Daniel Moses « Danny » BARKER

Home + Ombre.png

(Guitariste – Banjoïste – Chanteur)

 

 

 

 

 

 

 

Né à La Nouvelle-Orléans (Louisiane) le 13 janvier 1909

Décédé à La Nouvelle-Orléans (Louisiane) le13 mars 1994

Mari de la chanteuse « Blue Lou » BARKER et neveu du batteur Paul BARBARIN.

Il passe son enfance chez son grand-père Isidore BARBARIN et commence par apprendre la clarinette, le ukulélé, puis finalement le banjo.

Plus tard, il se spécialise au banjo ténor et à la guitare et obtient son premier travail régulier avec le trompettiste Willie PAGEAUD.

Après avoir joué avec l’orchestre épisodique des « Boozan Kings » au début des années 1920s, il tourne dans le Mississippi avec le pianiste « Little Brother » MONTGOMERY.

En 1928 il rejoint l’orchestre du trompettiste Lee COLLINS avec lequel il tourne en Floride.

En 1930 il se rend à New York où il joue avec les « White Brothers », le saxophoniste Billy FOWLER, puis avec le trompettiste Dave NELSON et avec le tromboniste Harry WHITE.

C’est à cette époque qu’il abandonne le banjo au profit de la seule guitare.

Au cours des années 1930s, il joue avec Sidney BECHET, le saxophoniste Fess WILLIAMS, tourne avec Buddy HARRIS (1933), le clarinettiste Albert NICHOLAS (1935) et avec le pianiste James P. JOHNSON.

En 1937-38 il est dans l’orchestre de Lucky MILLINDER et enregistre avec le trompettiste Henry « Red » ALLEN ainsi qu’avec son épouse la chanteuse « Blue Lou » BARKER (1938).

À partir de 1937, sa principale activité est au sein des grands orchestres : Lucky MILLINDER (1937-38), Benny CARTER (1938) et Cab CALLOWAY (1939 à 1946).

Après avoir quitté Cab CALLOWAY, il dirige une petite formation pour accompagner son épouse.

Il forme ensuite une association amicale avec le pianiste Herbie NICHOLS qui l’aide à trouver du travail dans divers ensembles « dixieland ».

En 1947 il reprend le banjo à six cordes pour participer à la série de radio « This is Jazz », enregistrant avec les trompettistes « Mutt » CAREY et Bunk JOHNSON.

En 1948 il joue souvent avec Albert NICHOLAS et, en 1949, reforme un groupement pour accompagner son épouse.

Au début des années 1950s il travaille en freelance à New York, jouant du banjo avec son oncle  Paul BARBARIN de 1954 au début de 1955.

Il retravaille ensuite à nouveau avec Albert NICHOLAS en Californie.

Il joue ensuite en freelance jusqu’au début des années 1960s, reforme un petit groupement et joue avec le pianiste Eubie BLAKE au Festival de Newport en 1960.

En 1963 il joue au « Ryan’s » avec le pianiste Cliff JACKSON et dirige son propre « Banjo Group » au « New York’s World Fair » durant l’été 1964.

De retour à La Nouvelle-Orléans en mai 1965, il est employé comme assistant du Conservateur du « New Orleans Jazz Museum » et continue à jouer régulièrement à La Nouvelle-Orléans.

Il donne aussi des conférences sur le Jazz dans plusieurs universités de 1965 à 1975.

En juin 1969 il est nommé « Grand Marshall » du « New Orleans Jazz Festival ».

À l’automne 1969 il commence une résidence à la « Maison Bourbon » de La Nouvelle-Orléans.

Par la suite il fonde le « Fairview Baptist Chuch Brass Band » pour permettre aux jeunes musiciens de La Nouvelle-Orléans d’apprendre le répertoire et le style des « marching bands », et plus tard organise des ateliers pour les jeunes.

Il aide ainsi la carrière de plusieurs musiciens tels que le clarinettiste Michael WHITE et le tromboniste Lucien BARBARIN.

Au cours des années 1980s, et au début des 1990s, il joue fréquemment au « Palm Court » de La Nouvelle-Orléans avec le trompettiste Gregg STAFFORD ainsi qu’avec d’autres orchestres.

La maladie de sa femme l’empêche de s’éloigner de La Nouvelle-Orléans, mais il apparaît en Italie et en Suisse avec Louis NELSON en 1989 et fait plusieurs incursions à New York pour jouer avec le trompettiste Wynton MARSALIS.

Il est décédé à La Nouvelle-Orléans le 13 mars 1994.