Michael Andrew «Peanuts» HUCKO

(Clarinettiste et saxophoniste ténor)


Né à Syracuse (New York) le 7 avril 1918

Il commence à jouer avec l’orchestre de Johnny CAMARATA avant de se rendre à New York en 1939. Là, il joue brièvement avec l’orchestre de Jack JENNEY, puis entre dans la formation du tromboniste Will BRADLEY en octobre 1939 en remplacement de Bernie Billings. Au cours de l’été 1940 il joue brièvement avec Tommy REYNOLDS, puis avec le clarinettiste Joe MARSALA (au ténor) jusqu’à ce qu’il rejoigne à nouveau l’orchestre de Will BRADLEY en septembre 1940.

En 1941 il quitte Bradley pour jouer avec Bob CHESTER, puis avec le trompettiste Charlie SPIVAK (1941-42) avant d’être enrôlé dans l’U.S. Army Air Force. Il effectue son service en Europe dans l’«A.A.F. Band» dirigé par Glenn MILLER comme clarinettiste soliste.

Après sa démobilisation, il joue dans l’orchestre de Benny GOODMAN de fin 1945 au début de 1946. Il passe ensuite dans l’orchestre du batteur Ray McKINLEY de février 1946 à avril 1947. Il travaille ensuite pour la radio avec le sextette du tromboniste Jack TEAGARDEN au cours de l’été 1947. Il joue ensuite avec le guitariste Eddie CONDON en octobre 1947 et continue avec lui jusqu’en août 1950, jouant également brièvement avec le trompettiste «Wild Bill» DAVISON à San Francisco en 1949. Il joue aussi avec le pianiste Joe BUSHKIN à New York en 1950. De la fin de 1950 à 1951 il travaille dans les studios de C.B.S. avec le pianiste Bennie LEIGHTON, puis comme musicien de studio chez A.B.C. de 1951 à 1955.

À la fin de 1956 il fait une tournée au Japon avec Benny GOODMAN comme premier alto. À l’automne 1957 il tourne en Europe avec le «All Stars» dirigé par Jack TEAGARDEN et le pianiste Earl HINES.

De juillet 1958 à mars 1960 il fait partie du «All Stars» de Louis ARMSTRONG, puis reprend son travail de studio chez A.B.C., jouant également chez Eddie CONDON dans le quartette du pianiste Ralph SUTTON. En 1963 et 1964 il joue au «Festival de Newport» et dirige son propre groupe au «Condon’s Club» de 1964 à 1966.

À partir de 1964, il apparaît chaque année aux «Dick Gibson’s Colorado Jazz Party» où il joue avec le trompettiste Yank LAWSON et le contrebassiste Bob HAGGART dans un groupe connu plus tard sous le nom de «World’s Greatest Jazz Band» où il est remplacé par Bob WILBER en 1968.

En mai 1967 il fait une tournée en Grande-Bretagne comme soliste. Au cours de cette même année, il épouse la chanteuse Louise TOBIN qui fut la première épouse du trompettiste Harry James, et s’installe à Denver (Colorado), mais revient dans l’est en 1969 pour jouer au «Festival de Newport».

Pendant deux ans il est en résidence au «Navarre Restaurant» de Denver de 1967 à décembre 1969, jouant aussi au «Sutton’s Restaurant» d’Aspen (Colorado). Il réside ensuite dans divers clubs, jouant également pour la Télévision de 1970 à 1972. Il joue ensuite comme soliste et dirige le «Glenn Miller Orchestra». D’octobre 1974 à 1975 il retravaille à Denver en quartette avec Ralph SUTTON. En 1975 il tourne en Europe et enregistre avec le «World’s Greatest Jazz Band». Il dirige aussi un orchestre avec son épouse comme chanteuse. En 1981 il tourne avec son «Pied Piper Quintet» qui comprend le pianiste Ralph SUTTON.

Il continue à diriger des orchestres au cours des années quatre-vingt-dix, ces groupes étant constitués de vétérans de la «Swing Era» et des «dixielanders», ainsi que le jeune trompettiste Randy SANDKE.