George BRUNIS

(Tromboniste)

Né à la Nouvelle-Orléans (Louisiane) le 06 février 1902

Décédé à Chicago (Illinois) le 19 novembre 1974

Son vrai nom est George Clarence BRUNIES. Il a modifié les treize lettres de son nom en onze lettres sur les conseils d’un numérologue.

Issu d’une famille de musiciens, plusieurs de ses frères furent professionnels : Richard, cornettiste (1889-1961), Henry, tromboniste (1891-1932), Merritt, cornettiste et tromboniste (1895-1973) et Albert («Abbie»), cornettiste (1900-1978).

Il commence à l’âge de huit ans par apprendre l’alto horn (instrument à embouchure et à pistons) et joue dans le trio familial et avec le «Papa Jack Laine’s Reliance Brass Band». Dès l’âge de onze ans, il se met au trombone et joue avec l’orchestre du fils de Laine, l’ «Alfred «Pantsy» Laine and his Wanpas Cats».

Durant son adolescence, il joue au «Brunnin’s Hall» et au «Martin’s» près du lac Pontchartrain avec Leon Roppolo. En 1920 il se rend à Chicago et travaille dans l’orchestre dirigé par le batteur néo-orléanais Joe «Raga- baby» Stevens. Il joue ensuite au «Blatz Palm Gardens» dans l’orchestre d’Elmer Schoebel, puis dans une formation dirigée par Paul Mares avant de travailler sur le Mississippi à bord du S.S. «Capitol». Vers 1921 il revient à Chicago jouer avec le «Mare’s Friars Society Orchestra» et devient ainsi membre-fondateur des fameux «New Orleans Rhythm Kings» (N.O.R.K.).

En 1924 il commence une longue association avec Ted Lewis, tournant et enregistrant avec cet orchestre jusqu’en 1934. Il joue ensuite avec Louis Prima et devient très actif à New York dans différents clubs, notamment au «Nick’s». Il joue également avec Sharkey Bonano, Chauncey Morehouse et Bobby Hackett au printemps de 1938, puis devient free-lance pendant un certain temps, retournant brièvement à La Nouvelle-Orléans.

En avril 1939 il retourne à Chicago pour jouer avec le «Muggsy Spanier’s Ragtime Band» jusqu’à la dissolution de l’orchestre en décembre de la même année.

En 1940 il dirige sa propre formation chez «Nick’s», puis fin 1940 et début 1941 il joue avec Art Hodes. De nouveau il dirige un orchestre chez «Nick’s» en 1941-42, puis au «Famous Door» début 1943 et revient avec Art Hodes au cours de cette même année. Cet engagement terminé, il joue de nouveau dans l’orchestre de Ted Lewis d’août 1943 à janvier 1946. En 1946 il est de nouveau chez «Nick’s», puis avec Eddie Condon de janvier 1947 à juin 1949. Il retourne ensuite à Chicago diriger sa propre formation au «Sky Club» de juin à septembre, puis joue brièvement avec l’orchestre de Johnny Lane. Fin 1949 il dirige une formation au «Blue Note» et travaille à nouveau avec Muggsy Spanier au «Jazz Ltd.» fin 1949 et début 1950.

À nouveau avec Art Hodes en 1950, il reforme un orchestre pour jouer en résidence au «Club 1111» de 1951 à 1959. Par la suite, fin 1959 et début des années soixante, il dirige divers groupes à Madison (Wisconsin) ainsi qu’à Cincinnati. Fin 1961 il revient brièvement avec Muggsy Spanier, puis début 1962 avec l’orchestre de Brian Shandley.

Fin 1965 il s’installe pour six mois à Biloxi (Mississippi), puis retourne à Chicago. En 1968 il se produit au «New Orleans Jazz Festival» avec Art Hodes.

Sérieusement malade à la fin des années soixante, il recommence tout de même à jouer et travaille avec l’orchestre de Smokey Stover en septembre 1969, jouant jusqu’au début des années soixante-dix.

Il est décédé à Chicago le 19 novembre 1974.