Weldon Leo «Jack» TEAGARDEN

(Tromboniste et Chanteur)


Né à Vernon (Texas) le 29 août 1905

Décédé à La Nouvelle-Orléans (Louisiane) le 15 janvier 1964

Issu d’une famille de musiciens, sa mère et ses frères et sœurs pratiquaient tous un instrument. Sa mère née Helen Giengar (1890-1982) était pianiste, qui, bien que non orientée vers le jazz, se produisit au Festival de Monterey en 1963 dans un orchestre dirigé par son fils Jack avec deux de ses autres enfants. Sa sœur Norma Louise épouse Friedlander (1911-1996) était pianiste de jazz professionnelle. Son frère Charlie (1913-1984) était trompettiste et son plus jeune frère Clois «Cub» (1915-1969) était batteur. Quant à son père, il jouait de la trompette en amateur.

Jack commence par apprendre le piano avec sa mère dès l’âge de cinq ans. À dix ans il apprend le baritone horn (instrument à embouchure et à pistons), puis se tourne vers le trombone qu’il adopte définitivement.

Il commence à travailler professionnellement dès son adolescence avec divers orchestres du sud-ouest.

S’étant rendu avec sa famille à Chappell (Nebraska) en 1918, il joue brièvement dans les théâtres locaux accompagné par sa mère. Il joue aussi dans divers orchestre locaux : les «Peck Kelley’s Bad Boys» (1921 à 23 et 1924), l’«Original Southern Trumpeters» (1924) et les «Doc Ross’s Jazz Bandits» (1924 à 1927).

Il se rend ensuite à New York où il joue dans le «Johnny Johnson Band» avec lequel il effectue son premier enregistrement le 02 décembre 1927. Il travaille ensuite brièvement avec Wingy Manone, puis joue et part six semaines en tournée, accompagnant la chanteuse Elizabeth Brice avant de rejoindre les «Billy Lustig’s Scranton Sirens» au «Roseland Ballroom» de New York fin février 1928. Il joue ensuite deux mois avec le «Tommy Gott Orchestra» avant de rejoindre fin juin l’orchestre de Ben Pollack. Il y demeure, à l’exception d’une courte absence, jusqu’à ce qu’il aille vivre à Chicago au mois de mai 1933.

Durant cette période il dirige ses propres enregistrements et prend part à de nombreuses séances avec Benny Goodman, Red Nichols, Louis Armstrong, Eddie Condon, etc., etc…

En juin 1933 il joue avec Eddie Sheasby à Chicago, puis avec Wingy Manone au «Brewery Club», près du «Chicago World Fair Exhibition». Il joue ensuite en août avec Mal Hallett avant de rejoindre en décembre l’orchestre de Paul Whiteman.

Pendant un mois en 1936 il joue les «after hours» à l’«Hickory House» avec son ami de l’orchestre Whiteman, Frankie Trumbauer et son frère Charlie. Le groupe est connu sous le nom de «Three T’s». Il devient un soliste vedette et chante dans l’orchestre de Whiteman jusqu’en décembre 1938.

Il monte ensuite son propre big band et fait ses débuts en février 1939. L’orchestre a un succès populaire, mais financièrement les affaires sont de plus en plus dures et il doit le dissoudre en novembre 1946.

Fin 1946 il dirige un sextette avant de rejoindre le «All Stars» de Louis Armstrong en juillet 1947 et avec lequel il reste jusqu’en août 1951.

À cette époque il forme son propre «All Stars» co-dirigé avec Earl Hines avec lequel il vient en Europe en 1957. Il dirige ensuite seul son propre groupe avec des musiciens tels que Don Ewell, Max Kaminsky, Dick Wellstood, son frère Charlie et sa sœur Norma qui sera sa pianiste jusqu’à ce qu’il décède.

Avec l’un de ces groupes il visite l’Asie de septembre 1958 à janvier 1959 et continue à jouer jusqu’à la fin de sa vie.

Il est décédé à La Nouvelle-Orléans le 15 janvier 1964 d’une pneumonie. Il avait joué la veille au «Dream Room» pour son dernier engagement.