Richard Francis WYANDS

(Pianiste)


(source internet)

Né à Oakland (Californie) le 2 juillet 1928

Il étudie le piano classique, mais apprend également le piano jazz en jouant avec Wilbur BARANCO. Au cours de ses études, il joue aussi de la batterie. C’est en 1944 qu’il commence sa carrière professionnelle, jouant avec des groupes locaux jusqu’en 1950.

Membre du «Vernon Alley’s Group» qui forme la section rythmique maison du «Blackhawk» à San Francisco, il accompagne plusieurs solistes jusqu’en 1954. En 1955 il tient le piano pendant les pauses au «Downbeat Club», puis quitte San Francisco pour une courte tournée sur la west coast avec la chanteuse Ella FITZGERALD (trois mois en 1956). Vers 1957 il accompagne des chanteurs populaires pendant dix mois dans un club d’Otawa (Canada), travaillant avec le contrebassiste Wyatt RUTHER. Il tourne ensuite pendant trois mois avec la chanteuse Carmen McRAE avec qui il vient à New York en 1958. Il joue après en trio avec le contrebassiste Charlie MINGUS et le batteur Roy HAYNES (1959), puis avec les saxophonistes Jerome RICHARDSON (1959) et Gigi GRYCE. Sa période la plus prolifique se situe entre 1960 et 1961, lorsqu’il enregistre avec divers musiciens comme les saxophonistes Gene AMMONS et Willis JACKSON ou Roland KIRK et avec le trompettiste Taft JORDAN.

Au cours des années 1960s il est membre de l’orchestre du saxophoniste «Illinois» JACQUET. De 1965 à 1974 il tourne avec le groupement du guitariste Kenny BURRELL, voyageant en Angleterre en 1969 et au Japon en 1971. Il se produit aussi beaucoup en free lance. En 1974 il devient membre du «Budd Johnson’s JPJ Quartet», remplaçant Dill Jones.

Au cours des années 1970s il travaille beaucoup dans les orchestres qui accompagnent les shows musicaux de Broadway et hors Broadway. Il se produit également en duo avec un contrebassiste, et vers 1979 dirige un trio au «Windows on the world», un restaurant du World Trade Center. En 1978 il enregistre avec le trompettiste Benny BAILEY, avec le saxophoniste Zoot SIMS (1982), le tromboniste Al GREY et le saxophoniste Buddy TATE (1984), le saxophoniste Frank WESS et le trompettiste Warren VACHÉ (les deux en 1993), également comme leader de trios (1986, 1992).

Au cours des années 1980s et 1990s il travaille comme sideman de divers groupes à New York, dont le big band d’«Illinois» JACQUET (fin des 1980s), et avec Benny CARTER (1988 au «Carlos Ier». En 1990 il forme une section rythmique avec le contrebassiste Reggie JOHNSON et le batteur Alvin QUEEN pour plusieurs prestations à la «Grande Parade du Jazz» de Nice (France) où il accompagne Warren VACHÉ et le saxophoniste français André VILLÉGER et enregistre en quintette sous le nom d’André Villéger. Au début des années 1990s il revient en Europe avec le saxophoniste Teddy EDWARDS et le trompettiste Art FARMER, et en 1996 il tourne comme membre du «Cecil Payne’s Group Bebop Generation». Il continue à être demandé comme accompagnateur et musicien d’orchestre, mais bizarrement, son travail comme soliste demeure sous-estimé. Son jeu rappelle souvent celui de Hank Jones.