Charles Jr. «Charlie» «Bird» «Yardbird» PARKER

(Saxophoniste alto et compositeur)

Né à Kansas City (Kansas) le 29 août 1920

Décédé à New York City le 12 mars 1955

Fils unique de Charles et Addie Parker, sa famille va s’installer en 1927 à Kansas City (Missouri).

Le jeune Charlie reçoit ses premières leçons de musique à l’école publique et commence à jouer du saxophone alto en 1933, travaillant occasionnellement avec des groupes semi-professionnels avant de quitter l’école en 1935 pour devenir musicien à plein temps.

De 1935 à 1939 il travaille souvent à Kansas City avec une grande variété de groupes de jazz et de blues locaux. Comme beaucoup de musiciens de l’époque, il effectue l’apprentissage du métier sur le tas, écoutant les vieux maîtres du jazz local et acquérant le répertoire traditionnel, apprenant beaucoup dans les compétitions d’orchestres et les jam sessions.

En 1939 il se rend à New York et y demeure presque un an. Bien que travaillant de façon sporadique comme musicien professionnel, il participe souvent à des jam sessions.

De 1940 à 1942 il joue dans l’orchestre du pianiste Jay McSHANN avec lequel il tourne dans le sud-ouest, à Chicago et à New York et enregistre ses premiers disques à Dallas en 1941. En décembre 1942 il rejoint le grand orchestre d’Earl HINES qui comprend plusieurs jeunes musiciens modernes tels que «Dizzy» Gillespie. En mai 1944 ils forment avec Parker le noyau de l’orchestre de Billy ECKSTINE. Il quitte cette formation en août 1944.

Durant ces années, il participe régulièrement en after-hours à des jam sessions au «Minton’s Playhouse» et au «Monroe’s Uptown House» de New York où une atmosphère particulière et de petits groupements favorisent le développement de son style personnel, donnant naissance au style «Bop».

1945 marque un tournant dans sa carrière. Il dirige à New York son propre groupement pour la première fois et travaille abondamment avec «Dizzy» GILLESPIE au sein de petites formations. Ils se rendent ensemble à Hollywood et passent six semaines en résidence dans un night club. Il continue à enregistrer et à jouer à Los Angeles jusqu’au 29 juin 1946, lorsqu’une dépression nerveuse liée à la prise de drogue et d’alcool l’oblige à se faire interner au «Camarillo State Hospital».

Relâché en janvier 1947, il recommence à travailler à Los Angeles. Il revient à New York en avril 1947 et forme un quintette avec le trompettiste Miles DAVIS, le pianiste Duke JORDAN, le contrebassiste Tommy POTTER et le batteur Max ROACH, enregistrant de nombreux disques devenus célèbres.

De 1947 à 1951 il a une activité intense : night clubs, concerts, radio et enregistrements.

Il vient en Europe en 1949 et en 1950. En juillet 1951sa licence lui permettant de jouer en cabaret à New York lui est retirée par le Narcotic Bureau. Cette situation l’oblige à une semi-retraite jusqu’à ce que sa licence lui soit rendue à l’automne 1953. Travaillant sporadiquement et endetté, sa santé physique et mentale se dégrade. Il fait deux tentatives de suicide en 1954 et se fait volontairement hospitaliser à New York.

Son dernier engagement a lieu le 5 mars 1955 au «Birdland», ainsi nommé en son honneur, et il décède sept jours plus tard le 12 mars 1955 chez une amie, la baronne Pannonica de Koenigswater.