Stevenson George

George Edward STEVENSON

(Tromboniste)

Né à Baltimore (Maryland) le 20 juin 1906
Décédé à New York City le 21 septembre 1970
Son père était pianiste et son frère Cyrus l’était également. Son fils George Jr. est tromboniste professionnel.

À quinze ans il étudie le saxophone et le trombone avec A.J. Thomas et entre dans son orchestre : l’« A.J. Thomas Baltimore Concert Band ».

À dix-neuf ans il travaille avec « Harold Stepteau and his Melody Boys », puis organise son propre « Baltimore Melody Boys » de onze musiciens. Il dissout cet orchestre en 1928 et se rend à New York. Là, il joue avec l’« Irwin Hugues Orchestra » à l’« Arcadia Ballroom » (1930), puis tourne avec « Harold Stepteau and his Aristocrats ». En 1931 il joue avec « Norwood Fennan and his Nubians », puis en 1932 avec les « Savoy Bearcats ». En 1932-33 il est dans l’orchestre de Charlie Johnson.
En 1934 c’est avec « Jimmy Smith and his Nighthawks » puis avec Jack Butler qu’il travaille. En 1935 il joue chez Fletcher Henderson , en 1936 chez Claude Hopkins , en 1937 avec Ovie Alston et en 1938 dans l’orchestre du batteur Jack Carter.

De 1939 à 1943 il est membre régulier de l’orchestre de Lucky Millinder , puis en 1944 il joue avec Cootie Williams et Roy Eldridge , et en 1947 avec Cat Anderson.

À partir de 1948 il devient un free-lance prolifique, jouant avec Tony Parenti , Chris Columbus et Don Redman.
De décembre 1955 à mai 1956 il effectue une tournée avec les « Sam Price’s Bluesicians ». Cette tournée passe en Europe et est patronnée en France par les «Jeunesses Musicales». L’orchestre comprend outre Stevenson, Emmett Berry à la trompette, Herbert Hall à la clarinette, Sam Price au piano (leader), George « Pops » Foster à la contrebasse et Fred Moore à la batterie et au washboard.
De retour à New York il continue à travailler en free-lance, notamment avec le cornettiste Jack Fine (1957) et dirige un orchestre à Wantagh et à New York. Il travaille ensuite avec le trompettiste Joe Thomas , le saxophoniste Lem Johnson et d’autres au cours des années soixante. En 1969 il joue avec Max Kaminsky au « Jimmy Ryan’s ».
Il est décédé à New York le 21 septembre 1970.

Coker Henry

Henry COKER

(Tromboniste)

Né à Dallas (Texas) le 24 décembre 1919

Décédé à Los Angeles le 23 novembre 1979

Très jeune, il étudie le piano et la musique au « Wiley College », puis se met au trombone.

Il fait ses débuts professionnels en 1935 dans l’orchestre de John WHITE , puis passe deux ans chez le contrebassiste Nat TOWLES (1937-1939) qu’il quitte pour se fixer à Honolulu.

Là, il joue dans divers orchestres hawaïens jusqu’en 1941.

Il est hospitalisé au Pearl Harbour Hospital pour une cheville brisée avant d’être rapatrié en 1942.

De retour aux U.S.A., il est engagé par Benny CARTER (1944-1946), puis Eddie HEYWOOD (1946-1947), de nouveau Benny CARTER l’année suivante et Illinois JACQUET jusqu’en 1951, date à laquelle il tombe sérieusement malade pendant trois mois.

Il joue ensuite un temps avec Lucky THOMPSON et entre dans l’orchestre de Count BASIE comme responsable de la section des trombones en 1952.

Il y demeure jusqu’en 1963, effectuant de nombreuses tournées à travers le monde et participant à de nombreux enregistrements.

Par la suite, il se consacre beaucoup au travail de studio, mais repart en 1966 avec l’orchestre de Ray CHARLES dans lequel il reste jusqu’en 1971.

