Gérard BADINI

(Saxophoniste ténor, clarinettiste, pianiste et chef d’orchestre)


                                                                (photo Noëlle Ribière)

Né à Paris (France) le 16 avril 1931

Son père était chanteur lyrique et il a grandi dans une famille musicale. Enfant, il étudie le chant classique et en 1950 apprend la clarinette.

Après avoir joué du jazz traditionnel dans l’orchestre du saxophoniste Michel ATTENOUX, il travaille à partir de 1952 avec les trompettistes Bill COLEMAN et «Peanuts» HOLLAND, la pianiste et chanteuse Lil ARMSTRONG, le saxophoniste soprano Sidney BECHET et le tromboniste James ARCHEY.

Il rejoint le trio du pianiste Claude BOLLING en 1955 et tourne en Europe, en Afrique et dans l’Europe de l’est avec Bolling et avec «Jazz aux Champs Élysées» dirigé par le pianiste Jack DIÉVAL.

À partir de 1958 il se met au saxophone ténor qui devient son principal instrument, jouant pendant de nombreuses années dans les différentes formations dirigées par Claude BOLLING. Il travaille également en free-lance dans les studios d’enregistrement ainsi qu’avec le trompettiste Roger GUÉRIN et le vibraphoniste Geo DALY en 1957, avec la chanteuse Alice BABS et Duke ELLINGTON en 1963, le big band de Jean-Claude NAUDE (1963-64), le trompettiste Cat ANDERSON (enregistrement en 1965), le saxophoniste Paul GONSALVES (1965), Jeff GILSON (1968) et les «Swingers» du tromboniste François GUIN (1968-1971). Il enregistre avec Paul GONSALVES en 1969.

En 1973 il forme la «Swing Machine», un quartette avec le pianiste Raymond FOL, le bassiste Michel GAUDRY et le batteur Bobby DURHAM. Après un séjour aux U.S.A. en 1974 et 1975, il reprend sa «Swing Machine», remplaçant Bobby Durham par Sam WOODYARD, remplacé lui-même en tournée par Sonny PAYNE en 1976. Le groupe accompagne la chanteuse Helen HUMES en 1974. Plus tard il enregistre à nouveau avec Cat ANDERSON en 1977 et repart vivre à New York de 1977 à 1979 où il travaille avec les trompettistes Clark TERRY et Roy ELDRIDGE. Il y dirige aussi un quartette composé des pianistes Gerry WIGGINS ou Dick KATZ, des contrebassistes Major HOLLEY ou Reggie WORKMAN et le batteur Oliver JACKSON.

En 1980 il participe au Festival d’arts africains de Dakar (Sénégal) et enseigne à Paris à partir de 1982. En 1982 il forme la «Super Swing Machine», un big band dans le style du Count Basie Orchestra.

À la fin des années quatre-vingt-dix, des ennuis de santé l’empêchent de continuer à jouer du saxophone. Il se remet donc au piano à partir duquel il dirige son big band.