Adrian ROLLINI

(Saxophoniste basse, pianiste,vibraphoniste et chef d’orchestre)

Né à New York City le 28 juin 1903

Décédé à Homestead (Floride) le 15 mai 1956

Frère aîné du saxophoniste ténor Arthur Rollini. Leur père était chanteur, pianiste et guitariste.

À deux ans et demi il reçoit pour Noël un piano jouet. Enfant prodige extrêmement doué, il donne à quatre ans un concert de piano classique au «Waldorf Astoria Hotel» de New York et reçoit des leçons de piano pendant onze ans, enregistrant des «piano rolls» à l’âge de seize ans.

Dès l’âge de quatorze ans il dirige son premier orchestre, jouant du piano et du xylophone. De 1922 à 1927 il joue avec les «California Ramblers» dont il assure la direction à partir de 1925, enregistrant des centaines de disques.

Au cours de ce séjour dans cet orchestre, il achète un saxophone basse et se spécialise sur cet instrument, jouant en public au bout de quinze jours d’apprentissage. En septembre 1927 il devient chef de l’orchestre d’un club new yorkais comprenant des musiciens tels que «Bix» BEIDERBECKE, Frankie TRUMBAUER, Frank SIGNORELLI, Joe VENUTI et Eddie LANG, mais peu après il abandonne ce travail pour se rendre à Londres en décembre 1927 pour jouer avec Fred ELIZALDE au «Savoy Hotel». Il reste à Londres jusqu’en 1929. De retour à New York, il entre dans le «Bert Lown’s Orchestra» et y séjourne jusqu’au printemps de 1931.

Toujours en 1931, il joue brièvement avec les nouveaux «California Ramblers», mais devient très actif comme free-lance, participant à de nombreux enregistrements.

En 1935 il ouvre son propre club : l’ «Adrian Tap Room» à l’«Hotel Président» de New York et à partir de cette époque, il se spécialise également au vibraphone et fait quelques enregistrements au piano et à la batterie.

Au milieu des années trente il double aussi dans le «Richard Himber’s Orchestra» et continue à diriger diverses petites formations pour de longues résidences dans différents hôtels, comme le «Piccadilly» (New York), le «Park Sheraton» (New York), et le «Blackstone» (Chicago).

Au cours des années quarante il dirige un trio et au début des années cinquante, il se rend en Floride où il ouvre son propre hôtel : le «Driftwood Lodge». Il continue à jouer dans diverses résidences à Miami et effectue son dernier engagement à l’«Eden Rock Hotel» en septembre 1955.

Il est décédé d’une pneumonie, suivie de complications au foie, en Floride le 15 mai 1956.