Il est mort à Los Angeles le 23 novembre 1979

Tizol Juan

Vincente Martinez Juan TIZOL

(Tromboniste à pistons et Compositeur)

Né à San Juan (Porto Rico) le 22 janvier 1900
Décédé à Inglewood (Californie) le 23 avril 1984

Éduqué par son oncle Manuel Tizol , il joue du trombone à pistons dans l’orchestre municipal de San Juan vers la fin de son adolescence.
Il se rend aux U.S.A. en 1920 avec le « Marie Lucas Orchestra » et joue durant une longue résidence au « Howard Theatre » de Washington D.C. avec cet orchestre. Il travaille ensuite avec les « Bobby Lee’s Cotton Pickers », puis avec le « White Brothers’ Band ». Durant ce séjour, il rencontre Duke Ellington qui l’engage en septembre 1929 et avec qui il reste jusqu’en avril 1944, à l’exception de deux absences pour maladie, fin 1935 et septembre 1943.
D’avril 1944 à mars 1951 il joue avec Harry James , puis revient avec Duke Ellington qu’il quitte à la fin de 1953, y revenant au printemps de 1960 et encore en 1961.
Il se retire ensuite en Californie, vivant à Los Angeles, puis à Las Vegas.
Il est décédé à Inglewood en Californie le 23 avril 1984.

Bacqueville Patrick

Patrick BACQUEVILLE

(Tromboniste et Chanteur)

Patrick BACQUEVILLE

Né à Kiel (Allemagne) le 13 août 1950

En 1975 il commence par jouer du banjo avec le saxophoniste soprano Jacques DOUDELLE, puis change pour le trombone et travaille avec le quintette d’Olivier FRANC à partir de 1979, ainsi qu’avec Maxim SAURY.

En 1981 il fonde avec le contrebassiste Gilles CHEVAUCHERIE le quartette « The Slapscat » et joue en résidence à l’« Hôtel Méridien » de Paris de 1981 à 1984, jouant avec Joe NEWMAN, Clark TERRY, Doc CHEATAM et Slim GAILLARD.

En 1983 il rejoint la formation de François BIENSAN « Ellingtomania » avec laquelle il enregistre.

Il joue également dans divers big bands tels que : François LAUDET, Michel PASTRE et le « Paris Swing Orchestra ».

Par la suite il crée « Les Gigolos », formation axée sur le répertoire de Louis PRIMA, et accompagne souvent avec ce groupe la chanteuse Lillian BOUTTÉ.

Young Trummy

James Osborne «Trummy» YOUNG

(Trombone – Chanteur et Compositeur)

Né à Savannah (Géorgie) le 12 janvier 1912
Décédé à San Jose (Californie) le 10 septembre 1984
Un de ses oncles jouait du trombone dans l’orchestre de Jim Europe.
Il commence par jouer de la trompette dans un orchestre scolaire, puis brièvement de la batterie. Il se rend alors à Washington D.C. et se met au trombone. Après l’école, il travaille dans un hôtel pour quelques engagements dans l’orchestre de Frank Better.
Il commence à travailler professionnellement avec les « Booker Coleman’s Hot Chocolates » en 1928. Il travaille ensuite avec le « Hardy Brother’s Orchestra » et avec Elmer Calloway , puis entre dans l’orchestre dirigé par le batteur Tommy Myles qui lui donne son surnom de «Trummie» qui deviendra plus tard « Trummy ». Il se rend ensuite à Chicago (fin 1933) et entre dans l’orchestre d’ Earl Hines au « Grand Terrace », formation dans laquelle il reste jusqu’en août 1937. Pendant cette période, durant les vacances d’été de l’orchestre, il joue occasionnellement avec Albert Ammons et avec Roy Eldridge.
Il rejoint l’orchestre de Jimmie Lunceford en septembre 1937 et y demeure jusqu’en mars 1943. Il travaille ensuite avec Charlie Barnet avant de former son propre orchestre en novembre 1943. En 1944, il joue avec Boyd Raeburn , Tiny Grimes , Roy Eldridge , Claude Hopkins et le « Paul Baron’s C.B.S. Orchestra ». Il joue ensuite avec l’alto Johnny Bothwell (janvier 1945), Benny Goodman (février à août 1945), puis dirige pendant quelques mois à nouveau son propre orchestre et joue avec Tiny Grimes en mai 1946.
En 1946 et 1947, il tourne régulièrement avec le « Jazz At The Philharmonic» et brièvement avec Claude Hopkins en 1947. Il quitte le J.A.T.P. en Californie et part en octobre 1947 à Hawaï jouer dans l’orchestre de Cee Pee Johnson. Il reste ensuite à Honolulu où il travaille régulièrement avec le trio d’ Art Norkus et dirige aussi sa propre formation. Il quitte Honolulu au cours de l’été 1952 pour rejoindre le « All Stars » de Louis Armstrong avec qui il joue jusqu’au 01 janvier 1964. Là il retourne à Honolulu (via Los Angeles) où il joue durant les années soixante dans diverses formations dont certaines sous son nom.

