Albert «Al» GREY

(Tromboniste)

Né à Aldia (Virginie) le 06 juin 1925

Décédé à Phoenix (Arizona) le 24 mars 2000

Tout enfant déjà, il se passionne pour la musique. Son père jouait du baritone horn (instrument à embouchure et à pistons), et dès l’âge de quatre ans, le petit Albert s’essayait à souffler dans cet instrument. Finalement il opte un peu plus tard pour le trombone.

Après s’être engagé très jeune et avoir servi dans la marine, Al Grey entre dans l’orchestre de Benny Carter où il joue de 1944 à 1946. C’est avec cet orchestre qu’il fait ses premiers disques. En 1946 il joue quelques mois avec l’orchestre de Jimmie Lunceford et, les deux années suivantes, il est membre de la formation de Lucky Millinder. Ensuite, il joue de 1948 à 1952 chez Lionel Hampton. Vers la fin 1952 il quitte l’orchestre pour former son propre petit groupement avec plusieurs des musiciens avec lesquels il avait joué chez Hampton, notamment le saxophoniste ténor Johnny Board et le batteur Ellis Bartee.

Ayant dû dissoudre cet orchestre, il travaille quelque temps dans les orchestres des studios Decca dirigés par Sy Oliver ainsi qu’avec le petit orchestre d’Arnett Cobb. Il monte à nouveau son propre orchestre avec lequel il joue dans le style «rhythm and blues» pendant trois ans environ. Il joue ensuite quelques mois dans l’orchestre de Dizzy Gillespie avant d’entrer en 1957 chez Count Basie avec lequel il reste jusqu’au début de 1961.

Par la suite il joue avec divers musiciens et enregistre avec nombre d’entre eux, notamment avec Louis Armstrong, Johnny Hodges et Randy Weston.

En mars 1973 il effectue une tournée en France à la tête d’un quartette comprenant Clarence «Gatemouth» Brown, Stan Hunter et Chris Columbus. Il rejoue à nouveau chez Count Basie où on peut l’entendre à son avantage, notamment à Montreux en 1977 et 1979.

Au cours de l’année 1979 il fait une nouvelle tournée avec un quintette comprenant Billy Mitchell, Gerald Price, John Duke et Bobby Dorham. On le voit plusieurs fois à la «Grande Parade du Jazz» de Nice. Il est à nouveau en France en février 1993 où on peut l’entendre avec Dany Doriz, l’organiste Jean-Luc Parody et Michel Denis à la batterie.

Il est décédé à Phoenix (Arizona) le 24 mars 2000.