Bennett Lester «Benny» CARTER

(Saxophoniste alto, clarinettiste, trompettiste)

(arrangeur, compositeur et chef d’orchestre)

Né à New York City le 8 août 1907

Décédé à Los Angeles (Californie) le 12 juillet 2003

Son cousin, Theodore «Cuban» Bennett (1902-1965) était trompettiste. Le clarinettiste Darnell Howard était aussi son cousin. Son père était guitariste autodidacte et sa mère jouait de l’orgue et du piano.

Très jeune il reçoit des leçons de sa mère au piano. Ayant entendu le trompettiste «Bubber» Miley, il achète une trompette d’occasion, mais ayant soufflé pendant plusieurs heures sans grand résultat, il revient à la boutique et échange la trompette pour un «C» melody saxophone. Peu de temps après il change pour le saxophone alto qui devient son principal instrument.

En août 1924 il commence à travailler avec le trompettiste June CLARK. Peu après il rejoint les «Billy Paige’s Broadway Syncopators» au «Capitol» de New York et se rend avec cet orchestre à Pittsburgh en octobre 1924. À la dissolution de cette formation , il travaille avec les «Lois Deppe’s Serenaders» (1924).

En mai 1925 il se rend au «Wilberforce College» dans l’Ohio pour y étudier la théologie, mais en fait il rejoint les «Horace Henderson’s Collegians». Il quitte Henderson en 1926 et au cours de l’été travaille avec l’orchestre du saxophoniste Billy FOWLER à Baltimore et à New York. Il joue ensuite brièvement avec le pianiste James P. JOHNSON et passe deux semaines dans l’orchestre de Duke ELLINGTON en remplacement d’Harvey Boone. Il effectue ensuite un court passage chez Fletcher HENDERSON et passe plus d’un an dans l’orchestre de Charlie JOHNSON. Il rejoint alors Horace HENDERSON à Detroit et joue brièvement avec son frère Fletcher HENDERSON (automne 1928). À la fin de 1928 il forme son propre orchestre pour jouer à l’ «Arcadia Ballroom» de New York. Il dirige quelque temps cet orchestre à New York et en tournée, puis revient chez Fletcher HENDERSON en janvier 1930. Il y demeure jusqu’en mars 1931, fournissant beaucoup d’arrangements importants.

En mars 1931 il rejoint l’orchestre de «Chick» WEBB qu’il quitte au cours de l’été pour devenir directeur musical des «McKinney’s Cotton Pickers». Durant cette période, ayant renoué avec la trompette, il double régulièrement sur cet instrument qu’il maîtrise alors parfaitement. Il reste presque un an avec les «McKinney’s», mais joue aussi pour quelques dates avec Don REDMAN et Fletcher HENDERSON. Il dirige à nouveau un orchestre à partir de septembre 1932. Cet orchestre comprend dans ses rangs des solistes remarquables tels que le trompettiste Bill Coleman, le tromboniste Dicky Wells, les saxophonistes ténors Ben Webster et «Chu» Berry, le pianiste Teddy Wilson et les batteurs Cozy Cole et «Big Sid» Catlett. Cette formation est dissoute à la fin de 1934.

Au cours de ces années il écrit de nombreux arrangements pour Duke Ellington, Teddy Hill, les «McKinney’s Cotton Pickers», le «Blue Rhythm Band», Fletcher Henderson et d’autres. Il commence aussi en 1934 à fournir des arrangements à Benny Goodman.

De février à mai 1935 il joue comme trompettiste dans l’orchestre du chanteur et entertainer Willie BRYANT et travaille occasionnellement pour Charlie BARNET avant de s’établir pour quelque temps en Europe. Il rejoint l’orchestre de Willie LEWIS à Paris au cours de l’été 1935. En mars 1936 il est engagé comme arrangeur par le «Henry Hall Orchestra» à Londres. Après une tournée en Scandinavie à l’automne 1936, il revient à Londres. Il repasse sur le continent pour jouer en mars 1937 à Amsterdam avec le pianiste Freddy JOHNSON. Il joue également en France avant de diriger un orchestre international à Scheveningen (Hollande) au cours de l’été 1937. Il dirige enfin un orchestre au «Bœuf sur le toit» à Paris avant de regagner les U.S.A. en mai 1938.

Après de longues vacances il reforme un «big band» qui fait ses débuts officiels au «Savoy Ballroom» de New York. Il dirige cet orchestre jusqu’à l’été 1941. Cette formation a compris dans ses rangs les trompettistes «Shad» Collins, Bill Coleman, Freddy Webster et Sidney De Paris, ainsi que les trombonistes James Archey et Vic Dickenson. Après la dissolution du «big band» il forme un septet qu’il dirige d’octobre 1941 à janvier 1942. En février il reforme un «big band» qui à l’automne se rend à Los Angeles où il se fixe. Il joue avec cet orchestre au «Billy Berg’s Club» de Los Angeles, puis dans diverses résidences d’Hollywood.

En 1943 il commence à composer et écrire des arrangements pour le film «Stormy Weather», puis pour de nombreux autres films et plus tard pour des productions de la télévision. Il est un des premiers musiciens afro-américains accepté dans les studios d’Hollywood. En 1944 il entame une résidence avec son orchestre à l’«Apollo» de New York. En 1945 il se rend fréquemment à Los Angeles pour des résidences au «Trocadero», à Hollywood, au «Plantation Club» etc… À partir de 1946 il ne dirige plus de formation permanente, mais continue à jouer régulièrement, notamment en tournée avec le «Jazz at The Philharmonic» et enregistre beaucoup. Au cours de l’été 1947 il reforme un nouveau septet pour jouer en résidence au «Billy Berg’s Club» de Los Angeles à partir de juillet. Il continue ensuite à faire des tournées, mais à la fin des années quarante il travaille surtout comme compositeur et arrangeur pour le cinéma.

Au cours des années cinquante il dirige des orchestres à et autour d’Hollywood. En 1955 il a une résidence régulière en «big band» à Los Angeles et dans les années soixante effectue plusieurs tournées avec le J.A.T.P. Il écrit alors pour des séries télévisées, notamment les «Alfred Hitchcock’s series», les programmes du «Chrysler Theatre» etc… Il travaille également comme directeur musical de diverses vedettes de la chanson et ne joue plus que du saxophone alto. En 1968 il joue en soliste pour quelques dates en Grande Bretagne.

Au cours des années soixante-dix il effectue une tournée sponsorisée par l’ «US State Department» et apparaît dans tous les grands festivals et dans de nombreux night-clubs. Chaque année il tourne en Europe et au Japon.

C’est alors qu’il entame une nouvelle carrière comme enseignant, passant plusieurs périodes en résidence dans les universités.

En 1982 la station de radio new yorkaise WKCR célèbre son 75e anniversaire par une diffusion non stop de 177 heures de ses enregistrements et la même année, une video est réalisée en concert à la «Library of Congress» de Washington DC : «Jazz at the Smithsonian : Benny Carter». Il donne un concert au «Lincoln Center» à l’occasion de son 82e anniversaire en 1989.

Au cours des années quatre-vingt-dix il continue à jouer et à faire des tournées à l’étranger. En 1996 il participe à un nouveau concert qui lui est consacré et dirigé par Wynton MARSALIS. Il reçoit également une nouvelle distinction : le «Kennedy Center Honor».

Il est décédé à Los Angeles (Californie) le 12 juillet 2003 après une carrière exceptionnelle de près de quatre-vingts ans.