On le verra à nouveau à la « Grande Parade du Jazz » de Nice en 1979.
Il succombe à une crise cardiaque à San Jose (Californie) le 12 septembre 1984.
Ses cendres ont été ramenées à Honolulu.

Hunt George

George HUNT

(Tromboniste)

(Orchestre Earl Hines : George Hunt est au milieu de la section des trois trombones)

Né à Kansas City (Missouri) vers 1906
Décédé à Chicago (Illinois) vers 1946
Il joue avec l’orchestre de Bennie Moten de 1932 à 1935. Il est ensuite dans l’orchestre de Count Basie au « Reno Club » et se rend à New York avec l’orchestre en juillet 1936. Il quitte Basie en août 1937, rejoint la formation de Fletcher Henderson vers la fin de cette année et y reste jusqu’en avril 1938.
Il se rend ensuite à Chicago et joue en mai 1938 dans l’orchestre d’ Earl Hines. En 1939 il travaille dans l’orchestre d’ Artie Starck , puis celui d’ Erskine Tate en 1940. Au cours de cette année il revient dans l’orchestre d’ Earl Hines avec lequel il tourne en 1941 et y demeure jusqu’au milieu de 1942.
Principalement musicien de section, il participe à plusieurs enregistrements de Count Basie et d’ Earl Hines et on peut l’entendre en solo dans le « One O’clock Jump » de Count Basie de 1937.
De retour à Chicago, il se suicide vers 1946.

Hayse Al

Alvin Cooper «Al» HAYSE

(Tromboniste)

Né à Detroit (Michigan) le 07 avril 1921
Décédé dans le Michigan en mai 1982
Il apprend très jeune le trombone et commence sa carrière en 1939 dans l’orchestre des « McKinney’s Cotton Pickers », puis entre dans la formation de Lionel Hampton en 1943 et y demeure jusqu’en 1946.
Il devient free-lance par la suite et en 1950 joue et enregistre avec Milt Buckner. L’année suivante il revient dans l’orchestre de Lionel Hampton dans lequel il joue jusqu’en 1956, participant aux tournées européennes de 1953 et 1955. Il participe aux séances d’enregistrement parisiennes de 1953 où l’on peut l’entendre à son avantage dans «Walkin’ at the Trocadero» et dans «Real Crazy».
Par la suite on perd sa trace, et l’avis de décès de la sécurité sociale donne comme dernière résidence : Detroit.
Il est décédé en 1982 âgé de soixante et un ans.

Grey Al

Albert «Al» GREY

(Tromboniste)

Né à Aldia (Virginie) le 06 juin 1925
Décédé à Phoenix (Arizona) le 24 mars 2000
Tout enfant déjà, il se passionne pour la musique. Son père jouait du baritone horn (instrument à embouchure et à pistons), et dès l’âge de quatre ans, le petit Albert s’essayait à souffler dans cet instrument. Finalement il opte un peu plus tard pour le trombone.
Après s’ętre engagé très jeune et avoir servi dans la marine, Al Grey entre dans l’orchestre de Benny Carter où il joue de 1944 à 1946. C’est avec cet orchestre qu’il fait ses premiers disques. En 1946 il joue quelques mois avec l’orchestre de Jimmie Lunceford et, les deux années suivantes, il est membre de la formation de Lucky Millinder. Ensuite, il joue de 1948 à 1952 chez Lionel Hampton. Vers la fin 1952 il quitte l’orchestre pour former son propre petit groupement avec plusieurs des musiciens avec lesquels il avait joué chez Hampton, notamment le saxophoniste ténor Johnny Board et le batteur Ellis Bartee.
Ayant dû dissoudre cet orchestre, il travaille quelque temps dans les orchestres des studios Decca dirigés par Sy Oliver ainsi qu’avec le petit orchestre d’ Arnett Cobb. Il monte à nouveau son propre orchestre avec lequel il joue dans le style «rhythm and blues» pendant trois ans environ. Il joue ensuite quelques mois dans l’orchestre de Dizzy Gillespie avant d’entrer en 1957 chez Count Basie avec lequel il reste jusqu’au début de 1961.
Par la suite il joue avec divers musiciens et enregistre avec nombre d’entre eux, notamment avec Louis Armstrong , Johnny Hodges et Randy Weston.

