Clarence WILLIAMS

(Pianiste et compositeur)


(source internet)

Né à Plaquemine (Louisiane) le 8 octobre 1893

Décédé à New York City le 6 novembre 1965

Il se rend avec sa famille à La Nouvelle-Orléans en 1906, et en 1911 il tourne avec un Minstrel Show comme chanteur et danseur. De retour à La Nouvelle-Orléans, il reçoit des leçons de piano de Mrs. Ophelia GOULD SMITH et commence à composer en 1913. Il tourne ensuite avec le violoniste et compositeur Armand J. PIRON, puis brièvement avec le cornettiste et compositeur W.C. HANDY vers 1917.

Avec Piron il crée une compagnie d’édition musicale et ouvre plusieurs magasins de musique, dont un à Chicago, près du «Vendome Theater». Plus tard il se rend à New York où il organise sa propre compagnie d’édition qui a beaucoup de succès.

Au cours des années 1920s et 1930s il organise de nombreuses séances d’enregistrement dans lesquelles il tient souvent le piano. Ses formations les plus importantes étaient ses «Blue Five». Une part considérable de sa production consiste dans l’accompagnement de chanteuses telles qu’Eva TAYLOR, qu’il épouse en 1921, et à laquelle il restera fidèle jusqu’à sa mort, Sara MARTIN et Sippie WALLACE. Son premier «Blue Five» comprend le cornettiste Tom MORRIS et le saxophoniste Sidney BECHET et, entre 1924 et 1925, Morris est remplacé par Louis ARMSTRONG. Après le départ de Bechet et d’Armstrong, la formation comprend le trompettiste Bubber MILEY jusqu’en 1927. Il réalise aussi de nombreux enregistrement avec ses «Washboards Bands» comprenant le cornettiste Ed ALLEN, les clarinettistes Buster BAILEY ou Cecil SCOTT et Floyd CASEY au washboard. Bien que pianiste moyen, son importance dans les premiers temps du jazz tient surtout à son talent d’organisateur.

Il publie et fait la promotion de compositeurs tels que les pianistes «Fats» WALLER, James P. JOHNSON et Willie «The Lion» SMITH, et plus particulièrement de Spencer WILLIAMS.

Renversé par un taxi en 1956, il continue cependant à travailler jusqu’à sa mort qui survient le 6 novembre 1965 à New York.

Il a composé entre autres: «Baby won’t you please come home», «Royal Garden Blues», «West End Blues» et bien d’autres thèmes toujours joués par les orchestres de jazz traditionnel.