Jean Baptiste «Illinois» JACQUET

(Saxophoniste ténor, alto et bassoniste)

Né à Broussard près de La Fayette (Louisiane) le 31 octobre 1922

Décédé à New York le 22 juillet 2004

Frère cadet du trompettiste Russell JACQUET.

La plupart du temps, en Amérique, son nom était prononcé «Jah-KETT», mais ce nom étant d’origine française, il insistait beaucoup pour qu’il soit prononcé à la française : «Ja-KÉ».

Élevé à Houston, il commence comme tap dancer devant le grand orchestre de son père. Entré au Collège, il commence par apprendre à jouer de la batterie dans un orchestre de marche. Plus tard, il joue du saxophone soprano et de la batterie dans l’orchestre.

Ayant changé pour le saxophone alto, il obtient son premier engagement en grand orchestre avec le chef local Bob COOPER. Au cours de ses premières années de jeunesse, il joue dans l’orchestre de Milt LARKIN et en septembre 1940 se rend à Los Angeles avec son frère Russell pour rejoindre l’orchestre de Floyd RAY. Il joue brièvement avec cet orchestre et après la journée de parade des musiciens du Local 767 (Syndicat local des musiciens), il participe à une jam session avec le pianiste Nat «King» COLE, le guitariste Charlie CHRISTIAN, le contrebassiste Jimmy BLANTON et le batteur «Big Sid» CATLETT en 1940.

Un peu plus tard, «King» Cole l’introduit auprès de Lionel HAMPTON qui l’engage, changeant l’alto pour le ténor à la demande d’Hampton.

À dix-neuf ans il participe en 1942 à la première séance d’enregistrement de sa carrière et devient d’emblée internationalement connu pour son magnifique solo sur Flying Home qui fera date puisque ce solo sera repris par tous les orchestres jouant ce morceau, soit en solo, soit arrangé.

Ayant quitté Hampton, il joue avec Cab CALLOWAY en 1943-44.

En 1944 il joue et enregistre avec «Jazz at The Phiharmonic» (J.A.T.P.) et apparaît dans le film de Gjon Mili Jammin’ the Blues. Il dirige ensuite un orchestre comprenant son frère Russel à la trompette et le contrebassiste Charlie MINGUS.

D’octobre 1945 à août 1946 il est dans l’orchestre de Count BASIE. Il quitte cette formation pour tourner et enregistrer comme principal soliste du J.A.T.P. (1946-47 et à nouveau en 1955). Durant cette période il dirige également son propre orchestre comprenant des musiciens tels que les trompettistes Russell JACQUET et Joe NEWMAN, le tromboniste Jay Jay JOHNSON, les saxophonistes Leo PARKER et Cecil PAYNE, les pianistes Bill DOGGETT et Sir Charles THOMPSON et le batteur Shadow Wilson.

Il effectue sa première tournée européenne à l’automne 1954 avec le show «Jazz Parade» comprenant la chanteuse Sarah VAUGHAN et le saxophoniste Coleman HAWKINS en solistes invités.

Bien qu’établi à New York, il tourne en Europe avec l’organiste et pianiste Milt BUCKNER (jusqu’à la mort de ce dernier en 1977), le batteur Jo JONES et le contrebassiste Slam STEWART (1980-1981). De même avec les «Texas Tenors» comprenant Arnett COBB et Buddy TATE. Il joue aussi au Japon avec son propre groupement.

Il passe ensuite trois ans comme artiste en résidence à l’«Université d’Harvard». Ses étudiants lui suggèrent de former un grand orchestre professionnel en 1983. Avec cet orchestre il joue dans les festivals, en concert et dans les clubs en Europe et en Amérique, ainsi qu’en résidence à la «Tavern on the Green» de New York. Il demeure actif jusqu’à la fin des années quatre-vingt-dix, fêtant ses 75 ans à Salzbourg (Autriche)

En 1997 il joue pour une croisière sur le SS Norway (l’ex-paquebot France) et en juillet 1998 joue pour des milliers de danseurs au «Lincoln Center».

Il est la vedette du film Texas Tenor : The Illinois Jacquet story en 1991.

À la mort du trompettiste Buck Clayton, Jean Baptiste «Illinois» Jacquet est devenu le nouveau Président d’honneur du Hot Club de Limoges (France), recevant à cette occasion la médaille de la ville de Limoges qui lui a été remise par le Maire en personne.

Il est décédé d’une crise cardiaque chez lui, à New York, le 22 juillet 2004.