En mars 1973 il effectue une tournée en France à la tête d’un quartette comprenant Clarence «Gatemouth» Brown , Stan Hunter et Chris Columbus. Il rejoue à nouveau chez Count Basie où on peut l’entendre à son avantage, notamment à Montreux en 1977 et 1979.
Au cours de l’année 1979 il fait une nouvelle tournée avec un quintette comprenant Billy Mitchell , Gerald Price , John Duke et Bobby Dorham. On le voit plusieurs fois à la « Grande Parade du Jazz » de Nice. Il est à nouveau en France en février 1993 où on peut l’entendre avec Dany Doriz , l’organiste Jean-Luc Parody et Michel Denis à la batterie.

Il est décédé à Phoenix (Arizona) le 24 mars 2000.

Atkins Ed

Ed ATKINS

(Tromboniste)


(Orchestre « Creole Orchestra » du cornettiste Manuel PEREZ)

Né à la Nouvelle-Orléans (Louisiane) vers 1887

Décédé : ?

Il commence par jouer du « Baritone Horn » (instrument à embouchure et à pistons) au sein de l’« Onward Brass Band » vers 1905.

Plus tard, il apprend le trombone et devient membre régulier de l’« Olympia Band ».

Il se rend à Chicago vers 1915 avec le cornettiste Manuel PEREZ, puis revient à La Nouvelle-Orléans au cours de l’année suivante pour jouer dans le « Tuxedo Band » ainsi qu’avec Oliver KING et le « Joe HOWARD’s Band ».

À la fin de 1917 il est mobilisé dans l’armée comme musicien au « 80ème Regiment Brass-Band ».

Après sa démobilisation, il réside à Chicago et joue avec divers orchestres dont ceux de Oliver KING, Erskine TATE, Charlie ELGAR, Junie Cobb et Dave PEYTON (en 1928-29).

Il continue ensuite à jouer au cours des années trente avec l’« Art Short Orchestra » (1932).

Par la suite, on ignore le reste de sa carrière musicale ainsi que la date de son décès.

Conners Gene

Gene « Mighty Flea » CONNERS

(Tromboniste et Chanteur)

Né à Birmingham (Alabama) le 28 décembre 1930

Parfois appelé « CONNORS », aucune source n’a pu donner de ces deux appellations, laquelle était correcte.

Élevé à La Nouvelle-Orléans, il commence à jouer avec Oscar « Papa » CELESTIN à l’âge de onze ans.

Durant son adolescence il joue pour les enterrements et plus tard travaille dans des orchestres qui accompagnent des shows itinérants.

Après quatre ans de service dans l’US Navy, il se rend en Californie où il travaille avec Otis JOHNSON qui lui donne son sobriquet de « Mighty Flea » par rapport à Bardu ALI, car c’est lui qui a la plus petite taille de l’orchestre.

Au cours des années cinquante il dirige son propre orchestre à Long Beach (Californie), puis travaille deux ans avec la chanteuse Dinah WASHINGTON et devient membre de l’orchestre de Ray CHARLES.

Il touche un large public lorsqu’il revient avec Johnny OTIS en 1969, notamment au « Festival de Monterey » où l’on peut le voir dans le film « Play Misty for me » (1971).

Il tourne ensuite avec OTIS dans l’est du pays (1971), en Grande Bretagne (1972), en Afrique et en Europe (1974).

En décembre 1973 il passe trois semaines en Europe avec Illinois JACQUET et Jo JONES et, en 1975, il est au « Festival International de jazz de Montreux ».

La même année, il effectue une tournée en France au sein d’un sextette dirigé par Sammy PRICE.

Il nous reste une vidéo de cette tournée intitulée : « Jazz en Provence ».

Par la suite, il vit en Europe, d’abord en France, puis au Danemark et plus tard en Allemagne.

Il se produit dans de nombreux pays européens et enregistre avec des groupes de Jazz traditionnel ou de Blues, dont certains avec des musiciens américains de passage en Europe.

En 1983 il collabore avec le big band catalan « La Locomotora Negra ».

On ignore le reste de sa carrière d’où il ne ressort aucun fait marquant.