Victor «Vic» DICKENSON

(Tromboniste et chanteur)

Né à Xenia (Ohio) le 6 août 1906

Décédé à New York City le 16 novembre 1984

Son père jouait du violon et sa mère de l’orgue. Après avoir essayé l’orgue, il essaie la trompette, mais son frère aîné lui ayant donné un trombone, c’est finalement cet instrument qui a sa préférence. Son admiration va tout de suite à Jimmy Harrison et à Claude Jones.

Il commence à jouer pour des petits engagements avec les «Elite Serenaders» en 1921. Il quitte l’école en 1922 pour travailler avec son père qui avait une entreprise de plâtrerie. La famille s’installe à Columbus (Ohio). Là, il joue avec un orchestre local le «Roy Brown’s Band» et avec un orchestre co-dirigé avec son frère Carlos qui joue du saxophone.

Son premier vrai travail professionnel a lieu vers 1925 à Madison dans le Wisconsin avec le «Don Phillips’ Band». Il retourne ensuite à Columbus et au printemps de 1927 il joue à South Bend (Indiana) avec l’orchestre du batteur Willie Jones. Il joue ensuite avec Bill Broadhus à Lexington et Wesley Helvey. À partir de l’automne 1929, il passe un an dans l’orchestre de Speed Webb. Il joue ensuite avec les «Zack Whyte’s Chocolate Beau Brummell». Durant son séjour à New York, en décembre 1930, il enregistre son premier disque avec Luis Russell, chantant dans «Honey that reminds me». Il quitte Zack Whyte au début de 1932 et se rend à Kansas City pour rejoindre Thamon Hayes et ses «Kansas City Skyrockets» qu’il quitte pour jouer brièvement avec les «Clarence Paige’s Royal Syncopators». Il effectue ensuite une tournée avec Thamon Hayes et joue après avec Blanche Calloway de l’été 1933 à 1936, puis avec Claude Hopkins de 1936 à 1939.

À la fin de 1939 il entre dans l’orchestre de Benny Carter, puis chez Count Basie pour un an à partir de janvier 1940. En février 1941 il revient chez Benny Carter. Au cours de l’été 1941 il fait une saison avec Sidney Bechet et joue à l’automne de la même année avec Frankie Newton. Il travaille ensuite avec Lips Page à Chicago et à New York. L’été 1942 il revient pour une saison avec Frankie Newton et rentre à New York avec cet orchestre pour un engagement au «Cafe Society». Il joue ensuite avec Eddie Heywood à partir de septembre 1943. Il travaille avec cette formation à New York et en Californie jusqu’en octobre1946. À partir de cette époque, il devient free-lance en Californie en 1947-48, puis dirige son propre groupe à Los Angeles et Boston (1948). Il travaille principalement à Boston de 1949 au milieu des années cinquante, dirigeant son propre groupe, mais aussi avec Ed Hall, Frankie Newton etc... Il joue régulièrement avec Bobby Hackett en 1951 et 1956. Il revient à New York au début de 1958 pour jouer au «Métropole» avec Henry «Red» Allen et apparaît en Europe au Festival de Cannes en juillet 1958 puis joue en Belgique avec Sammy Price.

Il repart à New York pour diriger sa propre formation à l’«Arpeggio Club» durant une partie de 1959. Il participe ensuite au cours des années soixante à plusieurs tournées et festivals avec le pianiste George Wein, dont une tournée en Europe en 1961, jouant avec Wild Bill Davison en 1961-62. Il dirige ensuite avec Red Richards l’orchestre «The Saints and Sinners». Travaillant occasionnellement au «Eddie Condon’s Club» il fait une tournée en Asie et en Australie avec Eddie Condon au printemps 1964.

En 1968 il vient en Europe avec les «Saints and Sinners». De fin 1968 à 1970 il co-dirige un groupe avec Bobby Hackett et, au printemps 1970, il joue avec «The World Greatest Jazz Band». On le voit ensuite souvent à la «Grande Parade du Jazz» de Nice.

Il est décédé à New York le 16 novembre 1984.