Benjamin Francis «Ben» WEBSTER

(Saxophoniste ténor)

Né à Kansas City (Missouri) le 27 mars 1909

Décédé à Amsterdam (Hollande) le 20 septembre 1973

Il étudie en premier le violon à l’école primaire, puis apprend seul le piano. Après une courte période passée à la «Wilberforce University», il travaille comme pianiste à Amarillo (Texas) pour accompagner les films muets.

Il obtient son premier véritable engagement comme pianiste avec le «Bretho Nelson’s Band» dans l’Oklahoma puis, toujours au piano, avec le «Dutch Campbell’s Band». Par la suite il reçoit des leçons de saxophone de «Budd» JOHNSON et adopte le ténor. Il rejoint alors l’orchestre familial dirigé par W.H. YOUNG (le père de Lester) à Campbell Kirkie (Nouveau Mexique) et tourne avec eux pendant trois mois, se spécialisant au saxophone ténor. Il retourne ensuite à Amarillo au début des années trente pour jouer avec les «Gene Coy’s Happy Black Aces». À l’été 1930 il est dans l’orchestre du contrebassiste «Jap» ALLEN, puis à partir d’avril 1931 dans celui de la chanteuse Blanche CALLOWAY (la sœur de Cab). Il rejoint enfin l’orchestre de Bennie MOTEN avec lequel il joue de l’hiver 1931-32 jusqu’au début de 1933, période pendant laquelle il visite New York. Il joue ensuite dans la formation d’Andy KIRK au «Fairyland Park» de Kansas City de 1933 à juillet 1934. Il se rend alors à New York et entre dans l’orchestre de Fletcher HENDERSON.

À la fin de 1934 il passe dans l’orchestre de Benny CARTER et dès février 1935 joue dans celui du chanteur Willie BRYANT. Au cours de cette période il effectue deux courts remplacements dans l’orchestre de Duke ELLINGTON (1935 et 1936). Il enregistre aussi en petite formation pour accompagner la chanteuse Billie HOLIDAY dans les premières séances faites sous son nom, puis sous le nom du pianiste Teddy WILSON (1935-37).

Du printemps 1936 à juillet 1937 il est dans l’orchestre de Cab CALLOWAY, puis après un bref retour à Kansas City, il rejoint Fletcher HENDERSON à Chicago à l’automne 1937. Ben raconte que durant cette période il essayait de jouer comme Coleman Hawkins. Il dit aussi : «Un jour le pianiste Clyde Hart m’a entendu jouer et m’a dit «Tu sonnes exactement comme Hawk !»J’ai compris le message. J’ai remballé tous mes disques d’Hawkins et j’ai essayé de trouver un son personnel.»

En 1938 il travaille avec le violoniste «Stuff» SMITH et avec le trompettiste Roy ELDRIDGE, puis à partir d’avril 1939 jusqu’à janvier 1940 il devient le principal soliste du grand orchestre de Teddy WILSON.

En janvier 1940 il rejoint l’orchestre de Duke ELLINGTON à Boston et y demeure jusqu’en août 1943. Il joue ensuite dans de petites formations. Il fait partie entre autres du quartette du batteur «Big Sid» CATLETT qui enregistre en mars 1944. Il joue également deux mois (juin et juillet 1944) avec le contrebassiste John KIRBY, puis rejoint l’orchestre du trompettiste Henry «Red» ALLEN au «Garrick Stage Bar» à Chicago. Au début de 1945 il travaille à l’«Onyx Club» de New York dans la formation de «Stuff» SMITH, mais à partir d’octobre 1945 il dirige aussi ses propres groupements à New York et à Chicago. Il joue à nouveau avec Duke ELLINGTON de novembre 1948 à septembre 1949, puis travaille ensuite avec le pianiste Jay McSHANN à Kansas City et tourne avec le J.A.T.P. (Jazz at The Philharmonic). De retour à Kansas City il travaille régulièrement avec l’orchestre du pianiste Bob WILSON en free-lance.

Fortement dépendant de l’alcool, il devient parfois incontrôlable ce qui lui vaut le surnom de «The Brute». Son état l’oblige à une semi-retraite de 1950 à 1952, vivant à Los Angeles avec sa mère. Il reprend par la suite son activité, tournant dans les années cinquante avec le J.A.T.P. et participant à de nombreux enregistrements comme musicien de studio, notamment comme accompagnateur de chanteuses telles que Billie HOLIDAY, Ella FITZGERALD et Carmen McRAE, de même qu’une belle série de ballades avec le pianiste Art TATUM en 1956.

À la fin des années cinquante il dirige de petits groupements comprenant le pianiste Jimmie ROWLES, le guitariste Jim HALL, les contrebassistes Leroy VINNEGAR ou «Red» MITCHELL et le batteur Frank BUTLER.

En 1962, peu après le décès de sa mère, il revient à New York. En décembre 1964 il se rend en Europe où il vit à Amsterdam avant de se fixer à Copenhague. Là il joue dans les clubs avec des musiciens locaux et avec les américains de passage tels que les trompettistes Bill COLEMAN et «Buck» CLAYTON, le saxophoniste Don BYAS et les pianistes Kenny DREWet Teddy WILSON.

Il est décédé à Amsterdam le 20 septembre 1973.

Un court métrage lui a été consacré en 1989 : The brute and The Beautiful. On peut le voir également dans l’émission de télévision The Sound of Jazz.