «Those Ragtime Years». Il travaille aussi pour le «Folk Revival» avec le chanteur Bob Dylan et supervise des enregistrements de la chanteuse ODETTA (1962). En 1962-63 il joue chez «Nick’s», souvent avec «Wild Bill» DAVISON, puis rejoint Conrad JANIS dans le spectacle «Marathon 33» dont la vedette est Julie HARRIS (1963). Il joue également dans des jam sessions dans un club peu connu de New York: le «Bourbon Street».

Après une tournée dans les bases de l’armée avec l’orchestre de Carl WARWICK, il rejoint le quartette du batteur Gene KRUPA avec lequel il tourne en Amérique du Sud (1965) et en Israel (1966). De 1966 à 1968 il joue avec le clarinettiste Kenny DAVERN à Brielle (New Jersey), mais les opportunités de travail en orchestre diminuent lorsque le «Rock» devient de plus en plus populaire. À part une tournée en Nouvelle Angleterre dans un orchestre avec le trompettiste Punch MILLER et le saxo-clarinettiste Capt. John HANDY (1970) et six semaines en 1975 en remplacement du pianiste Ralph Sutton dans le «World’s Greatest Jazz Band» du trompettiste Yank LAWSON et du contrebassiste Bob HAGGART, il joue durant les années 1970s avec le «Paul Hoffman’s Society Orchestra», mais concentre sa principale activité à développer une carrière de soliste. Il se produit ainsi pendant plusieurs années au «Newport Jazz Festival» et tourne régulièrement en Europe. Il travaille par intermittence en duo avec Kenny DAVERN à partir de 1978, et dans le «Blue Three» avec DAVERN et le batteur Bobby ROSENGARDEN (début des années 1980s). Il est également résident au «Harratty’s» de New York de 1979 à 1985.

À l’exception d’une période à partir de 1985 où temporairement il abandonne la musique pour exercer la profession d’avocat, il est membre de 1984 à 1987 du «Cooperative Classic Jazz Quartet» avec le trompettiste Dick SUDHALTER, le clarinettiste Jo MURANYI et le guitariste Marty GROSZ. Il continue à se produire en soliste au «Bemelman’s Lounge» au «Carlyle Hotel» à New York (1986-87), reforme son duo avec Kenny DAVERN et joue aussi à deux pianos avec Dick HYMAN.

Il est décédé à Palo Alto (Californie) le 24 juillet 1987.