Cecil PAYNE

(Saxophoniste baryton)


(à l'extrême droite, 1er rang - Orch. Count Basie)

Né à New York City le 14 décembre 1922

Il grandit dans une famille de musiciens et commence par apprendre à jouer de la guitare, puis du saxophone. Plus tard il est clarinettiste dans un orchestre militaire de 1943 à 1946.

C’est en 1946 qu’il commence à jouer du saxophone baryton dans l’orchestre de Clarence BRIGGS et enregistre son dernier travail à l’alto à la fin de l’année, lors d’une séance avec le tromboniste J.J. JOHNSON. Il joue ensuite brièvement avec le trompettiste Roy ELDRIDGE, puis devient membre du «big band» de «Dizzy» GILLESPIE de 1946 à 1949.

Après la dissolution de l’orchestre, il joue avec le saxophoniste James MOODY et le pianiste Tadd DAMERON. Il travaille ensuite en free-lance de 1949 à 1952, avant de tourner avec «Illinois» JACQUET de 1952 à 54. Il abandonne la musique temporairement, puis avec le pianiste Kenny DREW, il joue et compose pour Jack GELBER dans The Connection (1961-62). En 1963 et 64 il est soliste dans le groupe afro-cubain de MACHITO et membre de l’octette du saxophoniste Lucky THOMPSON. En 1964 il tourne en Europe avec Lionel HAMPTON, puis quitte à nouveau la musique. En 1966 il revient sur la scène musicale avec le pianiste Randy WESTON. De septembre 1966 à 1968 il joue avec Woody HERMAN, puis avec «Dizzy» GILLESPIE (1968). Il joue ensuite à deux reprises avec Count BASIE, de décembre 1969 à mai 1970 et de nouveau de novembre 1970 à août 1971.

Au cours des années soixante-dix il dirige ses propres groupements par intermittence. En 1974 il joue avec le «New York Repertory Orchestra» et tourne en Europe comme membre d’un show : «The Musical Life of Charlie Parker».

De 1977 à 1979 il travaille avec Benny CARTER et enregistre avec Nick BRIGNOLA. Au début des années quatre-vingts, il est membre de «Dameronia». Plus tard il apparaît au Festival de Jazz de Berlin pour un set mettant en vedette les saxophonistes barytons (1985). En 1986 il joue avec le pianiste Richard WYANDS en trio à San Francisco et prend part au show télévisé «Great Performances» dans un épisode consacré à Gillespie. (1988).

À la fin des années quatre-vingts, il rejoint le «big band» d’«Illinois» JACQUET. On peut le voir dans le film Texas Tenor : The Illinois Jacquet Story (1991).

Il continue à diriger de petits groupements durant les années quatre-vingt-dix, surtout à Philadelphie et à New York, et tourne comme co-leader d’un quintette avec le saxophoniste Herman «Junior» COOK.