Edward «Kid» ORY

(Tromboniste et Chef d’orchestre)


Né à La Place (Louisiane) le 25 décembre 1886

Décédé à Honolulu le 23 janvier 1973

Son certificat de baptême date du 07 mai 1887 et donne comme prénom Edouard et confirme sa date de naissance le 25 décembre sans préciser l’année.

Il commence par se fabriquer lui-même des instruments de fortune avant d’acquérir un vrai banjo à l’âge de dix ans. À La Place il dirige un orchestre de gamins et commence à doubler au trombone à pistons avant de se spécialiser au trombone à coulisse. Il fait des visites régulières à La Nouvelle-Orléans avant de s’y établir.

Il commence très tôt à travailler pour subvenir aux besoins de sa famille, sa mère étant décédée et son père étant devenu invalide. De 1912 à 1919 il dirige un des orchestres qui a le plus de succès, avec Mutt Carey, King Oliver, Louis Armstrong, Johnny Dodds, Sidney Bechet, «Big Eye» Louis Nelson, Jimmie Noone et Ed Garland parmi ses musiciens.

Un médecin lui ayant fait remarquer que de vivre dans un milieu humide était mauvais pour sa santé, il part en Californie en 1919 avec Mutt Carey et Ed Garland. Là, il forme son propre orchestre sur la côte ouest en novembre 1919 et joue en résidence à San Francisco, Los Angeles et Oakland. L’orchestre s’appelle : «Kid Ory’s Brownskinned Babies» et plus tard le «Kid Ory’s Original Creole Jazz Band», occasionnellement «Sunshine Orchestra» à Los Angeles.

En juin 1922 il est le premier orchestre de couleur à enregistrer sous le nom de «Spikes Seven Pods of Pepper Orchestra», gravant deux titres : «Ory’s Creole Trombone» et «Society Blues».

Plus tard en 1925 il se rend à Chicago et rejoint les «King Oliver’s Dixie Syncopators». Il participe également à plusieurs des plus importantes séances d’enregistrement de l’Histoire du Jazz avec le «Louis Armstrong Hot Five». En mai 1927 il quitte Chicago avec Oliver et joue brièvement à New York. Il revient à Chicago en juin et joue avec Dave Peyton. L’année suivante il travaille avec Clarence Black au «Savoy» de Chicago et en 1929 joue avec les «Boyd Atkins’ Chicago Vagabonds» au «Sunset Cafe».

En 1930 il revient à Los Angeles jouer avec les «Mutt Carey’s Jeffersonians» pour quelques mois. Il tourne ensuite pour le «Pantage Theatre Circuit» avec «Leon Rene Orchestra», puis joue brièvement avec l’«Emerson Scott’s Band» à Los Angeles. Il joue ensuite pendant deux mois en 1931 au «Club Araby» avec l’orchestre de Freddie Washington, travaillant aussi avec les «Charlie Echols’ Ebony Serenaders». Il abandonne ensuite la musique en 1933 pour aider son frère qui élève des poulets dans une ferme. Il travaille ensuite comme postier, aussi comme cuisinier et comme gardien.

Au cours de l’été 1942 il recommence à jouer régulièrement avec l’orchestre de Barney Bigard au «Trouville Club» de Los Angeles. En 1943-44 il redevient très actif, jouant de la basse et du saxophone alto.

Il est avec son quartette au «Tiptoe Inn» à la fin de 1943, puis il se remet au trombone et joue avec Bunk Johnson à San Francisco (1943). Il redevient très populaire en 1944 grâce aux émissions de radio d’Orson Welles, jouant avec Jimmie Noone qui remplace Bigard, Omer Simeon, puis Darnell Howard. Avec Mutt Carey, Ed Garland et Zutty Singleton.

D’avril 1945 à 1949 il joue dans plusieurs résidences dont le «Jade Room» à Hollywood avec sa formation comprenant Darnell Howard, puis Joe Darensbourg, puis Barney Bigard et Minor Hall à la batterie. De 1949 à 1953 il est en résidence à la «Beverly Cavern» de Los Angeles à l’exception d’une tournée nationale en 1948. Par la suite il ouvre son propre club, puis joue en résidence au printemps 1955 au «Child’s» de New York.

Au cours de l’année 1955, des ennuis de santé l’obligent à dissoudre temporairement son orchestre, mais en 1956 il le reforme et effectue une tournée en Europe, de même à nouveau en 1959. Au cours de la tournée de 1956 un court métrage est réalisé avec l’orchestre sous le titre de «L’homme de la Nouvelle-Orléans».

De 1954 à 1961 il joue régulièrement dans son club «On the Levee» à San Francisco à l’exception des tournées citées précédemment.

Il continue à jouer durant les années soixante, mais de nouveau malade, il se retire à Hawaï au cours de l’été 1966, vivant dans une paisible retraite.

Il est décédé à Honolulu le 23 janvier 1973.